Le Brésil

La faim dans le monde et l’impact du Covid-19

Assiette vide, symbolisant la faim.
Photo: Freepik

Selon le dernier rapport « L’état de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans le monde », publié par l’ONU en juillet 2021, environ 690 millions de personnes ont souffert de la faim en 2019, soit l’équivalent de 8,8 % de la population mondiale.

La pandémie de COVID-19 a touché encore plus de pays qui présentaient déjà un degré de vulnérabilité, générant de nouveaux problèmes, tels que l’instabilité des systèmes alimentaires.

Certains pays situés en Afrique, en Amérique latine et au Moyen-Orient, qui avaient auparavant des taux de faim élevés, ont intensifié ces taux en 2020 et 2021, entraînant un degré élevé d’insécurité alimentaire et de malnutrition aiguë. En plus de l’apparition de nouveaux pays avec des pourcentages élevés de faim, en raison des conséquences de la pandémie.

Selon l’UNICEF, plus de 10 millions d’enfants souffriront de malnutrition aiguë d’ici fin 2021. La situation dans le monde est grave et la faim est à nouveau l’un des grands problèmes de la société mondiale.

Mais que signifient ces indices ?

insécurité alimentaire c’est quand un pays ou une région n’a pas accès à la nourriture d’une manière qui assure les valeurs nutritionnelles équivalentes à une vie active et saine – même si pour les vitamines et les minéraux chaque organisme fonctionne d’une certaine manière et doit être suivi International Recommandé Quotidien Directives d’apport (ANREF) – tableau avec des recommandations par sexe et âge, par rapport à la valeur énergétique totale, recommande la consommation de 50-60% de glucides, 15-2-% de protéines et 25-35% de graisses.

L’indice mondial de la faim (GHI), d’autre part, est la faim telle que nous la connaissons populairement, c’est un outil statistique qui mesure les progrès ou le recul de la faim dans la lutte mondiale contre la faim en tant que problème.

Enfin, la malnutrition aiguë, c’est lorsque le poids de l’individu est inférieur de 30 % au poids idéal, auquel cas, les fonctions corporelles vont changer, ce qui peut entraîner un risque de maladie et de décès.

la faim dans le monde

Maintenant que vous savez ce que signifie chacune de ces classifications, apprenons à connaître un peu le scénario de quatre pays qui sont gravement confrontés à ce problème.

Yémen

Le Yémen est un pays situé dans l’une des régions les plus stratégiques du Moyen-Orient, car il est situé entre les continents africain, européen et asiatique. De plus, il fait partie de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), possédant des ressources naturelles telles que le pétrole, les gaz naturels et les hydrocarbures. Mais, pour des raisons politiques et historiques, il ne peut avancer : son Indice de Développement Humain (IDH) est actuellement équivalent à 0,439, soit l’équivalent de la 197ème position sur 198 pays.

Ces enjeux politiques et historiques remontent à la colonisation de la région, mais la crise s’est intensifiée lorsque le pays a connu le printemps arabe entre 2011 et 2012. A cette époque, le gouverneur Ali Abdullah Saleh, qui était au pouvoir pendant 33 ans, a été renversé. par des mouvements qui ont créé un grand vide politique dans le pays.

Ce manque d’organisation politique a fait place à une guerre par procuration entre ses pays voisins, l’Iran et l’Arabie saoudite.

Ce conflit fonctionne comme ceci : l’Iran (le plus grand représentant chiite) et l’Arabie saoudite (le plus grand représentant sunnite) veulent être le pays le plus influent du Moyen-Orient au sein de l’Islam. Ainsi, profitant du manque de pouvoir du Yémen, ils ont déclenché une « guerre froide » en utilisant des groupes politiques yéménites pour s’attaquer les uns les autres. Faire place à la violence et aux attentats terroristes dans les trois pays.

En raison de ce conflit, le Yémen est devenu un pays extrêmement vulnérable. Selon l’ONU, 24 millions de personnes ont besoin d’aide et 3,6 millions ont été chassées de chez elles.

En plus de l’enjeu politique, en 2020, le système de santé du pays a été durement secoué par le COVID-19 ainsi qu’une épidémie de choléra survenue à la même période. La somme des crises en politique et dans le secteur de la santé a déclenché des problèmes socio-économiques, laissant place à des rêveries dans le système alimentaire. Aujourd’hui, le pays a l’un des niveaux de faim les plus élevés et connaît l’une des pires crises humanitaires du siècle.

Les statistiques de l’ONU montrent que 16 millions de civils meurent de faim au Yémen et qu’il y a peu d’issues, les tentatives de cessez-le-feu dans le pays échouent et même avec le début de la vaccination contre le COVID-19 dans le monde entier, les politiciens des conflits interfèrent dans ce processus , ce qui rend difficile la réduction du nombre de personnes infectées par la maladie.

Venezuela

Ces dernières années, le pays d’Amérique latine a connu l’un des pires scénarios politiques et économiques du continent. Pour comprendre cette situation, il faut faire un tour d’horizon politique et économique.

Politiquement, le Venezuela a été dirigé par Hugo Chavez pendant 14 ans. Avec sa mort d’un cancer, le pays a élu son ancien vice-président, Nicolás Maduro. L’économie est basée sur l’exportation de pétrole, et avec le profit de cette exportation, la plupart de ses produits sont importés d’autres pays.

Pendant le gouvernement de Maduro, le prix du pétrole a connu une baisse sur le marché mondial, ce qui a eu un impact direct sur le Venezuela, brisant l’économie du pays. En termes économiques, selon le journal O Globo, il y avait une inflation de plus de 254%, et une pénurie de 80% des ressources telles que l’éclairage, la nourriture et même les articles d’hygiène. Cela a généré une grande opposition, entraînant des protestations et des manifestations anti-pouvoir qui ont été violemment réprimandées par le président.

Cette situation économique désastreuse dans le pays a été largement aggravée par la pandémie. Les mesures d’isolement ont conduit à la fermeture de commerces, services, bars et restaurants, entraînant la perte d’emplois pour une grande partie de la population. Sans revenus, la solution que de nombreux Vénézuéliens ont trouvée les années précédentes était l’immigration et le refuge, mais avec la fermeture des frontières, il n’était plus possible d’évacuer le pays.

Ainsi, sans revenus et incapables de quitter le pays, de plus en plus de personnes ont commencé à apparaître sans accès au logement, à la santé et à la nourriture. En cette année 2021, l’ONU estime qu’environ 9,3 millions de personnes, soit un tiers de la population vénézuélienne, n’ont pas accès à la nourriture.

République Démocratique du Congo

Le deuxième plus grand pays du continent africain est très riche en ressources minérales. Pourtant, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), 31 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté. Il est à noter que les problèmes auxquels le pays est confronté ne sont pas nouveaux. Depuis plus de 20 ans, il y a eu des conflits entre les groupes Hutu et Tutsi sur des questions ethniques et des différends sur les ressources naturelles de ce territoire.

La République Démocratique du Congo a déjà connu des épisodes de génocide en 1994, où 800 000 Tutsis et Hutus sont morts et plus d’1 million de cas de déplacements internes et externes en 2016.

Ce manque de structure du pays causé par ces problèmes politiques affecte d’autres domaines, comme la santé. En 2018, l’OMS a déclaré une épidémie d’Ebola dans le pays comme une urgence de santé publique d’importance internationale. Selon PEBMED, l’épidémie a duré du 1er août 2018 au 25 juin 2020, avec 2 277 décès.

Au milieu de ce scénario, une pandémie mondiale de coronavirus a commencé, avec un début reconnu par l’OMS le 11 mars 2020, aggravant une situation déjà préoccupante.

Et c’est ce qui s’est réellement passé. Dans les années 2020 et 2021, la situation est devenue intenable. Les données de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM) indiquent qu’environ 27,3 millions, soit une personne sur trois, souffrent d’une insécurité alimentaire extrêmement élevée. Sur ce total, près de 7 millions sont à un niveau d’urgence de famine aiguë.

Brésil

Un pays qui avait quitté la carte de la famine en 2014 est revenu à l’insécurité alimentaire dans les zones les plus pauvres de son pays. Les données de la Fondation Getúlio Vargas (FGV) révèlent qu’environ 17,7 millions de personnes sont revenues au seuil de la pauvreté pendant la période de pandémie, portant le nombre total à 27,2 millions.

Selon l’Institut brésilien de géographie et de statistiques (IBGE), les aliments ont connu une inflation de 15% en 2020. Cela était dû à un ralentissement de l’économie du pays à la suite de la fermeture de magasins dans tout le pays.

Par ailleurs, selon les données du 1er trimestre 2021, également divulguées par l’IBGE, environ 14,8 millions de Brésiliens sont à la recherche d’un emploi. Le nombre de chômeurs augmente de façon alarmante, la crise économique ayant entraîné une baisse des salaires et des licenciements.

Il y a eu une tentative du gouvernement d’essayer d’atténuer la situation, par le biais de « l’aide d’urgence », mais malheureusement, en plus d’être une valeur qui ne correspond pas aux besoins, elle a des défauts pour atteindre tous ceux qui en ont besoin.

L’enquête nationale COVID-19 sur l’insécurité alimentaire en période de pandémie, réalisée par Agência Brasil, montre que le pays compte plus de 19 millions de personnes souffrant de la faim en 2020 et 2021.

Est-il possible d’éradiquer la faim d’ici 2030 ?

Compte tenu du scénario actuel, il y a beaucoup à faire. La mission des agences des Nations Unies visant à éliminer la faim d’ici 2030 se heurte toujours à des obstacles majeurs. La question mérite une attention et des efforts internationaux, mais l’échéance de 2030 pour la fin du problème semble difficile à atteindre.

Les références

UNICEF – Un rapport de l’ONU signale une année marquée par une augmentation de la faim

FGV – La pandémie accentue la pauvreté et fait débat

UNICEF – Données sur la faim

Agência Brasil – Une étude révèle que 19 millions de personnes ont souffert de la faim au Brésil fin 2020

HCR – Le manque de ressources aggrave la crise humanitaire au Yémen

BBC – Éclosion de choléra au Yémen

UNRIC – Crise au Yémen

Paho – Histoire de COVID-19

O Globo – À propos du Venezuela


Vous pourriez également aimer...