Le Venezuela

La Commission interaméricaine des droits de l’homme recueille des données sur les abus en Colombie

La Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a entamé mardi sa visite de travail de trois jours dans plusieurs villes colombiennes, où elle recueillera des témoignages de violations des droits de l’homme lors des manifestations, avec une première rencontre avec le président colombien, Iván Duque . . .

Une partie de la mission – composée de la présidente de la CIDH, Antonia Urrejola, et des secrétaires exécutifs Camila Koch, Maximiliano Duarte et María Claudia Pulido – a rencontré ce matin Duque et la vice-présidente et chancelière, Marta Lucía Ramírez, et d’autres membres du gouvernement.

Il s’agit d’une réunion privée avec laquelle la mission inaugure son agenda de travail à Bogotá ; Au cours de la matinée, ils rencontreront également la Police et des représentants de divers ministères, dont la Défense – en charge de la Police -.

« Au cours de ces trois jours de visite, nous rencontrerons divers secteurs représentatifs de la société colombienne, notamment les autorités gouvernementales, les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, des représentants de la société civile et tous les secteurs qui ont vu leurs droits bafoués », a expliqué Urrejola lors d’une conférence de presse. conférence de presse, au cours de laquelle il a indiqué que « pour la CIDH, il n’y a aucune personne ou organisation interdite ».

Et il a souligné que « la délégation de la Commission cherchera à écouter les victimes de violations des droits humains et leurs familles dans le cadre des manifestations pour recevoir directement leurs témoignages, plaintes et communications ».

Ainsi, dans l’après-midi, ils commenceront à rencontrer virtuellement la société civile, à laquelle participeront les victimes d’exactions policières et de crimes commis dans le cadre des manifestations.

Depuis le début des manifestations, le parquet a fait état de 20 morts, tandis que des organisations sociales comme l’ONG Temblores portent le nombre à 74 morts, dont 45 blâment directement la police, la plupart survenus à Cali.

VOYAGE À CALI

Un autre groupe de travail de la CIDH s’est rendu ce matin dans la ville de Cali (sud-ouest), qui est l’épicentre des manifestations depuis le 28 avril et où les plus grandes atteintes aux droits humains ont été dénoncées tant par la police, comme des scènes d’affrontements entre civils armés, problèmes de blocus et vandalisme.

Dans cette ville, la troisième du pays, la CIDH rencontrera la société civile et rencontrera des organisations locales telles que le Conseil municipal et l’Institut national de médecine légale et des sciences médico-légales, ainsi que l’Unité nationale de recherche de Personnes disparues (UBPD).

Les manifestants ont appelé devant l’hôtel où la CIDH organisera une « grande manifestation artistique » pour recevoir et accueillir cette mission, qui devrait fournir une déclaration neutre et objective de ce qui s’est passé dans le pays pendant six semaines de manifestations.

Vous pourriez également aimer...