La Colombie

Kamala

14 août 2020-11: 40 p. m.
Pour:

Muni Jensen

Kamala Harris sera la vice-présidente candidate du démocrate Joe Biden. Cette semaine, après des mois de spéculations dans la presse et dans les salles virtuelles, le candidat s'est tourné vers le sénateur de 55 ans et ancien procureur de Californie. Sa nomination a fait sensation non seulement parce qu'elle est la quatrième femme à faire partie d'un duo présidentiel – après Geraldine Ferraro, Sarah Palin et Hillary Clinton elle-même, mais parce qu'avec un père jamaïcain et une mère indienne, elle représente les minorités raciales américaines dans une moment de grande tension et de manifestations généralisées contre le racisme. Leur présence donne de l'oxygène au mouvement et au dynamisme d'un Parti démocrate fragmenté qui a perdu la confiance des Afro-Américains. Biden, qui a annoncé en mars que sa formule serait une femme, a été presque obligé de choisir une formule noire.

La vérité est que dans tous les pays, la vice-présidence est un poste sans agenda spécifique, et ceux qui l'occupent ont rarement autant de visibilité que pendant les mois de campagne. La nomination, qui vise principalement à élargir la base électorale et les contributions électorales, est le produit de calculs complexes, de projections, de négociations entre politiciens et parfois entre partis.

Les règles d'une bonne sélection sont constituées: la première et la plus importante est de ne pas nuire au candidat. Un nom controversé qui détourne l'attention avec des scandales passés ou des positions controversées peut être désastreux. Il convient de se souvenir de la bévue qui a tant blessé le candidat républicain John McCain lorsqu'il a choisi Sarah Palin, sénateur de l'Alaska; roue lâche qui est devenue une énorme distraction grâce à sa famille dysfonctionnelle, ses discours individualistes et son imprudence quotidienne. Ce test a été passé par Harris, une personnalité bien connue dont le mandat pour la nomination présidentielle démocrate l'a soumise à un examen approfondi de sa vie politique et personnelle. Avec lui, il n'y aura pas beaucoup de surprises.

La formule doit également pouvoir captiver le public, résister aux attaques de la presse et répondre avec facilité. Ce doit être un contrepoids en âge, en idées politiques et en expérience, comme le couple idéal qu'était Obama et Biden, dont les décennies au Sénat ont compensé la courte histoire du jeune et charismatique Barack. Aujourd'hui, alors que le Parti démocrate est divisé entre modérés et front radical, le centriste Biden doit susciter l'enthousiasme de l'aile gauche de son parti, longtemps dominé par Bernie Sanders et Elizabeth Warren. Même si elle faisait partie des quatre finalistes, et aurait mobilisé la gauche, une femme blanche serait tombée malade. Warren aura sans aucun doute une position élevée dans le gouvernement, mais en campagne, il n'a pas assez ajouté.

D'autres critères, propres au candidat, ont également prévalu dans le processus de sélection de Biden: la fidélité et la chimie. Dans la loyauté, Harris, un ancien procureur avec un style formidable de présentation de ses idées, a failli s'effondrer à cause de ses attaques sévères contre Biden lors de débats sur son prétendu passé raciste. Ses vives critiques ont irrité la famille et ont été le point culminant de la décision. Mais la deuxième chose, la chimie, l'a sauvée. Biden, un homme plus âgé, sensible et humain, voulait une personne qui l'aimait et qui n'avait pas peur de le contredire. Malgré les combats passés, elle a trouvé à Kamala une formule idéale, même au-dessus de sa collègue compétente Susan Rice, ancienne conseillère à la sécurité nationale d'Obama, le seul autre finaliste afro-américain. Rice aurait provoqué la controverse dès le premier jour pour ses décisions en tant que diplomate en Afrique et son traitement opaque de la crise de Benghazi. Son manque d'expérience électorale, l'absence d'une base de donateurs et son manque de charisme l'ont nui, et malgré sa proximité et ses antécédents, il a échoué à l'examen.

Il reste deux mois et demi avant les élections aux États-Unis. Biden est sept points plus élevé dans les sondages les plus récents. Dans les débats présidentiels où Trump ira à la jugulaire pour montrer les faiblesses de son rival, et Kamala sera dévastateur face au robot Mike Pence. Il manque des mois de covid, d'incertitude et de crise économique. Personne ne peut deviner ce qui va se passer. Mais avec Kamala Harris à bord, Biden a injecté de l'oxygène, de la diversité et de l'enthousiasme dans sa campagne.

Suivez sur Twitter @Muni_Jensen

Vous pourriez également aimer...