Le Brésil

La guerre contre le genre – Jornal da USP

pourPour comprendre le présent, revenons rapidement sur la redémocratisation brésilienne après la dictature de 1964-1985. En 1988, nous avons créé une nouvelle Constitution – la Constitution Citoyenne -, à laquelle les femmes ont envoyé une « Lettre » dans laquelle elles rassemblaient les revendications discutées et recueillies pendant quatre ans dans tout le pays. En résumé, on peut dire qu’à partir de 1988, les femmes brésiliennes ont acquis la citoyenneté politique. A noter que cela signifie que « les hommes et les femmes sont égaux en droits et en devoirs », les femmes peuvent reconnaître la paternité de leurs enfants indépendamment de la présence du père ; la femme a désormais le droit de travailler et ses dépenses indépendamment de l’autorisation de son mari. Garantie des droits du travail, tels que l’assurance-chômage, les primes de vacances, la semaine de travail de 44 heures, le droit de grève et la liberté d’association.

Les grèves et les revendications étaient auparavant traitées comme des affaires policières, marquant le maintien d’une mentalité d’esclave. Nous avons commencé à avoir la liberté d’expression, la fin de la censure des médias, des films, des pièces de théâtre et de la musique, etc. Dans le domaine de la santé, le SUS – Unified Health System – a été créé dans le pays ; une étape importante dans les droits des peuples autochtones a commencé à être discutée, avec la délimitation des terres autochtones et la protection de l’environnement. Les entités et leaders de femmes noires ayant une large trajectoire politique ont souligné la nécessité d’inclure des sujets tels que la condition des femmes incarcérées et la traite des femmes.

Ce cadre des droits sociaux et politiques décrit les avancées dans un pays démocratique.

Mais… on le sait, les changements dans les sociétés sont dynamiques, il y a des avancées, mais aussi des reculs. Et surtout dans le chapitre sur les conditions de genre, il faut être vigilant, car il y a des conflits d’intérêts, les valeurs traditionnelles résistent. (Regardez simplement ce qui se passe aujourd’hui en Afghanistan ou en Turquie.)

Dans la seconde moitié du XXe siècle et au XXIe siècle, le Brésil a subi de profondes transformations structurelles : urbanisation à grande échelle, modernisation, réduction de la population et du travail rural, croissance du secteur tertiaire, technologie de pointe, développement de la science, expansion de l’enseignement universitaire. Il y a eu de profonds changements dans la structure économique, la diversification des classes sociales a été élargie, mais sans réduction de la pauvreté, de la marginalité et, surtout, de l’inclusion de la population noire et des migrants ruraux-urbains. Nous avons traversé des crises économiques, des hauts et des bas et des luttes politiques pour le pouvoir.

La modernisation peut être décrite comme erratique, instable. Le néolibéralisme a marqué la société en approfondissant la précarité, les inégalités. Les instituts de protection sociale n’ont pas été créés. Les différences économiques ont encore aggravé le racisme. Les femmes noires étaient (et sont toujours) la base de la pyramide sociale : elles exerçaient des fonctions manuelles et effectuaient souvent des tâches considérées comme improductives, liées à l’économie du care, comme domestiques ou aides familiales. Dans le même temps, la formation de cadres intellectuels et l’activisme politique des femmes noires associées au féminisme se sont accrus.

Au cours des deux dernières décennies, il y a eu une désindustrialisation et le chômage urbain a augmenté. Des segments de population ont été expulsés dans un processus de gentrification, la planification urbaine visant à de grands travaux corrompus, la violence a augmenté, la police est devenue inadéquate et les milices se sont développées.

La société brésilienne, qui était majoritairement catholique, a vu l’expansion des évangéliques radicaux. Du point de vue des droits sexuels et reproductifs, les deux courants religieux sont similaires : ils ont des orientations conservatrices, sont contre l’avortement, pour le droit de l’enfant à naître et contre l’éducation sexuelle.

Comment comprendre alors qu’une société à économie néolibérale élit un gouvernement qui adopte une politique conservatrice sur les coutumes et qui soit contre la science, contre les femmes, contre les rapports sociaux de genre ?

Les familles se réorganisent de plus en plus autour d’une femme et de ses enfants : les femmes dirigent actuellement près de 40 % des familles. Paradoxalement, cette constellation familiale n’a pas suffi à éteindre le patriarcat. Au contraire, la déstabilisation économique masculine est peut-être responsable du nombre extraordinaire de féminicides. La recherche montre que les femmes sont acceptées pour travailler, mais elles sont beaucoup plus valorisées lorsqu’elle s’occupe des enfants et de la maison.

La contradiction entre le conservatisme des mœurs et la modernisation des moyens de communication a été largement manipulée à des fins politiques. Le programme du gouvernement fédéral « d’éducation sexuelle pour les jeunes et les adolescents » (avant 2018) a commencé à être diabolisé par les politiciens conservateurs. L’actuel président de la République, dans sa campagne électorale, a diffusé, par le biais de fake news (donc en utilisant des moyens de communication très modernes), que le programme d’éducation sexuelle dans les écoles visait à sexualiser les enfants, à les rendre dépendants, etc. Bien que fausse, elle a érodé la proposition qui a fini par être retirée des plans du gouvernement et a disqualifié les candidats de l’opposition.

L’agenda du genre est entré dans la même ligne : il a été qualifié de propagande « communiste ». Par conséquent, pour exclure un « agenda de genre », le gouvernement fédéral et ses partisans ont proposé de créer une « école sans parti ». Inutile d’expliquer la contradiction d’une école sans parti précisément parce qu’elle inclut « un parti particulier » !

En ce moment, le pays connaît la destruction d’une politique de genre. Le terme « genre » a été interdit par le gouvernement fédéral, par le ministère de l’Éducation, il a été exclu des manuels scolaires. Alors que dans le monde civilisé la science s’est justement réveillée pour inclure dans ses recherches la dimension de genre – la recherche du masculin et du féminin -, nous revenons ici à la période médiévale. Les ministres accompagnent le président dans cette campagne anti-genre. Le tableau est complet lorsqu’on analyse les actions du ministère de la Femme, de la Famille et des Droits de l’Homme – qui mène la politique de guerre contre le genre. Son ministre est contre les politiques d’éducation sexuelle, contre l’avortement, y compris chez les adolescentes et en cas de viol ou d’inceste, et pour compléter propose désormais que les jeunes s’abstiennent d’avoir des relations sexuelles jusqu’au mariage. Les résultats sont visibles : la mortalité maternelle a augmenté, notamment chez les jeunes adolescentes.

Le cadre autoritaire décrit a suscité des réactions assez intenses qui visent à endiguer l’érosion de la démocratie. Dans les universités et les organisations scientifiques, il y a des manifestations intenses : mon discours critique sur l’effacement de la question du genre n’est possible que parce que je fais partie d’une université ouverte à diverses formes de savoir, ne censure ni n’entrave tous les aspects innovants. Les mouvements sociaux sont relativement assombris, mais les partis politiques ont ravivé la vieille ébullition contestataire. Comme nous vivons sous un régime présidentiel, les grandes manifestations sont liées aux périodes électorales. Les réactions au mouvement fasciste du gouvernement actuel commencent à émerger et les données d’enquêtes ont montré que les réactions les plus intenses viennent de la population féminine.

Chaque jour, nous devons rappeler à la société que nous sommes des personnes ayant des droits humains. Ils nous ont déjà confondus avec des êtres dotés seulement d’un utérus, destinés à la procréation ; destins déterminés par un corps sans intelligence, dépourvu de sa propre volonté, asservi à un autre être. Aujourd’hui encore, on suppose que « les » femmes forment un groupe homogène, au mieux une masse ouvrière.

Les féminismes sont venus agir dans des espaces historiquement construits et ont dû déconstruire des idéologies qui déshumanisent les femmes, en général, et, en particulier, les femmes noires, les femmes indigènes, les pauvres, les femmes étrangères. De multiples mouvements féministes, groupes de femmes de toutes classes sociales, ont pris conscience et se sont organisés à travers le Brésil, formant des réseaux, bien avant Internet. Les luttes féministes ont stimulé les revendications de droits sociaux égalitaires au-delà des femmes, des Noirs, des homosexuels et d’autres groupes sociaux marginalisés.
L’histoire des mouvements féministes enseigne qu’il faut être vigilant : nous avons parcouru un long chemin, mais les risques d’un retour nous barrent la route. Les acquis ne sont pas définitifs, ils sont perdus s’il n’y a pas une alerte constante.

(Ce texte a été présenté lors du 4e séminaire Australie-Brésil Women’s Research Engineers Netwok, le 27/09/2021)

Vous pourriez également aimer...