Le Brésil

La décision du STF sur les actions de Moro contre Lula se poursuit. Suivez ici –

São Paulo – Ce jeudi (15), le jugement de la Cour suprême (STF) sur la décision du ministre Edson Fachin qui a annulé les condamnations de l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva dans le cadre de l’opération Lava Jato se poursuit. La séance doit être reprise après 14 heures, par visioconférence. Hier (14), la Cour a décidé, par 9 voix contre 2, que la plénière pouvait analyser l’octroi de l’habeas corpus (HC) qui a rendu nulles et non avenues les décisions prises par la 13e Cour fédérale de Curitiba dans le cadre d’une procédure pénale contre Lula, après avoir reconnu l’incompétence du tribunal à poursuivre et juger l’ancien président. La défense avait contesté, dans le cadre d’un appel interlocutoire (appel), le déplacement de l’analyse du deuxième comité en séance plénière.

Avant de juger la décision sur la compétence, la Cour suprême évaluera deux autres appels du bureau du procureur général (PGR). En plus de confirmer ou non la décision de Fachin, la plénière analyse également si, si elle est ratifiée, l’objet de la décision qui a déterminé la suspicion de l’ex-juge Sergio Moro est perdu.

La décision STF et l’avenir de Lula

Le procès du STF présente aujourd’hui différents scénarios pour l’avenir politique de l’ancien président Lula, comme l’explique l’avocat pénaliste Anderson Lopes, dans un entretien avec Journal actuel du Brésil. «Le tribunal peut confirmer la décision d’incompétence, mais reconnaître qu’il y a perte d’objet, et peut ne pas confirmer la décision d’incompétence et ne rien mentionner sur le soupçon car les recours ne sont pas contre la décision de suspicion, notamment parce que le jugement n’a pas encore été publié », souligne-t-il. « Mais au fond, le tribunal reconnaissant l’incompétence et ne mentionnant rien sur le soupçon car il a déjà été jugé, l’ancien président est éligible. »

La décision de Fachin sur la compétence et celle du deuxième panel sur les soupçons de Moro ont des effets différents sur les poursuites judiciaires de Lula. Dans le premier cas, les décisions, y compris les peines, prises dans le cadre de procédures pénales devant le 13e Tribunal fédéral de Curitiba sont annulées. Cependant, les décisions prises en phase d’enquête telles que les perquisitions et saisies, les interceptions téléphoniques ou les violations de la confidentialité peuvent être validées par un autre tribunal, produisant de nouvelles peines.

Découvrez l’interview complète

La suspicion, en revanche, fait que tous les actes de la procédure sont considérés comme nuls, revenant à la case départ. Bien que la décision ait été prise concernant l’habeas corpus déposée dans le cadre de l’affaire du triplex Guarujá, les effets devraient s’étendre à tous les autres processus liés à Lula menés par le juge de l’époque Sergio Moro, selon les juristes.

«Ce n’est que dans l’hypothèse où le tribunal reconnaît l’incompétence du 13e Tribunal fédéral de Curitiba et comprend que cela a causé une perte d’objet du soupçon qu’il y aurait un problème. Les condamnations resteraient nulles, mais les poursuites pourraient recommencer dans le district fédéral et, si elles se déroulaient rapidement, pourraient compromettre l’éligibilité de l’ancien président à l’avenir », dit-il. « Mais je trouve cela très difficile. »

Vous pourriez également aimer...