Le Venezuela

indulgences, de Luther à Depons | Vladimir Acosta

Le 31 octobre 1517, veille de la Toussaint, qui était autrefois une grande fête chrétienne, le moine augustin Martin Luther, philosophe et professeur respecté de théologie à l’Université de la petite ville allemande de Wittenberg, capitale de la Saxe , il afficha sur la porte de la cathédrale quelques feuilles qui contenaient les 95 thèses liées à la critique qu’il faisait depuis des années devant les idées centrales et les pratiques de l’Église dont il était un membre distingué. Ces thèses, en plus d’exposer des questions clés liées au dogme chrétien, telles que que c’était la foi et non les bonnes œuvres qui sauvait les fidèles, consacraient la majeure partie du texte à rejeter avec des arguments solides les bulles ou les indulgences dont l’Église et ses moines et les prêtres en ont fait un usage manifestement abusif et répréhensible.

Cette attitude audacieuse de Luther, bientôt rejetée par Rome et la papauté romaine comme hérétique et condamnable tout en étant massivement approuvée par l’écrasante majorité des catholiques allemands, marqua le début de la Réforme qui bientôt, au milieu de luttes politiques aiguës et de terribles guerres de religion, elle finirait par scinder définitivement le christianisme papal ou romain entre catholiques ou papistes et réformés ou protestants. Et il est clair qu’à l’origine de cette Réforme la question controversée des bulles ou des indulgences a joué un rôle central ou du moins incontestable. (La terminologie prête à confusion parce que les papes publient des bulles lorsqu’ils prennent des décisions qui affectent l’Église, sans être des indulgences, mais il est également devenu habituel d’appeler ces bulles.)

L’Église avait officiellement créé le purgatoire au XIIe siècle. C’était vraiment une nécessité. Garder l’Autre Monde réduit au paradis pour le bien et à l’enfer pour le mal était trop rigide, simpliste et même injuste. Il n’y avait pas de terrain d’entente. L’humanité est plus complexe, les gentils ne sont pas toujours aussi bons et les méchants, même les pires, veulent enfin se sauver. Les bons ont fait de bonnes actions et les méchants ont attendu la fin pour se repentir et se sauver de l’enfer en offrant des biens et de l’argent à l’Église. Parce qu’il n’y avait aucun moyen de sortir de l’enfer. Lasciate ogni speranza voi ch’entrateDante a vu plus tard gravé sur sa sinistre porte. Lors de la création du purgatoire, il y avait de l’espoir : son feu brûlait moins, et les papes décidèrent qu’ils pouvaient en retirer les punis et les envoyer au ciel, tant que leurs proches payaient l’Église avec des biens ou de l’argent. Et de la même manière, en payant, les vivants pouvaient obtenir le pardon de leurs péchés avant de les commettre. C’est depuis lors le rôle des indulgences, dont la diversité et le poids s’accroissent au cours des siècles suivants pour devenir l’une des principales sources de revenus de l’Église.

Au début du XVIe siècle, le sommet était atteint. Les indulgences étaient de grosses affaires, spéculatives et corrompues. Le dominicain Tetzel, que Luther critiquait, vendait des indulgences comme des petits pains et on disait de lui qu’il portait une tirelire et disait à celui qui payait que chaque fois qu’une pièce sonnait en tombant dedans, une âme sortait du purgatoire. Les besoins monétaires de la cour romaine étaient énormes non seulement à cause de la vie princière, mondaine et inutile de papes comme Jules II et surtout de Léon X, mais parce que la construction qu’ils avaient entreprise de la nouvelle basilique vaticane nécessitait d’immenses sommes d’argent. Jules II fit démolir l’ancienne et vénérée basilique du Vatican, un beau temple chargé d’histoire, pour commencer la construction du nouveau et gigantesque Vatican, une tâche poursuivie et élargie par Léon X, dont la vie mondaine était un véritable scandale non seulement pour être un le pape. La papauté, corrompue, ayant besoin de ressources et cherchant à obtenir de plus en plus d’argent des fidèles, approuva alors une indulgence spéciale et coûteuse pour elle, pour faire payer aux fidèles la construction du Vatican, et une autre similaire pour leur faire payer pour une nouvelle et hypothétique croisade contre les Turcs.

L’Allemagne était l’un des pays où les indulgences de masse avaient atteint leur limite. Las quejas de los alemanes crecían sin hallar respuesta y las 95 tesis de Lutero, pronto reproducidas y leídas también masivamente gracias a la imprenta, se produjeron en el momento justo para alimentar una imparable rebelión contra los abusos del papado y los principios cerrados e inmodificables de l’église. Dans une de ses thèses, Luther, qui était auparavant à Rome en étant revenu scandalisé, bien qu’il respectât encore le pape, lui demanda pourquoi, s’il pouvait sortir les âmes du purgatoire, il ne les fit pas toutes à la fois, fermées elle, et elle a payé la construction du nouveau Vatican sur ses propres ressources.

La Réforme protestante n’a pas seulement éliminé les indulgences, elle a éliminé les papes et simplifié l’Église. Mais l’Europe catholique et papiste les a conservés et le Concile de Trente a proclamé la Contre-Réforme, qui s’est accrochée à maintenir les plus traditionnelles et à poursuivre des réformes, réformées et réformistes. Seuls les changements politiques et sociaux progressifs des siècles suivants, le XVIIe et surtout le XVIIIe, où la pensée éclairée, la tolérance et la critique religieuse prennent du poids dans des pays catholiques comme la France, parviennent à ce que la vieille et conflictuelle question des indulgences, déjà en déclin, se limitaient au moins à des questions moins controversées et plus tolérables. Mais l’Espagne, qui avait l’Église catholique la plus traditionnelle et la plus autoritaire, en a conservé beaucoup et les a conservées surtout dans ses colonies américaines, comme le Venezuela. Et c’est là qu’intervient Depons.

François Depons (Francisco Depons), voyageur français, catholique, qui a vécu au Venezuela entre 1801 et 1804, nous a laissé dans son livre Voyagez dans la partie orientale de Tierra Firme en Amérique du Sud une description ordonnée, méticuleuse et complète de ce qu’était alors notre pays, une description qui, avec l’œuvre de Humboldt, est une source essentielle pour sa connaissance et son étude. A propos de ce livre extraordinaire, je ne m’intéresse plus maintenant qu’à ce que dit son auteur sur les taureaux survivants qui pesaient encore dans la vie quotidienne du pays.

Depons analyse d’abord une bulle anachronique de la Sainte Croisade, un vestige médiéval coûteux qui dispensait son acquéreur de tous les crimes commis et à commettre. Mais, comme il n’était valable que si son bénéficiaire luttait les armes à la main contre les infidèles, il lui suffisait de payer une surtaxe pour rester calme et heureux chez lui en profitant de son taureau. Une autre était la bulle dite commune de vie, valable dix ans, et qui, elle aussi, absout tout crime et dispense d’être soumise à toute obligation religieuse. Problématique était le Taureau des Morts qui, qui le payait, permettait à leur mort d’entrer immédiatement au ciel sans passer par le purgatoire. Le problème, c’est que c’était cher et que les pauvres n’en avaient pas les moyens. Ainsi, lorsque l’un d’eux est décédé, sa famille, mendiant de l’argent, arpentait les rues de la ville dans laquelle ils vivaient et s’ils ne l’obtenaient pas, la ville devait endurer leurs larmes et leurs cris désespérés de douleur et de frustration. De plus, dit Depons, il existait une Bulle appelée Composition, qui permettait au propriétaire injuste de biens étrangers mal acquis qui l’avait payé, de garder ces biens tant qu’il affirmait avoir volé en pensant au bénéfice que le taureau lui donner et qu’il a également dit ignorer qui était le vrai propriétaire.

Heureusement, la lutte pour l’indépendance qui a commencé un peu plus tard a transformé ce panorama politico-religieux arriéré de nature coloniale. Et l’Église catholique, qui par sa structure et ses finalités exige bulles et indulgences, a été contrainte par le nouveau cadre en vigueur à réduire le flux de ces dernières et à rendre son contenu plus sensible.

Vous pourriez également aimer...