La Colombie

Insultes et blasphèmes

Bien sûr, de l’Espagne nous héritons d’un « sens » pour maudire et blasphémer et pour rendre les phrases plus pathétiques et dramatiques. Je me souviens de la sœur unique de mon père, donnant un certificat de validité éternelle à ses paroles : « Avec ces yeux qui doivent manger de la terre… »

Si quelqu’un esquivait une dette, ils disaient, par exemple, que cet argent allait devenir « eau et sel », de la même manière qu’ils ne croyaient pas à l’inconscience absolue des ivrognes : « Aucun ivrogne ne mange son m… « , a-t-il marqué, et il avait tout à fait raison. Il n’y a pas d’ivrognes absolus. Si le coquin ou la crécerelle ne frappait pas le troupeau, il le remettait aux « trois personnes divines » (?), ou pire, il voulait « un char des démons » pour l’emmener.

En Espagne, les gens jurent fort et tous les jours. Les réprimandes ne reconnaissent pas les hiérarchies ou les croyances. Une fois, j’ai interrogé un Castillan sur son fils, qu’il n’avait pas vu depuis longtemps, et il m’a dit, ne vous inquiétez pas, il est très bon en Californie, « vivez comme Dieu… »

Un samedi d’été, à travers la vitre d’un bus qui me ramenait de Salamanque, j’ai observé l’agitation nocturne à Madrid. Quelqu’un, hors de lui, dans un coin, et pour des raisons inconnues, a crié : « Je chie mon lait !
Lors d’un récent concours de jurons, il a remporté une phrase comme celle-ci :
« Je ne suivrais pas votre Dieu ou sur Twitter » ; et un autre « J’ai survécu au virus de Dieu… » Et bien que le théologien Martín Patino dise qu' »il ne faut pas s’accrocher au code pénal pour défendre Dieu », en Italie, le blasphème peut être puni d’une amende pouvant aller jusqu’à 5 000 euros .

José María Goicoechea recueille un cas célèbre de blasphème dans le sud de l’Espagne :

« Le chanteur de flamenco José Domínguez, El Cabrero, se produisait à Alcolea, Cordoue, une nuit de l’été 1980. Sa voix lui manqua et une partie du public commença à le réprimander. El Cabrero s’est mis en colère et a quitté la scène en disant « Je chie sur Dieu ». Il a été jugé et condamné à deux mois de prison pour crime de blasphème. Il est entré en prison en octobre 1982. Même l’archevêque de Séville, le pape Carlos Amigo Vallejo, a demandé la grâce du chanteur au ministre de la Justice de l’époque, Pío Cabanillas.

En insultes, la péninsule n’est pas courte ; Là, dire à quelqu’un qu’il est un « proxénète de calmar », un câlin de lanterne, un ciboulette suceur de câble, un fanfosquero et un gaznapiro, a des conséquences.

Ou un longanizo, mauvais sang et cochon de lait soufflé, peut devenir un ventouse, un pélagambas, un malaombra, un suceur de bite, un peigne, un goujon ou un paysan. Un chirimbainas, calzamonas et atarbán, peut aussi être une dorade, un huevón ou un ganapán.

Quand il s’agit d’insulter, plus le mot est authentique, plus la blessure est grande. Entre autres parce que, parfois, la personne insultée ne se rend pas compte du préjudice contenu dans une diffamation prononcée au bon moment et avec le bon « ton ». Je me souviens encore de Diomedes Quiñonez, le recteur barbacoa de ce qui fut longtemps la seule école privée du port, l’Institut Buenaventura : « Zafio, gui, connard !

Parmi nous, le crétin et le crétin disparaissent, mais pas le bourdon. Ce sens, se référant à une femme, traduit scélérat, fufa, fufurufa ou zunga. En Italie, zángana est « cafona », la même qui acquiert des connotations bizarres dans le Pacifique colombien, avec des noms qui ont une musicalité perverse dans leurs racines sémantiques : cachureca ou cachaloba.

D’autres injures insinuent plus qu’elles ne condamnent ; en Argentine, une « malcogida » est une femme au mauvais caractère, équivalent au « malfollao » d’Espagne. En Colombie, stupide et « oligophrène » est déjà véniel devant « tarupido », un libelle qui contient un double poison : il fait allusion à des crétins et à des gens stupides, comme ceux qui se lèvent tôt pour écrire des injures au pied des colonnes d’opinion en colombien. journaux, protégés par des pseudonymes. La débauche des réseaux sociaux permet cette licence.
N’importe quel imbécile peut le faire.
.Suivez sur Twitter @cabomarzo

Vous pourriez également aimer...