Le Brésil

irresponsabilité qui se traduit par 353 mille morts

São Paulo – Pour le médecin hygiéniste, professeur d’université et ancien ministre de la Santé Arthur Chioro, le fuite d’une conversation entre le président Jair Bolsonaro et le sénateur Jorge Kajuru (Cidadania-GO) sur l’IPC de Covid montre littéralement «l’ampleur de l’irresponsabilité, de l’immaturité et du manque de préparation (de Bolsonaro) qui, dans la pratique, se traduisent par plus de 353 000 vies perdues à ce moment». Dans une interview avec Marilu Cabañas, Journal actuel du Brésil Lundi matin (12), Chioro a critiqué le contenu de l’audio diffusé par le député lui-même. Dans les archives, Bolsonaro fait pression sur le sénateur pour l’ouverture d’une procédure de destitution contre les ministres de la Cour fédérale suprême (STF), en représailles pour Décision de justice qui a obligé le Sénat à se conformer à la Constitution et à installer la Commission d’enquête parlementaire sur la pandémie (CPI).

« Ce qui m’inquiète, c’est que pendant qu’ils jouent avec la vie des gens, les vies sont parties », a averti Chioro. La conversation révèle que Bolsonaro et les sénateurs alliés tentent d’élargir la portée de l’IPC de Covid pour inclure les gouvernements des États et des municipalités dans les enquêtes. « Cela ressemble à cette conversation de la classe à l’arrière de l’école combinant comment ils vont se battre avec les garçons dans la classe voisine ou à l’école voisine », a-t-il déclaré.

Dans un nouvel extrait de l’audio, publié lundi (12) également par Kajuru, Bolsonaro offense et menace toujours le sénateur Randolfe Rodrigues (Rede-AP). « Je vais devoir le battre avec de la merde comme ça. » En effet, le parlementaire d’Amapá est l’auteur de la demande qui demande l’installation de la commission, déterminée par le ministre du STF, Luís Roberto Barroso.

Le Brésil soutient une augmentation des cas

L’ancien ministre de la Santé prévient que les menaces de Bolsonaro surviennent à un moment où le avance de vitesse de covid-19 au Brésil étonne tout le monde. Jusqu’à 16 heures hier, le Brésil s’est officiellement enregistré 353137 vies perdues depuis le début de la pandémie. Il y a 17 jours, il y a eu 320 000 victimes. Le pays avait toujours la deuxième moyenne mobile la plus élevée de décès, 3 101 décès au cours des sept derniers jours. Mais, malheureusement, comme le souligne Chioro, « les conditions qui sont données et qui soutiennent cette expansion expressive des cas que nous avions depuis novembre sont maintenues ».

«Le taux de transmission reste élevé, les mesures d’isolement ont été effectuées à mi-vitesse. En d’autres termes, ils n’ont jamais été pour de vrai », conteste l’ex-ministre. «D’où l’importance du fait que si le taux de vaccination au Brésil augmente lentement, encore bien en deçà de ce dont nous avons besoin, des mesures d’isolement sont maintenues pour protéger le système de santé et empêcher les gens de mourir en gardant les lits en USI», explique.

Choisir qui devrait vivre

Face à l’effondrement de la santé, les entités médicales ont défini des critères de dépistage des patients en réanimation. Selon un rapport de Folha de S. Paulo, Pernambuco est l’un des États qui utilisent déjà le score unifié pour la priorisation (EUP-UTI), qui aide les médecins à définir qui doit être servi en priorité, en fonction des chances de survie. De plus, les professionnels de santé de première ligne sont toujours obligés de recourir à des pratiques de confinement, c’est-à-dire d’attacher les patients au lit, en raison du manque de sédatifs et même de fournitures de base.

«Quand on voit certaines attitudes, notamment du président Bolsonaro, elles sont irrespectueuses et dégoûtantes pour les familles qui perdent leurs proches, mais aussi pour les professionnels de la santé. Derrière cette forteresse de médecins, d’infirmières, de kinésithérapeutes, il y a de vrais gens, des gens de chair et de sang, dont les âmes souffrent trop dans ces circonstances », reproche Arthur Chioro.

Découvrez l’interview

Rédaction: Clara Assunção

Vous pourriez également aimer...