La Colombie

« J’ai de la chance », un Colombien qui mourra dans une semaine d’euthanasie

Martha Sepúlveda, 51 ans, est celle qui est heureuse parce que Dimanche prochain, le 10 octobre, il deviendra la première personne avec un diagnostic non terminal à subir la procédure d’euthanasie dans le pays.

Depuis quelque temps, Sepúlveda semble atteint de la SLA, une maladie qui pendant trois ans a empêché ses jambes de bouger normalement et l’a empêché de marcher.

En juillet de cette année, la Cour constitutionnelle a étendu le droit à une mort digne aux personnes qui ne sont pas en phase terminale, mais que, néanmoins, ils veulent mettre fin à leur cycle. Cette nouvelle a été célébrée par la femme de Medellín qui, quelques jours après l’approbation, a demandé à son EPS d’accéder au processus, donc son cas a été résolu très rapidement et autorisé, lui accordant ainsi une date pour son rendez-vous.

A 7h30 du matin, dimanche prochain 10 octobre, le rendez-vous était fixé pour l’application de l’euthanasie à Mme Matha Sepúlvenda, qui a avoué lors d’une interview avec Noticias Caracol qu’il était heureux et que depuis qu’il a programmé la procédure, il sent que sa vie s’est améliorée.

« Je vais bien, j’ai de la chance. Je suis plus calme depuis que la procédure a été autorisée, je ris plus, je dors plus calmement », a expliqué la femme dans l’émission.

Sepúlveda a également avoué être croyant et catholique, son histoire a donc été plus controversée, car elle est convaincue qu’elle n’a pas à regretter d’avoir pris cette décision puisque, selon elle, Dieu ne veut pas la voir souffrir.

« Je suis catholique, je crois beaucoup en Dieu. Mais Dieu ne veut pas me voir souffrir. Aucun parent ne veut voir ses enfants souffrir. Je souffre. Je crois en un Dieu qui ne veut pas me voir comme ça. En fait, pour moi, c’est permettre à Dieu », a-t-il commenté.

Vous pourriez également aimer...