Le Brésil

La faible adhésion à la vaccination inquiète l’Europe, qui durcit les restrictions

São Paulo – covid-19 est sur une trajectoire de croissance en Europe. Après six semaines d’augmentation du nombre de cas et de décès, les pays du continent sont de retour pour étendre les restrictions. Les Pays-Bas et l’Autriche, par exemple, ont repris des mesures sévères de confinement. Le Portugal connaît une augmentation des cas, mais sans impact sur les décès, car c’est le pays le plus vacciné d’Europe. Mais le gouvernement a repris l’usage obligatoire du masque, en plus de la politique de dépistage actif des contagions. La « quatrième vague » d’impact du covid-19 en Europe, bien que sévère, a réaffirmé l’importance de la vaccination.

En effet, dans les pays les plus vaccinés, les hospitalisations et les décès restent sous contrôle relatif. Les autorités locales appellent cette nouvelle vague la « pandémie non vaccinée ». En conséquence, la chancelière allemande Angela Merkel a réitéré ses appels pour que la population se fasse vacciner. Après avoir qualifié la situation de « dramatique », elle a averti ce week-end que la situation pourrait être « pire que tout ce que nous avons vu jusqu’à présent ». Par conséquent, le pays étudie actuellement l’adoption d’un régime de vaccination obligatoire.

cas allemand

L’Allemagne a enregistré plus de 250 décès par jour dus au nouveau coronavirus, et les cas dépassent la barre des 50 000 par période. C’est le pire moment de l’épidémie dans le pays jusqu’à présent. Outre un taux de vaccination insuffisant, la fin de la distanciation sociale et des mesures non pharmacologiques pèsent lourd. Même avec une large offre de vaccins, moins de 70 % des Allemands ont pris les deux doses de vaccins. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) parle de la nécessité d’une vaccination complète pour atteindre plus de 80 % de la population. Les autorités allemandes parlent désormais à 85 %.

La journaliste allemande Sabine Kinkartz, de DW, explique qu’une adhésion insuffisante aux agents de vaccination est liée aux groupes de refus. Des personnes liées à l’extrême droite, comme on l’observe au Brésil parmi les partisans du président Jair Bolsonaro, adeptes des théories du complot et anti-science. « Le nombre de personnes vaccinées est particulièrement faible dans les États de Saxe et de Bavière. Mais pourquoi tant de gens refusent-ils de se faire vacciner ? Beaucoup appartiennent au mouvement Querdenken (« pensée latérale », en traduction libre en portugais), qui est profondément sceptique à l’égard de l’État allemand, de la politique, des médias et de la société en général », explique-t-il.

Face à ce scénario, le professionnel allemand réclame la vaccination obligatoire. « Quand les députés comprendront-ils enfin qu’il ne suffit pas de faire appel aux non vaccinés et d’encourager chacun à agir de manière responsable ? Il n’y a qu’une solution à ce gâchis : rendre la vaccination obligatoire pour tout le monde. Il est incroyable que les vaccinations ne soient pas encore obligatoires pour toute personne travaillant dans le secteur de la santé allemand, dans les maisons de retraite, les écoles et les jardins d’enfants. »

Pandémie non vaccinée

Comme indiqué, dans les pays les plus vaccinés, les vaccins fonctionnent bien comme bouclier protecteur. Une enquête de l’Autorité nationale des médicaments et des produits de santé (Infarmed), à Lisbonne, indique que, dans le pays, la vaccination a évité 2 300 décès, 200 000 infections, 135 000 jours de traitement dans les services et 55 000 jours de soins dans les unités de soins intensifs. Ceci, depuis mai de cette année. Aujourd’hui, le taux de vaccination dans le pays est de près de 87%. Le rejet de vaccins est l’un des plus faibles au monde, inférieur à 2%.

Le fait est qu’il existe une relation inversement proportionnelle. Plus il y a de vaccins dans un pays, moins il y a de décès. Des graphiques et des statistiques prouvent ce mouvement. Les pays européens où le déni et le rejet des vaccins sont élevés, comme la Russie, la Bulgarie et la Roumanie, connaissent le pire moment de décès depuis le début de la pandémie, en mars 2020. Pendant ce temps, en plus du Portugal, d’autres pays ont le plus à l’aise situation, comme l’Espagne, Malte, l’Islande, l’Italie, le Danemark et la Norvège. L’Italie, premier pays d’Europe à voir son système de santé s’effondrer face au covid-19, jusqu’en avril 2020, est désormais près de 80% de la population pleinement touchée par la vaccination. Les hôpitaux italiens accueillent des patients d’Allemagne, qui fait face à une pénurie de lits dans certaines régions.


Vaccination en Europe vs décès quotidiens

vaccination europe
Pandémie des non vaccinés. Le graphique révèle que les pays d’Europe avec le plus faible pourcentage de personnes atteintes par la vaccination ont plus de décès. Source : OurWorldInData/Via Público

La prévention

Cependant, les experts estiment que pour surmonter la pandémie, en plus d’une vaccination robuste, des mesures sont nécessaires pour freiner la propagation du virus. C’est parce que même si les vaccins réduisent considérablement les décès, il n’y a pas de vaccination efficace à 100% contre une maladie. Par conséquent, moins de décès, dans un scénario incontrôlable, continueront d’être nombreux. La fin des masques obligatoires au Portugal peut être considérée comme une erreur, car le nombre de cas pour 100 000 habitants atteint désormais 173,7. En Espagne, avec le moins vacciné, 79,2%, le port du masque n’est pas exclu et désormais, en pleine quatrième vague, le pays compte 92 cas pour 100 000 habitants.

Équilibre

Malgré le refus au Brésil d’avoir le président de la République comme son représentant (il a refusé de se faire vacciner), la population adhère bien au programme de vaccination. Près de 90 % des Brésiliens ont déclaré avoir l’intention de se faire vacciner, selon une enquête Trend de la Fondation Oswaldo Cruz (Fiocruz). Ce mouvement est attesté par les chiffres du pays. Même avec le retard et la gestion désastreuse du gouvernement dans l’achat des vaccins, plus de 80% de la population a pris au moins la première dose, et 64% est complètement immunisée. Le pays avance également dans l’application de la troisième dose de rappel, autorisée pour tous les adultes, cinq mois après l’administration de la deuxième.

En conséquence, l’épidémie reste stable après une amélioration majeure observée au second semestre. En avril, la moyenne quotidienne des décès a dépassé la barre des 3 000. Aujourd’hui (22), cet indicateur est à 205. Au cours des dernières 24 heures, le Conseil national des secrétaires à la santé (Conass) a notifié 123 victimes. Depuis le début de la pandémie, 612 782 personnes sont décédées dans le pays. Il y a également eu 2 594 nouveaux cas enregistrés, pour un total de 22 019 870 infectés, sans compter sur une sous-déclaration généralisée.

bilan de vaccination covid
Les chiffres du Covid-19 au Brésil. Source : Conas

Vous pourriez également aimer...