La Colombie

Intervention stratégique

Le concept d’intervention stratégique est né de problèmes dans l’ordonnancement des familles et de la nécessité d’apporter simultanément des modifications substantielles pour y remédier. Il s’est orienté vers le domaine des affaires en raison de la nécessité de formaliser les pratiques selon des principes. Cependant, son application la plus importante se situe dans la sphère publique, ce qui nécessite généralement une révision complète des politiques économiques, sociales et culturelles, et en particulier dans la conception générale des institutions pour faire face à certaines conséquences néfastes de la mondialisation de l’économie et de la société. La réalité nous oblige à revoir comment tirer parti des opportunités et atténuer les risques, pour la survie de l’espèce humaine, une finalité nécessaire à tous.

Il ne faut pas craindre la rupture avec le statu quo. De grands changements dans la base matérielle ont toujours de graves conséquences institutionnelles. La formation des empires a entraîné des ajustements au fur et à mesure que l’extension s’étendait et que des liens culturels se tissaient du centre vers la périphérie. Après la révolution industrielle et les guerres napoléoniennes, l’Europe du XIXe siècle, parallèlement à une productivité croissante et à une urbanisation croissante, a vu se former une Allemagne et une Italie unifiées. Au siècle dernier, après les guerres mondiales, le processus d’intégration a commencé entre des pays qui avaient été des ennemis traditionnels, en particulier la France et l’Allemagne.

Simón Bolívar avait la vision d’unir les territoires des vice-royautés du Pérou et de la Nouvelle-Grenade et les capitaineries générales du Venezuela et de Quito. Aujourd’hui, les pays abrités par le rêve bolivarien partagent des conceptions publiques déficientes, ce qui se traduit par des taux de croissance faibles par rapport à leurs revenus potentiels, et ils n’ont aucun poids sur la scène internationale. Les institutions publiques des 5 pays pourraient intervenir pour réorienter les politiques dans une direction cohérente avec les défis et les opportunités du monde d’aujourd’hui : un système politique pourrait être établi avec un législateur responsable, une justice indépendante du législateur et libre d’objectifs politiques, multi-personnel leadership en charge de la gestion, contrôle comme responsabilité première de l’administration elle-même, stratégies de développement avec une orientation régionale et planification flexible et à long terme comme mécanisme d’allocation des ressources. Comme le Venezuela est au pouvoir d’une clique sans intérêt pour la démocratie, le Pérou peut tomber dans le même schéma, l’Équateur est le plus petit des cinq et la Bolivie la moins peuplée, il conviendrait que la Colombie se déclare dans un l’état d’intervention stratégique, revoir et ajuster, et anticiper l’intégration en partant du principe que l’unification serait fédérale, pour faciliter le processus.

La tâche impliquerait des politiques sociales raisonnables, avec l’égalité des chances et le respect des droits fondamentaux comme objectifs dans le cadre de l’État social de droit. Si le pays croissait à des taux de l’ordre de 8%, ce qui ne serait pas difficile, dans 5 ans il pourrait avoir un revenu par habitant plus élevé de l’ordre de 40% avec une croissance démographique de 1%, similaire à l’actuel. L’intégration signifierait une plus grande diversité dans l’économie, la libre circulation des marchandises, des capitaux et du travail dans un immense territoire avec une population importante, et il n’y aurait aucune perte d’opportunités attribuable aux taux de change ou aux obstacles aux frontières. Faire le premier pas.
Suivez Gustavo Moreno sur Facebook

Vous pourriez également aimer...