Le Venezuela

Le Pérou évalue les sanctions contre Repsol et assure qu’il paiera les dommages

La présidente du Conseil des ministres du Pérou, Mirtha Vásquez, a déclaré que l’exécutif évaluait les questions juridiques et les sanctions, telles que la suspension du permis d’exploitation, contre la société espagnole Repsol pour la marée noire survenue le 15 janvier dans la région de Ventanilla, à Lima, agences de révision.

« Nous ne pouvons toujours pas dire si une licence va être suspendue, car cela dépendra beaucoup de l’évaluation que nous ferons des termes juridiques dans lesquels l’entreprise opère et du type d’infractions qu’elle commet, a déclaré Vásquez.

Lundi, un groupe d’experts de l’Organisation des Nations Unies est arrivé dans le pays pour aider à examiner les dégâts causés par la marée noire qui s’est étendue sur plus de 1,8 kilomètre carré de côtes et 7,1 kilomètres carrés de mer, a souligné l’EFE.

La mission a été convoquée par le Groupe conjoint des Nations Unies sur l’environnement et l’équipe d’évaluation et de coordination des catastrophes des Nations Unies, Undac, pour son acronyme en anglais, et a tenu une réunion avec neuf experts professionnels de la pollution et de la réponse aux déversements d’hydrocarbures, de la chimie marine, de la planification d’urgence et d’autres tâches connexes.

Les membres de l’équipe de pays comme l’Espagne, la France, l’Équateur, le Panama et la Norvège devraient rester à Lima pendant environ deux semaines.

Repsol est responsable

La société Repsol a fait valoir que le déversement avait été causé par une vague anormale soudaine. A cette remarque, Vásquez a répondu que « toute personne physique ou morale qui fait un travail à risque doit assumer la responsabilité des événements ou des dommages et indemniser ».

Le Premier ministre a souligné qu’« ils ne peuvent pas prétendre qu’ils n’ont pas de responsabilité. Ils l’ont et, par conséquent, ils doivent réfléchir aux conséquences, aux sanctions et aux compensations.

À cet égard, il a expliqué qu' »il n’est pas vrai que les dégâts puissent être compensés par des cadeaux », faisant référence aux paniers alimentaires que l’entreprise a annoncés pour les pêcheurs concernés.

Vásquez a précisé que « les entreprises ont l’obligation d’aider dans les questions humanitaires, mais cela n’a rien à voir avec l’indemnisation et la réparation qu’elles doivent payer ».

Repsol paiera les responsabilités pénales, civiles et administratives

Pour sa part, le président du Pérou, Pedro Castillo, a promis aux pêcheurs touchés par la marée noire que le gouvernement obligera la société espagnole Repsol à assumer ses responsabilités dans la catastrophe écologique.

« Du gouvernement, j’appelle cette entreprise responsable et nous allons lui faire respecter ses responsabilités pénales, civiles et administratives, car c’est de cela qu’il s’agit », a déclaré le président lors d’une réunion avec les associations de pêcheurs à la jetée du district de Chorrillos, à la chaux.

Castillo a rappelé que « ce n’est pas la première fois que Repsol fait cela avec le pays », faisant référence au déversement survenu en 2013 sur la plage de Cavero.

Dans le même temps, la présidente du Conseil des ministres, Mirtha Vásquez, a expliqué que l’exécutif évalue les questions juridiques et les sanctions et infractions que Repsol aurait commises lors de la marée noire en mer, avant de décider de suspendre ou non sa licence d’exploitation. .

« Nous ne pouvons toujours pas dire si une licence va être suspendue, car cela dépendra beaucoup de l’évaluation que nous ferons des conditions juridiques dans lesquelles l’entreprise opère et du type de sanctions et d’infractions qu’elle commet », a expliqué Vásquez.

Ce lundi, Repsol a indiqué qu’il avait enlevé 9 000 mètres cubes de sable touchés par la marée noire et qu’il compte actuellement plus de 2 000 personnes travaillant pour nettoyer la mer et la côte de Lima et la province voisine de Callao.

travaux de nettoyage

Le Service national des espaces naturels protégés, Sernanp, une agence rattachée au ministère de l’Environnement, a signalé que le déversement affecte déjà un nouveau secteur de la réserve nationale du système des îles, îlots et pointes de Guaneras, il s’agit de Punta Salinas, dans le province de Huaura.

Au cours de la surveillance, Sernanp a fait la découverte de restes de pétrole sur la côte de la plage de Punta Salinas, et un pingouin couvert de pétrole a été trouvé, qui a été secouru et coordonné avec le Service national des forêts et de la faune, Serfor, pour sa livraison et son traitement.

Sernanp soutient le sauvetage et le nettoyage des oiseaux contaminés avec une assistance médicale vétérinaire.

De son côté, la société Repsol a indiqué qu’elle avait enlevé 9 000 mètres cubes de sable touchés par la marée noire et qu’elle compte actuellement plus de 2 000 personnes travaillant pour nettoyer la mer et la côte de Lima et de la province voisine de Callao.

Ils ont expliqué que le sable compromis « est transporté à la raffinerie pour son traitement d’assainissement, pour être ensuite renvoyé sur les plages ».

L’entreprise a souligné que quelque 300 membres des forces armées péruviennes se sont joints aux travaux de nettoyage, leur fournissant de la nourriture et des équipements de protection individuelle.

Vous pourriez également aimer...