Le Brésil

Jamil Chad détaille les agressions et déplore la « disparition » du Brésil du G20

São Paulo – « Le Brésil a disparu du G20 », déplore le journaliste Jamil Chad. « Aujourd’hui, on pourrait facilement dire que c’est un G19. Le vingtième pays là-bas ne sait même pas ce que représente le G20 », déplore le chroniqueur de l’UOL dans une conversation avec le journaliste Glauco Faria, sur Journal actuel du Brésil. Chad est l’un des journalistes couvrant la réunion du G20 à Rome. Et il faisait partie des professionnels agressés par des agents de sécurité lors de la tournée du président dans les rues de la capitale italienne, lorsque Bolsonaro est sorti saluer ses partisans dans la ruelle de l’ambassade du Brésil.

Les « vacances » de Bolsonaro en Italie provoquent de nouvelles protestations

« Et ils n’étaient pas là par hasard », révèle le journaliste. La foule avait été informée trois jours à l’avance du jour et de l’heure où Bolsonaro apparaîtrait pour les saluer. « C’était un théâtre. Quelque chose organisé pour que dans les réseaux sociaux du Pocketnarism cela apparaisse comme quelque chose de spontané.

Il dit qu’ils ont appris cette rencontre organisée par les partisans du président et se sont rendus sur place pour la couvrir. Bolsonaro a parlé rapidement puis s’est promené avec les supporters. « La troisième marche en trois jours, car il n’avait pas d’autre horaire à faire. Aucun leader international ne voulait être avec lui. Au cours de ce voyage, il était très clair que les supporters étaient les bienvenus, mais pas la presse. »

agression

Selon Jamil Chad, il y avait sept journalistes dans la couverture et tous avec une grande expérience des voyages présidentiels. « Aucun des journalistes n’allait attaquer le président. La seule chose que nous aimerions faire, c’est ce qui est toujours fait : des questions. Mais les questions, on le sait très bien, que dans ce gouvernement elles sont compliquées.»

Et, en fait, dans un court laps de temps, environ huit minutes, il y a eu de nombreuses attaques contre des journalistes. « Ana Estela, de Folha, a été poussée. Puis, quelque chose de plus grave, avec l’équipe Globo, le journaliste a été frappé. Et je suis allé filmer la personne qui agressait pour avoir un dossier. Cette personne, quand il me voit filmer, vient vers moi aussi, me tord le bras et prend mon téléphone. Puis il le jette sur le trottoir et, par chance de ces choses que nous ne savons pas comment, le téléphone continue d’enregistrer et de filmer tout ce qui se passe.

Le journaliste d’UOL juge la situation extrêmement grave. «Il est également très grave que nous soyons déjà mardi (quand il a accordé l’interview à Rádio Brasil Atual), et que cela s’est passé dimanche, le gouvernement brésilien ne s’est pas prononcé, il n’explique pas qui sont ces personnes. S’il s’agit d’agents de sécurité privés, s’ils sont embauchés par l’ambassade, s’ils sont guidés par le gouvernement pour mener cette agression. Ou s’il s’agissait simplement d’une exagération de la police locale, ce qui peut aussi être et se trompe », souligne Chad, exigeant. « Nous devons savoir qui sont ces personnes qui nous ont agressés. »

Brésil embarrassé

Jamil Chad a témoigné et déposé un rapport de police auprès de la police locale qui, selon lui, enquête toujours sur l’identité des agresseurs. L’épisode de violence contre les journalistes a encore terni l’image déjà ébranlée du Brésil dans le monde. « Le Guardian (journal anglais) a annoncé cette nouvelle. Deutsche Welle, une agence publique allemande a raconté cette histoire. Plusieurs journaux italiens, comme La Republica, le principal, ont annoncé la nouvelle. Une situation absolument embarrassante, une autre encore, pour le gouvernement brésilien.

Le journaliste, qui vit en Europe depuis 21 ans et travaille dans ce type de couverture, souligne qu’il n’est pas courant que des agents de sécurité ou même de police s’en prennent aux journalistes. « Ceci, honnêtement, je n’ai pas vu de couverture présidentielle au cours des 21 dernières années. »

Bolsonaro a été la cible de protestations à chaque voyage qu’il effectue. Ce qui est aussi « absolument inouï », rappelle Jamil Chad. « Depuis la redémocratisation au Brésil, c’est la première fois qu’être brésilien à l’étranger en tant que président est quelque chose d’embarrassant, ce qui n’est pas accepté. Lors de tous les déplacements, Bolsonaro a été la cible de protestations de la population locale, il est important de le dire. Ce n’est pas un comité pour un parti politique brésilien ou un groupe qui représente un autre parti. Nous assistons à des protestations d’étrangers et c’est complètement nouveau.

un pays oublié

Si la honte des attentats contre les journalistes ne suffisait pas, le Brésil a été ignoré au G20. Aucun ordre du jour n’a été fixé pour le président Bolsonaro, hormis des réunions informelles, comme avec le président turc Recep Tayyip Erdogan. « Bolsonaro ne sait pas qu’il est là pour représenter un pays. Il pense qu’il est là-bas pour représenter Jair. Que c’était Jair qui était invité. Jair n’a pas été invité. L’invitation est pour le Brésil, l’une des plus grandes économies du monde. Gâcher cela, c’est isoler encore plus le Brésil. Un pays qui n’a pas sa place parmi les grandes puissances », déplore-t-il.

Jamil Chad révèle que même les dirigeants des pays d’extrême droite du monde entier sont conscients des limites de Bolsonaro. « J’ai même entendu Marine Le Pen (leader de l’extrême droite en France) dire que ce que dit Bolsonaro est parfois inacceptable. En d’autres termes, même l’extrême droite européenne a une certaine prudence en étant de son côté », dit-il, notant Mateus Salvini, leader de l’extrême droite italienne, pays où ont eu lieu les attentats contre les journalistes brésiliens.

Vous pourriez également aimer...