Le Brésil

Journée de lutte pour la dépénalisation et la légalisation de l’avortement en Amérique latine et dans les Caraïbes: Comprenez!

Marche pour l'avortement légal en Argentine.  Journée de lutte pour la dépénalisation et la légalisation de l'avortement en Amérique latine et dans les Caraïbes
Buenos Aires, Argentine. Photo: Agustin Marcarian / REUTERS.

O Journée de lutte pour la dépénalisation et la légalisation de l’avortement en Amérique latine et dans les Caraïbes il est célébré tous les 28 septembre depuis 1990, date à laquelle cette date a été fixée lors de la 5e Rencontre féministe latino-américaine (EFLAC). L’événement, qui a eu lieu en Argentine, a défini cette journée de lutte basée sur la suggestion de groupes féministes qui ressentaient le besoin de rendre visible la situation de l’avortement dans la région et de susciter une prise de conscience.

Dans ce contenu, politisez! explique comment la date est célébrée et pourquoi les groupes féministes et autres organisations défendent la nécessité de ce jour.

Pourquoi une journée pour ce combat?

La Journée de la lutte pour la dépénalisation et la légalisation de l’avortement en Amérique latine et dans les Caraïbes a un nom aussi long que l’histoire de l’oppression et de la violence contre les femmes déjà vécue en Amérique latine. L’illégalité de l’avortement, ainsi que le manque d’accès aux services de planification familiale, aux soins prénatals de qualité, aux services d’urgence obstétricaux efficaces et aux services de qualité pour traiter les complications résultant d’un avortement provoqué ou spontané, sont des facteurs qui contribuer aux taux élevés de mortalité maternelle, selon une étude de l’organisation à but non lucratif Ipas, qui se consacre à la promotion de la santé reproductive dans plusieurs pays. En 2017, l’Organisation mondiale de la santé a publié une enquête visant à réaliser plus de 6,4 millions d’avortements en Amérique latine entre 2010 et 2014. Selon l’étude, plus de 76% de ces interruptions de grossesse ont été rendues dangereuses, plaçant la vie de nombreuses femmes en danger.

En outre, la majorité de ces femmes ont également dû faire face à la crainte d’éventuelles répercussions juridiques, car les pays d’Amérique latine ont la législation la plus restrictive au monde sur l’avortement. Des pays comme El Salvador, le Honduras, Haïti, le Nicaragua et la République dominicaine interdisent totalement la procédure. Dans une étude du Comité latino-américain et caraïbe pour la défense des droits des femmes, même dans les pays qui ont une législation autorisant l’avortement dans certains cas, l’accès au droit est souvent refusé ou il n’y a pas de protocole clair sur la manière Mettre en œuvre.

Selon le Centre féministe d’études et de conseil (Cfemea), les pays de notre région sont marqués par un processus colonial avec hégémonie de l’Église catholique et processus de domination des corps des femmes et de la population indigène et noire. «Notre État démocratique est patriarcal et réitère cette domination en niant le droit des femmes à décider de leur corps, ce qui touche principalement les femmes pauvres et noires», disent-ils.

L’éducatrice de l’équipe de l’institut SOSCorpo Silvia Camurça explique que l’exercice de cette domination sur les femmes est stratégique. « Ce contrôle du corps inclut le contrôle et l’exploitation de la sexualité au service du désir masculin, de l’industrie de la mode, de la beauté et de la médecine esthétique, et inclut la régulation de la capacité gestationnelle du corps des femmes », a-t-elle déclaré dans une interview à Politize ! L’éducateur explique que ce contrôle est à la base de la concentration inégale du pouvoir, de la richesse et des privilèges masculins.

Un autre problème lié à l’absence de ce droit, selon les organisations féministes, est le taux élevé de maternité infantile. Selon l’ONU, l’Amérique latine est la deuxième région avec le plus grand nombre de filles devenant mères, juste derrière l’Afrique. Récemment au Brésil, une fillette de 10 ans a rencontré plusieurs obstacles jusqu’à ce qu’elle obtienne le droit de se faire avorter après avoir été violée par un oncle. «Tout cela, et tant de cas quotidiens, révèlent à quel point nous sommes loin d’un débat honnête avec la société sur la légalisation de l’avortement», explique un représentant de Cfemea, défendant l’importance du 28 septembre et comment cette date soutient, à travers des mouvements organisés , pour contribuer au thème.

Sur le continent latino-américain, L’Uruguay a décriminalisé et légalisé l’avortement en 2012, qui aujourd’hui peut être pratiquée dans le pays en toute sécurité et gratuitement jusqu’à la 12e semaine de grossesse. Fin 2020, l’Argentine a adopté une loi qui prévoit l’avortement légal et gratuit dans le pays. Dans ces pays, les femmes peuvent choisir de se faire avorter quelle que soit la raison pour laquelle elles le font, à condition de suivre certaines étapes définies par la loi.

Avortement au Brésil

Au Brésil, l’interruption de grossesse n’est autorisée que dans trois cas:

  • en raison d’un viol
  • s’il représente un risque de décès pour la femme enceinte
  • lorsque le fœtus reçoit un diagnostic d’anencéphalie fœtale

Même pour les femmes qui correspondent au profil, il existe de nombreux obstacles à l’avortement. Les filles, les femmes et les personnes victimes de violences sexuelles sont victimes de discrimination et ne peuvent pas interrompre la grossesse résultant d’un viol en raison de négligence, d’omission et de désinformation, selon un rapport du portail Catarinas:

«Un tiers des unités fédérales ont un ou aucun service d’avortement légal enregistré par le Registre national des établissements de santé (Cnes): Amapá, Alagoas, Rondônia, Goiás, Piauí, Paraná, Roraima, Sergipe et Tocantins. À l’exception du Paraná et de Goiás, ce sont aussi les États avec le taux d’avortements le plus bas enregistré par le Système d’information hospitalier du système de santé unifié (SIH / SUS) et avec les taux les plus élevés de viols pour 100000 femmes, selon avec l’annuaire de la sécurité publique brésilienne 2019 »

Le rapport souligne également qu’en moyenne entre 7 et 15% des personnes violées se retrouvent enceintes en raison des violences. Cela signifierait qu’environ 36 à 79 000 personnes auraient droit à un avortement légal chaque année au Brésil. Cependant, le nombre moyen d’avortements enregistrés par SUS par an n’est que de 1630.

Ces derniers temps, des projets de loi encore plus restrictifs concernant l’avortement ont été avancés au sein de la législature brésilienne, dirigée par des législateurs de partis tels que le PSD et le PL. L’un d’eux est devenu le statut de l’enfant à naître, un projet de loi qui défend l’interdiction de l’avortement dans tous les cas. Ce projet en cours depuis 2007 privilégie les droits du fœtus dès la conception et cherche à transformer l’avortement en un crime odieux. En outre, il établit des peines de un à trois ans de prison pour ceux qui se font avorter et de un à deux ans pour ceux qui provoquent ou aident une femme enceinte à se faire avorter.

La journée de lutte pour la dépénalisation et la légalisation de l’avortement en Amérique latine et dans les Caraïbes

Depuis la définition de cette date en 1990, les organisations féministes et les droits des filles et des femmes à la santé ont mis la question de l’avortement et d’autres questions de genre et de droits de l’homme à l’ordre du jour chaque 28 septembre. Plusieurs actions telles que des conférences, des ateliers, des expositions et de nombreuses autres activités sont menées au cours du mois, se concentrant sur la revendication des droits des femmes. « Cette journée évoque la lutte des mouvements féministes et féministes pour le droit à l’avortement légal et sécurisé, marquée par des actes, des veillées, des brochures, des débats et d’autres formes d’expression », a expliqué une représentante de Cfemea dans une interview à Politize!.

Un des exemples d’actions menées ce jour-là au Brésil s’est produit en 2008, lorsqu’un acte public majeur dans les rues de São Paulo a marqué le lancement du Front national pour la fin de la criminalisation des femmes et pour la légalisation de l’avortement. Depuis, cette organisation travaille en permanence pour générer une mobilisation sociale et pluraliser les arguments en faveur de l’autonomie reproductive des femmes. Le mouvement se caractérise par l’occupation d’espaces virtuels ou non pour discuter de la nécessité de légaliser et de dépénaliser l’avortement, l’accès à la santé et l’interruption sûre et gratuite des grossesses non désirées.

Bannière
Source: Front pour la légalisation de l’avortement

En 2020, Silvia dit que plus de 4000 militants ont rejoint la diffusion en direct de SOSCorpo. «La lutte féministe a dû se développer pour dénoncer les contradictions des forces conservatrices, pour défendre la légalisation et la vie des femmes, aujourd’hui plus menacées de mort et d’emprisonnement qu’auparavant», explique-t-elle.

Ici à Politize! nous avons déjà publié des textes qui apportent des points de vue différents sur l’avortement pour vous permettre de comprendre les côtés de ce débat, nous avons même un quiz pour tester les connaissances des lecteurs sur le sujet. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce sujet, visitez les liens fournis tout au long de ce texte.

Avez-vous aimé le contenu? Laissez votre avis dans les commentaires!

Références:

Portal Catarinas: « 28 septembre: Consultez le calendrier de la lutte pour dépénaliser l’avortement »

Portal Catarinas: «Le 28 septembre est marqué par l’union des forces entre les mouvements»

Portal Catarinas: «L’avortement prévu par la loi: un droit en litige au Brésil»

Centre d’études et de conseil féministes: «Journée de lutte pour la dépénalisation de l’avortement en Amérique latine et dans les Caraïbes»

France 24: «Así es abortar em América Latina: rapports sur une région restrictive»

Brasil de Fato: « Avortement légal, droit refusé: une carte de l’Amérique latine »

Jusbrasil: « 28 septembre: Journée de lutte pour la dépénalisation de l’avortement en Amérique latine et dans les Caraïbes »

Miettes: « Code pénal et avortement »

Ipas Brasil: «Mortalité maternelle et avortement à risque: une question de droits humains des femmes»


Vous pourriez également aimer...