Le Brésil

La fenêtre du parti, en mars, commence à définir le cadre des élections de 2022

São Paulo – Sans date pour ce mois-ci, le calendrier du Tribunal supérieur électoral (TSE) commence à chauffer les élections de la première semaine de mars. Du 3 au 1er avril, la soi-disant «fenêtre de fête» sera ouverte. Au cours de la période, les députés fédéraux, d’État et de district pourront changer de parti pour se présenter aux élections sans perdre leur mandat. La règle ne s’applique donc qu’aux élections proportionnelles, à l’exclusion des élections majoritaires, qui incluent le choix des sénateurs.

Les partis programmatiques et idéologiques, dont le plus important est le PT, ne subissent normalement pas de défections importantes au cours de la période fenêtre. Aujourd’hui, la légende de l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva est le deuxième plus grand banc de la Chambre, avec 53 députés, derrière le seul PSL, avec 55, un parti qui a grossi en 2018 dans la foulée de l’élection de son candidat Jair Bolsonaro. .

Mardi dernier (8), le Tribunal supérieur électoral (TSE) a approuvé à l’unanimité la fusion du DEM avec le PSL, donnant naissance à União Brasil. Comme la DEM compte 26 députés fédéraux, le nouveau parti voit le jour avec un banc géant de 81 députés, soit 15,7% des 513 de la Chambre.

J’habite: persona non grata

Si c’est grand, União Brasil n’a pas de nom à lancer pour la présidence de la République. Les spéculations selon lesquelles l’association affilierait Sergio Moro pour cela n’ont pas été confirmées. L’ancien ministre n’est pas du goût d’une partie importante des parlementaires du parti, notamment des bolsonaristes et des non-bolsonaristes.

Malgré l’énorme banc, on s’attend à ce que União Brasil perde un nombre important de députés, y compris des évangéliques et des bolsonaristes. On parle de jusqu’à 30 parlementaires. Le nouveau parti monstre de droite envisage de se fédérer avec le MDB et le PSDB, avec lesquels il devrait se réunir la semaine prochaine pour discuter du dossier. En 2018, au moins 85 députés ont changé de parti pour se présenter aux élections.

La législation détermine également que le président de la République, les gouverneurs et les maires ont jusqu’au 2 avril pour démissionner de leurs mandats s’ils souhaitent briguer d’autres postes en 2022. Ainsi, la période du 3 mars au 2 avril, qui sera intense, peut réserver des surprises et des émotions fortes. Certains analystes pensent même que Jair Bolsonaro lui-même, face à la difficile chance d’être réélu, par « instinct de survie », pourrait prendre la tangente, démissionner et tenter un siège au Sénat.

fédérations de partis

La semaine dernière a été marquée par une importante définition du calendrier électoral par le Tribunal fédéral (STF). Mercredi (9), le tribunal a jugé constitutionnel l’institut des fédérations de partis, qui peut déjà être formé en 2022. Cette année, exceptionnellement, la date limite pour la formation de ce nouveau type de syndicat a été fixée par le STF au 31 mai. . Lors des prochaines élections, le délai sera de six mois avant l’élection.

Le lendemain, jeudi, PT, PSB, PCdoB et PV se sont à nouveau réunis pour discuter d’une éventuelle fédération entre eux. La rencontre, bien que « très positive », selon le député fédéral Paulo Teixeira (PT-SP), n’a pas évolué vers la plus grande impasse jusqu’ici. Le PT et le PSB ne parviennent pas à un accord sur le gouvernement de São Paulo et aucun d’eux ne renonce à lancer son propre candidat : ​​Fernando Haddad et Márcio França, respectivement.

Vous pourriez également aimer...