Le Brésil

IPC 2021 : comprendre l’indice de perception de la corruption

Carte montrant la répartition de l'indice de perception de la corruption dans le monde.

Le 25 janvier, Transparency International a publié les données de l’indice de perception de la corruption 2021. Dans celui-ci, le Brésil n’a atteint que 38 points, le même score obtenu l’année précédente, mais a perdu deux positions et occupe désormais la 96e place parmi les 180 pays et territoires évalués. . Dans ce document, Transparency International présente les principaux temps forts de l’IPC 2021.

Mais et toi ? Curieux de mieux comprendre ce qu’est l’IPC et comment il est calculé ? Dans ce texte on vous explique ! N’oubliez pas de consulter également notre texte sur l’IPC 2021 en 10 graphiques.

Qu’est-ce que l’indice de perception de la corruption ?

L’indice de perception de la corruption est l’un des principaux indicateurs mondiaux de la corruption. Produit par Transparency International depuis 1995, il évalue 180 pays et territoires et leur attribue des notes sur une échelle comprise entre 0 et 100. Plus la note est élevée, plus la perception de l’intégrité du pays est grande.

Pourquoi l’IPC est-il important ?

L’IPC est l’un des indices de gouvernance les plus importants et sert à surveiller la perception de la corruption dans les pays, permettant une analyse de la série historique de chaque nation analysée. De cette manière, il est possible de savoir si les niveaux de perception de la corruption dans le pays augmentent ou subissent une baisse.

L’Index est la référence la plus utilisée sur la planète par les décideurs des secteurs public et privé pour évaluer les risques et planifier leurs actions, en plus de servir de source d’information importante pour la pression de la société civile en faveur du changement.

Comment se fait le CPI ?

L’IPC est un indice composé de la combinaison de 13 sources de données provenant de 12 institutions indépendantes spécialisées dans la gouvernance et l’analyse des environnements d’affaires. Les sources de données utilisées dans l’IPC 2021 sont basées sur des indicateurs publiés au cours des deux dernières années. L’IPC ne comprend que des sources qui fournissent des scores pour un ensemble de pays/territoires et qui mesurent les perceptions des experts sur la corruption dans le secteur public. Transparency International examine en détail la méthodologie de chacune des sources de données pour s’assurer qu’elles répondent à nos normes de qualité.

Les sources de données IPC capturent les aspects suivants de la corruption, sur la base de la formulation spécifique des questions utilisées pour collecter les données :

  • Pot-de-vin;
  • Détournement de ressources publiques ;
  • Prévalence des fonctionnaires utilisant la fonction publique à des fins privées sans faire face à des conséquences majeures ;
  • Capacité des gouvernements à lutter contre la corruption et à appliquer des mécanismes efficaces d’intégrité du secteur public ;
  • La bureaucratie et la charge bureaucratique excessive qui peuvent augmenter les opportunités de corruption ;
  • Népotisme versus méritocratie dans les nominations du secteur public ;
  • Poursuites pénales efficaces contre les agents publics corrompus ;
  • Des lois adéquates sur la transparence financière et la prévention des conflits d’intérêts pour les agents publics ;
  • Protection juridique des lanceurs d’alerte, des journalistes et des enquêteurs lorsqu’ils signalent des cas de pots-de-vin et de corruption ;
  • Captation de l’État par des intérêts occultes ;
  • Accès de la société civile à l’information publique.

Pourquoi l’IPC est-il nécessaire alors qu’il existe 13 autres sources qui mesurent les manifestations de la corruption dans le secteur public ?

Quatre propriétés font de l’IPC un indice de gouvernance important :

  1. L’IPC a une couverture géographique mondiale.
  2. L’IPC est plus fiable que chaque source prise séparément car il compense les éventuelles erreurs entre sources en prenant la moyenne d’au moins trois sources différentes et potentiellement jusqu’à 13.
  3. L’IPC, avec son échelle de 0 à 100, est capable de différencier les niveaux de corruption perçus avec une plus grande granularité que les sources qui, par exemple, ont des échelles de 1 à 7 ou de 1 à 10 et qui attribuent à chaque pays un nombre entier.
  4. Étant donné que les principales sources de l’IPC évaluent différentes dimensions et manifestations de la corruption dans le secteur public, l’IPC est en mesure de réconcilier différents aspects de la corruption en un seul indicateur.

Pourquoi l’IPC est-il basé sur les perceptions ?

La corruption repose généralement sur des activités illégales délibérément dissimulées et qui ne sont révélées qu’au travers de dénonciations, d’enquêtes et de poursuites judiciaires. Bien que les chercheurs du milieu universitaire, de la société civile et des gouvernements aient progressé dans la tâche de mesurer objectivement la corruption dans des secteurs spécifiques, à ce jour, il n’existe aucun indicateur qui mesure directement et de manière exhaustive les niveaux objectifs de corruption dans chaque pays.

Les sources de données et les enquêtes qui composent l’IPC posent à leurs répondants des questions basées sur des questionnaires soigneusement conçus et calibrés. L’IPC contient donc les points de vue informés des parties prenantes concernées, qui sont généralement fortement corrélés avec des indicateurs objectifs, tels que les expériences des citoyens en matière de corruption, telles que capturées par le Baromètre mondial de la corruption.

Quels pays/territoires ont été inclus dans l’IPC 2021 et pourquoi ?

Pour qu’un pays ou un territoire soit inclus dans le classement, il doit être inclus dans au moins trois des sources de données de l’IPC. Si un pays n’est pas inclus dans le classement, c’est uniquement parce qu’il n’y a pas suffisamment d’informations de recherche et que ce n’est pas un indicateur qu’il n’y a pas de corruption. Cette année, 180 pays sont inclus dans le classement – ​​le même nombre qu’en 2017, 2018, 2019, 2020.

Quelle est la différence entre le classement d’un pays/territoire et son score ?

Le score d’un pays/territoire indique le niveau de corruption perçu dans le secteur public sur une échelle de 0 à 100, où 0 signifie que le pays est considéré comme très corrompu et 100 signifie que le pays est considéré comme très bon. Le classement d’un pays indique sa position par rapport aux autres pays/territoires inclus dans l’indice. Le classement peut changer légèrement en fonction des changements dans le nombre de pays inclus dans l’indice.

Quelle est la situation du Brésil selon l’IPC ?

Selon l’indice de perception de la corruption 2021, le Brésil se classe 96e sur 180 pays et territoires évalués avec 38 points, ce qui est considéré comme une mauvaise performance. Le pays était, une fois de plus, en dessous de la moyenne mondiale de 43 points, et également en dessous de la moyenne des BRICS (39 points), de la moyenne régionale de l’Amérique latine et des Caraïbes (41 points) et encore plus éloigné de la moyenne du G20 ( 54 points) et les pays de l’OCDE (66 points).

Le score réalisé par le Brésil en 2021 représente le troisième plus mauvais résultat de la série historique. À l’exception des années 2012 et 2014, le pays était en dessous de la moyenne mondiale de l’IPC dans toutes les évaluations.

Pourquoi le Brésil est-il à la 96ème position du classement ?

Le pays reste, avec de petites variations, stagnant à un très mauvais niveau par rapport à la perception de la corruption dans le secteur public. En effet, la difficulté à lutter contre la corruption et la dégradation de l’environnement démocratique sont des enjeux qui affectent la perception de la corruption et, par conséquent, le score du pays. Les données de l’IPC 2021 montrent que le Brésil n’a pas fait de progrès significatifs, en plus d’avoir connu des revers, pour faire face au problème au cours de la période analysée.

Vous pouvez accéder à l’index sur le site Web de Transparency International.


Vous pourriez également aimer...