La Colombie

Indignation pour torture d’un mineur dans une fondation, ils lui ont attaché les parties génitales pour ne pas uriner

Dans une fondation de Chocontá, département de Cundinamarca, un mineur de 9 ans a été maltraité et torturé. Le nourrisson avait les parties génitales attachées afin qu’il ne puisse pas faire ses besoins physiologiques, cela l’a amené à avoir des complications de santé et a affecté ses organes internes et externes.

Le procureur Francisco Barbosa a ordonné une enquête sur la maltraitance des enfants et d’éventuels crimes sexuels. D’autre part, l’Institut pour le bien-être de la famille (ICBF) a envoyé une équipe de défense de la famille pour entamer le processus de restauration des droits et d’accompagnement du mineur et de sa famille.

La famille du mineur s’est tournée vers la fondation pour prendre soin de lui et recevoir un soutien pour résoudre un problème d’élocution Paola Morales, la tante du mineur, a indiqué que la mère de la personne touchée avait été autorisée à le voir via des appels vidéo pour des raisons de biosécurité en raison de la pandémie, ces rencontres ont duré environ 15 minutes.

A la fin des fêtes de fin d’année, la famille va chercher l’enfant pour partager les festivités et en le recevant ils se rendent compte de la brutalité à laquelle il a été soumis :
« Quand il rentre à la maison, l’enfant se couche et d’un instant à l’autre il se met à crier et à courir partout. Le garçon pleurait, désespéré, touchant ses parties intimes. La mère avait très peur et c’était là que se trouvait son frère, qui vérifiait Lorsqu’il a baissé son pantalon et l’a regardé, le garçon avait un pénis plus gros que celui d’un adulte, gonflé et violet », a expliqué la tante du mineur.

En voyant les blessures graves, les proches l’ont immédiatement emmené à l’hôpital Engativá, où il a été examiné : « Le médecin détermine que l’enfant a été torturé, car il a trouvé des fils bleus et, à part, des cheveux autour du pénis, qu’il a coupé toutes les couches externes du membre. L’enfant n’avait pas uriné depuis plus de 10 jours, il était déjà infecté, le médecin nous dit que ce sont des signes de torture. Encore deux jours et il meurt », a déclaré l’un des proches.

Les différentes entités de la municipalité telles que le bureau du maire et la police des mineurs enquêtent déjà sur l’événement malheureux, car depuis que la fondation fonctionne, elles n’ont jamais eu de plainte de ce type, selon le maire de Chocontá, Rodrigo Chicuasèque.

Vous pourriez également aimer...