Le Brésil

La crise et la pandémie érodent l’influence des églises et l’approbation de Bolsonaro

São Paulo – La part des évangéliques au Brésil, estimée entre 25% et 30% de la population, est considérée comme la principale base de soutien du président Jair Bolsonaro. Les données sont exposées par la recherche. Le plus récent de l’institut Datafolha, publié la semaine dernière, révèle, entre autres, que 46% des évangéliques ne craignent pas d’être infectés par le coronavirus (chez les catholiques, le pourcentage est de 32%). L’idée que «Dieu est pour nous» soutient cette position. Une interrogation sur les publications sur les réseaux sociaux montre qu’en bref, la population non croyante au vaccin pense qu’avoir peur de la covid-19 est un signe de peu de foi.

Datafolha montre également que la moitié des Brésiliens (50%) sont contre la destitution. Ce groupe est formé principalement de citoyens de la région Sud (59%), d’hommes d’affaires (81%) et d’évangéliques (59%). Interrogés sur le type d’établissements à fermer pour lutter contre la transmission du virus, seuls 39% des évangéliques étaient en faveur de l’entrée des églises dans l’interdiction.

Pour le sociologue Cândido Grzybowski, d’Ibase, les sondages d’opinion montrent «une photographie» du moment actuel. Par exemple, une enquête récente du magazine Forum révèle que le secteur dans lequel Bolsonaro trouve le plus de soutien est celui des évangéliques. Dans ce segment, 38,4% disent qu’ils voteraient pour le président actuel, tandis que 27% disent qu’ils voteraient pour Lula. Mais le fait que l’électorat évangélique continue à soutenir principalement son «patron» ne signifie pas que ce moment durera indéfiniment. «La pandémie et la crise effraient les gens. La situation que nous vivons n’est pas durable. Et le discours des Églises n’a plus la réponse que la société doit avoir à cela en ce moment », dit-il.

Réalité vs pouvoir de la dîme

Bref, pour Grzybowski, si la tâche de déconstruire le discours capitaliste qui sous-tend le pouvoir de ces églises est énorme, selon laquelle «ceux qui sont capables et Dieu contribue» est vaincue, la réalité elle-même peut déconstruire le pouvoir de la dîme par lequel elle est a obtenu le salut « . Parce que les gens vivent une tragédie et que beaucoup d’entre eux se rendent compte que le salut ne vient pas.

Les communautés nécessiteuses sont composées de personnes qui ne prennent pas de position politique par elles-mêmes. Ils n’aiment pas les doutes, ils ne les comprennent pas et ils sont motivés par la parole de l’évêque ou du pasteur. Par conséquent, il est essentiel qu’il y ait des évêques et des pasteurs progressistes, qui introduisent le questionnement dans leur esprit.


Lire aussi

Le fondamentalisme s’approfondit en politique et menace les démocraties, selon des religieux


Pour le sociologue, le manque historique de soutien des populations périphériques par l’État a créé l’espace occupé par les évêques, élevé aux expressions politiques. Au Congrès national, par exemple, on le voit aujourd’hui clairement: le législatif est moins marqué par les choix du parti que par la loyauté et le cacique. Le pasteur a acquis une telle crédibilité dans les localités, qu’ils élisent, parfois facilement, ceux de sa «confiance», souvent eux-mêmes. «C’est la reproduction du vieux coronelismo de base, maintenant dans la figure du pasteur, qui vous offre la dîme pour obtenir le salut», dit-il.

De plus, les églises évangéliques ont des réseaux de télévision. Les «croyants» ne croient même pas en TV Globo. Les croyants de l’Église sont encouragés à payer des «contributions» et des dîmes en service au volant.

Dans cette situation sombre, il existe encore des milices pour «protéger» les citoyens à la place de l’État qui les a abandonnés. «Mais je ne dirais pas que tout est perdu. Aussi parce que la pandémie et la crise commencent à mettre les gouttes sur le «est» et montrent que la situation est plus compliquée que ne le montre le discours des églises », estime Grzybowski. L’aide d’urgence d’un montant moyen inférieur à la moitié de ce qui a été versé l’année dernière a déjà des répercussions sur l’image de Bolsonaro. Le rejet de la négation du président dans la pandémie le conduit à son plus grand rejet depuis le début du gouvernement, a souligné le même Datafolha la semaine dernière.

Crivella, cas exemplaire

Le cas le plus exemplaire, pour Grzybowski, est que les églises n’influencent plus autant que l’on pense avoir eu lieu lors des dernières élections municipales à Rio.L’ancien maire Marcelo Crivella n’a obtenu qu’environ 35% des voix valables. São Paulo, avec l’effondrement de Celso Russomanno, est un autre exemple que la vague bolsonariste est en baisse et ne l’est pas aujourd’hui, bien que plus lentement que tous les démocrates du pays le souhaiteraient.

«Nous ne savons toujours pas où va ce processus. Mais les églises ne parviennent pas à répondre aux défis posés par la crise. Le courant d’évangéliques qui régnait autour de Bolsonaro, basé également sur les milices, n’était pas du tout bon en 2020 », explique le sociologue. Il y a aussi des pratiques contraires au pouvoir dominant dans les églises néo-pentecôtistes, qui font également face à des adversaires internes, note-t-il. «Il y a une pensée de gauche même parmi ces églises. Oui, il y a un mouvement de résistance là-dedans », dit-il.


Lire aussi

Les évangéliques célèbrent le rétablissement de la justice dans l’affaire Lula


En tant que candidat, l’actuel président a su saisir une situation grave, dans un contexte où «la tentative systématique était faite de démoraliser et de criminaliser la gauche». Bolsonaro a conquis les évangéliques parce que « il s’est présenté à la jonction de Dieu, de la patrie et de la famille ». Mais, pour le sociologue, les secteurs de gauche ont aussi une part de responsabilité dans la croissance du néo-pentecôtisme, en abandonnant les bases et les périphéries. La reprise progressive de cet espace fait partie de la «tâche ardue» des secteurs progressistes.

Pour illustrer son appréciation selon laquelle «tout n’est pas perdu», Grzybowski cite une recherche mondiale de l’Institut Ipsos. Conduite dans 15 pays du 25 au 28 février, l’étude montre que les Brésiliens sont ceux qui souhaitent le plus être vaccinés contre le covid-19. Avant la question « si un vaccin pour Covid-19 est disponible pour moi, je le prendrais », 76% des Brésiliens sont totalement d’accord avec l’affirmation et 13% partiellement. Lire le sondage ici.

:: Le fondamentalisme s’approfondit en politique et menace les démocraties, disent les religieux

Collaboré: Cláudia Gonçalves dos Reis

Vous pourriez également aimer...