Le Brésil

La foire montre jusqu’à dimanche la force et le travail de l’agriculture familiale dans le NE

São Paulo – La force des petits producteurs du Nord-Est reste exposée à la Foire du Nord-Est de l’agriculture familiale et de l’économie solidaire jusqu’à ce dimanche (19), au Parque de Exposições à Natal (RN). Dans les étals de plus de 150 producteurs et coopératives, couscous, farine de manioc, café, cassonade, haricots, riz, cachaça, poivre, fruits, légumes, épices et graines créoles. Le tout sans pesticides et beaucoup moins de transgéniques. Et il y a aussi des plats cuisinés à l’aire de restauration et une variété d’artisanat et de nombreux autres produits issus de l’agriculture familiale paysanne.

La foire, cependant, va au-delà de l’espace créé, pour la première fois, pour montrer la force des petits producteurs, qui prennent des aliments frais de leurs arrière-cours et de leurs petites fermes pour les vendre dans leurs localités. C’est aussi un point de réaffirmation de la culture du Nord-Est et de débat sur l’élargissement du potentiel de l’agriculture familiale pratiquée dans la région à d’autres secteurs de l’économie et de la société. Y compris pour la production de plantes médicinales, par exemple.

Et aussi pour l’organisation et le renforcement des associations de petits producteurs du Nord-Est pour défendre les droits de la paysannerie. Après tout, c’est là que se situe la production d’aliments sains et la résistance à l’avancée des latifundia productrices de produits de base, qui l’ont rendu célèbre. Mais cela ne nourrit personne au Brésil ni dans le monde.

Petits producteurs, grandes solutions

Dans cette stratégie, des paysans liés au Movimento dos Pequenos Agricultores (MPA) sont au Natal pour présenter des produits et des expériences provenant de quatre États. C’est le cas de Gardenia Oliveira. Paysanne et agronome, la jeune femme s’est formée pour travailler avec des haricots agroécologiques dans le haut sertão de Sergipe.

« C’est un espace d’échange d’expériences. En plus de promouvoir les produits, cette foire est importante car l’agriculture familiale produit une variété de produits, en grande quantité. Et ce sont de vrais aliments. Nous avons apporté du riz brun et blanc, des haricots, des graines de sésame, des flocons de maïs, des produits artisanaux en paille, du crochet », a-t-il déclaré à propos de la production dans sa région.

Adeilma dos Santos Silva, une agricultrice de l’arrière-pays d’Araripe (PE), associée au Centre de producteurs agroécologiques d’Araripe (Copagro), a déclaré que les difficultés sont en train d’être surmontées, une par une. Et cela dans le cas de la pandémie de covid-10 n’était pas différent. Face à la difficulté de maintenir les foires, l’association a visité toutes les familles pour identifier les produits disponibles et les quantités à vendre.

Production d’aliments sains

De là, la collecte de toute la production a été organisée, qui a été transportée à Copagro, où les stocks ont commencé à être centralisés. Les ventes ont commencé à être réalisées par des groupes créés sur WhatsApp, qui maintenaient des mises à jour constantes sur les articles disponibles. « Nous avons continué et, en un mois, nous avons constaté que les ventes de produits bio et agroécologiques avaient triplé. Jusqu’à aujourd’hui ce groupe fonctionne et la moitié des ventes sont faites par lui. La pandémie nous a mis au défi, mais il y avait ce côté de nous qui cherchait à savoir comment apporter ces produits », explique Adeilma Silva.

Avec le refroidissement de la phase critique de la pandémie, les petits producteurs du Nord-Est ont réactivé les ventes en personne du lundi au vendredi. Et dès jeudi soir et samedi toute la journée, de nombreux produits se retrouvent au salon agroécologique d’Ouricuri (PE), une référence du secteur dans la région.

La Foire de l’agriculture familiale est une initiative de la Chambre thématique de l’agriculture familiale du Consortium du Nord-Est, sous le gouvernement de Fátima Bezerra (PT). L’objectif principal est de renforcer les initiatives d’intégration des politiques publiques autour du Northeast Healthy Food Program, la bannière principale du Northeast Consortium.

(Avec des informations de Lívia Alcântara, de l’articulation semi-aride – Asa Brasil et Movimento dos Pequenos Agricultores)

Vous pourriez également aimer...