Le Venezuela

Le processus bolivarien a été consolidé

Des milliers de candidats se sont présentés aux méga-élections du dimanche 21 novembre dernier, au cours desquelles le chavisme et le processus bolivarien ont fait preuve d’une consolidation et d’une longue existence. Ils ont constitué les 29e élections, un fait qu’aucun pays n’a connu dans son histoire, se démarquant des empires, des monarchies, de ces démocraties et dictatures qui ont régné en Amérique latine avec le soutien ouvert des États-Unis d’Amérique du Nord, qu’ils ont ouvertement soutenus. les Somozas au Nicaragua, Leónidas Trujillo (Chapita) en République dominicaine, Fulgencio Batista à Cuba, jusqu’à ce que « le cheval » Fidel arrive avec sa révolution. Afin de ne pas continuer à nous répandre davantage, dans notre Venezuela, où sont nés Miranda, Bolívar et Sucre : le Précurseur, le Libérateur et le Grand Maréchal d’Ayacucho, Marcos Pérez Jiménez a régné de manière dictatoriale, qui a reçu l’une des plus hautes décorations que les États-Unis accorde à ses « héros ».

Dans notre cadre historique, novembre est l’un des mois les plus importants, et plus particulièrement les jours qui ont suivi le 18 octobre 1945, lorsque le GD Isaías Medina Angarita a été renversé, qui jusque-là était le plus démocrate de tous les dirigeants depuis 1830.

Le premier cas nous conduit au renversement de Rómulo Gallegos, tombé le 24 novembre 1948. Une junte militaire a été formée, composée des majors Marcos Pérez Jiménez, Luis Felipe Llovera Páez et Carlos Delgado Gómez (pas Delgado Chalbaud). Cette junte militaire était dirigée par lui, assassiné le 13 novembre 1950 dans une ferme de Las Mercedes, propriété d’un propriétaire terrien lié aux compagnies pétrolières du nom d’Antonio Aranguren. Au fil des ans, il s’est avéré que le président des « Trois petits cochons » avait prévu d’augmenter les prix et de nationaliser le pétrole.

Nous avons traversé le 30 novembre 1952, lorsque Pérez Jiménez a ignoré la victoire du parti URD et est entré officiellement dans la dictature qui a duré jusqu’au 23 janvier 1958. Ensuite, nous avons le 21 novembre 1957, lorsque le corps étudiant de l’UCEV est descendu dans la rue pour protester contre Pérez Jiménez. Plus tard, c’est le commandant Hugo Chávez qui a sauvé cette date en tant que Journée des étudiants.

Dimanche 21, le Venezuela a démontré qu’il poursuivait son chemin vers la paix avec le président Nicolás Maduro à l’avant-garde.

Vous pourriez également aimer...