Le Brésil

Invitation à un voyage à travers les dichotomies du Brésil – Jornal da USP

ETécrire sur une œuvre littéraire n’est pas une tâche facile pour ceux qui ne sont pas sur le terrain. Cela devient encore plus compliqué lorsque le travail est de qualité. En tant que «simple» lecteur, ma peur est de présenter une analyse superficielle, avec tous les vices d’une interprétation personnelle. Mais, comme je n’ai pas d’autre alternative, je pense risquer quelques idées en tant que critique amateur (tout au plus). Ma mission ici est de présenter le livre de contes La défense des deux chevaux et autres histoires, d’Alexandre Ganan de Brites Figueiredo (avec des illustrations de Tainan Rocha), publié maintenant en avril par Editora Faria e Silva.

Couverture du livre de nouvelles d’Alexandre Ganan – Photo: Reproduction

En tant qu’enseignant, je vis en lisant des livres. Mais je les considère non seulement comme une source de connaissances, de travail et, bien sûr, de plaisir, mais aussi comme des cadeaux. J’aime présenter des livres aux gens simplement parce que j’aime gagner des livres. J’aime encore plus donner des livres aux gens qui disent qu’ils n’ont pas l’habitude de lire, ou qu’ils n’aiment pas lire. Dans ces cas, il n’y a pas d’erreur: je choisis un bon livre de contes.

J’explique. Les histoires sont courtes et évitent donc cette angoisse qui conduit à s’arrêter au milieu d’un long chapitre d’un long roman pour compter le nombre de pages restantes pour la fin de l’histoire. Comme je l’ai dit, les contes sont courts et, quand vous vous rendez compte, vous avez atteint la fin. Ensuite, vous tournez la page et commencez l’histoire suivante. Encore mieux si l’histoire est divertissante ou a un mystère à résoudre par le lecteur. Dans ce cas, la lecture risque de devenir une habitude. Je pense qu’en tant que professeur, je dois encourager les habitudes de lecture et les nouvelles, car elles parviennent à être à la fois denses et courtes, aidez-moi dans cette mission.

Je pense aussi à un autre avantage présent dans les histoires. Les bons, en général, racontent plus d’une histoire. Il y en a un qui se trouve à la «surface» du texte. Sa compréhension est aisée et immédiate et, pour être ludique, elle prive le lecteur d’un visage de satisfaction lorsqu’il arrive sans raccourci vers le point final. Mais il est également possible de lire, dans la nouvelle, des histoires cachées ou chiffrées qui révèlent une certaine «mission» de l’auteur devant ses lecteurs. Je pense que la qualité de l’auteur réside dans la manière dont il incorpore les thèmes de densité dans des histoires courtes et amusantes. En tant qu’enseignant, je pense que les contes transcendent le divertissement et peuvent être une source de réflexion sur d’innombrables problèmes découlant des relations humaines ou sociales. C’est exactement le cas avec La défense des deux chevaux et autres histoires.

Je reviens vers lui. Dans ses 12 nouvelles (j’inclus l’introduction dans le récit et je laisse aux lecteurs le soin de comprendre la raison lorsqu’ils liront le livre), le lecteur pourra «voyager» à travers un pays de l’intérieur et ressentir la grâce et la tristesse du pauvre paysan, ou le calme et la violence présents dans les zones rurales. Ce sont des dichotomies qui peuvent peut-être être encadrées de manière plus générale: champ contre Ville. Dans l’oeuvre, la ville est présente dans la mémoire de ceux qui, à l’âge de 18 ans, ont quitté une petite ville de l’intérieur de l’Etat de São Paulo pour étudier dans la capitale et qui entretient encore une chambre «Charrette» de bœufs comme souvenir ou comme présence symbolique d’un temps passé à la campagne.

Ce sont des contes construits par les souvenirs d’enfance ou d’adolescence et qui sont encore restés chez l’auteur. Cependant, ne vous y trompez pas, elles ont été modifiées par de nouvelles formes d’interprétation (Alexandre Ganan est diplômé en histoire et droit de l’Université de São Paulo, où il a obtenu le titre de docteur en sciences). Comme le dit l’auteur, le livre présente des récits qui «ne sont pas racontés dans les livres d’histoire, parce que l’histoire des pauvres, on l’a déjà dit, n’est préservée que lorsque quelqu’un chante».

Ce sont des histoires mystérieuses, comme celle du vieil homme assis au centre d’un ville morte et en feu (ici, la ressemblance avec un autre auteur est une simple coïncidence) ou celle du portrait parlant d’un colonel inconnu et décédé de ceux que l’on trouve encore dans le pays. Ce sont des histoires détendues, comme le dialogue entre le professeur et son étudiant dans un jeu d’échecs qui symbolise les règles mal comprises d’un jeu démocratique plus grand que la salle où se déroule le récit. Ce sont des histoires de «voyages étranges», avec des bœufs et du bétail, certaines «fantasmagories», d’autres de crimes et de vengeance qui «existent dans la mémoire collective et témoignent du grand exode rural qui a marqué la formation du Brasil Moderno» (je me suis souvenu de Manoel ici de Barros qui, en racontant son enfance, a écrit: «tout ce que je n’invente pas est faux»).

Je n’ose plus écrire car, comme je l’ai dit au début de ce texte, je ne suis pas un critique littéraire et même pas un écrivain de fiction. Je me présente ici uniquement comme l’un des innombrables lecteurs qui aiment lire et présenter aux gens des livres d’histoires. En tant que lecteur, même si j’ai un parti pris (préjugé idiot) qui me fait préférer les livres d’auteurs morts, je suis toujours impressionné par la qualité des œuvres des écrivains vivants. En tant qu’enseignant, j’ai une autre option de lecture pour mes «élèves»: après la première page de La défense des deux chevaux et autres histoires, quand vous clignez des yeux, vous serez à la fin de la dernière histoire et voudrez en savoir plus.

La défense des deux chevaux et autres histoires, par Alexandre Ganan, São Paulo, Editora Faria e Silva, 2021, 128 pages.

Vous pourriez également aimer...