La Colombie

La Colombie célèbre la certification américaine dans la lutte contre le trafic de drogue

Le gouvernement s’est félicité du fait que les États-Unis aient certifié le pays dans la lutte contre le trafic de drogue et a salué le soutien à l’utilisation de la pulvérisation aérienne pour accélérer l’éradication de la coca, selon le ministère de la Défense.

« La certification accordée par le secrétaire d’Etat, Antony Blinken, entérine l’engagement indéfectible du pays à lutter contre le trafic de drogue », a déclaré le ministre colombien de la Défense Diego Molano dans un communiqué aux médias.

Selon lui, la certification souligne que la Colombie avance dans l’objectif pour l’année 2023 de réduire de 50% les superficies de cultures illicites et la production mondiale de cocaïne.

« Ces réalisations sont dues au fait que l’année dernière, le pays a réussi à éradiquer manuellement 130 000 hectares de coca, à détruire plus de 5 000 laboratoires de coca, à faire progresser l’interdiction nationale et internationale et le blanchiment d’argent », a déclaré Molano.

Prise en charge de la pulvérisation aérienne

Le ministère de la Défense a également apprécié le soutien des Etats-Unis à d’autres formes de lutte contre la drogue, malgré l’opposition de différents secteurs au retour de la pulvérisation aérienne avec le puissant herbicide glyphosate.

Molano a expliqué que le rapport des États-Unis souligne « que d’autres mécanismes tels que la pulvérisation doivent être utilisés avec la précision que la Cour constitutionnelle a indiquée conformément aux exigences établies ».

Le gouvernement colombien défend le retour à la pulvérisation aérienne de glyphosate, suspendue il y a cinq ans, en réponse au nombre élevé de cultures licites.

La tendance de croissance des cultures de coca en Colombie s’est ralentie en 2018, mais le nombre d’hectares plantés continue à atteindre des sommets historiques malgré le passage de 171000 en 2017 à 154000 en 2019, selon les rapports de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (Unodc).

Spray de glyphosate en suspension

En 2014, une décision de la Cour constitutionnelle colombienne a ordonné la suspension de la pulvérisation aérienne après que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a inclus le glyphosate parmi les herbicides pouvant causer le cancer chez l’homme.

À la mi-2015, sous le gouvernement de Juan Manuel Santos, le Conseil national des stupéfiants (CNE) s’est conformé à la décision de la Haute Cour qui, deux ans plus tard, a rendu une nouvelle décision dans laquelle il établissait qu’il serait possible de reprendre la pulvérisation aérienne si une enquête scientifique, « objectivement et de manière concluante, démontre l’absence de dommages à la santé et à l’environnement ».

La Cour constitutionnelle a également fixé six conditions que le gouvernement doit remplir pour reprendre les pulvérisations et dans ces conditions les autorités s’emploient à revenir à cette pratique à une date que les autorités n’ont pas définie mais qu’elles espèrent qu’elle sera bientôt.

Sergio Gil • Colombia.com • Mar, 02 / Mar / 2021 9:57 am

Vous pourriez également aimer...