Le Brésil

La libération de dioxyde d’azote dans l’atmosphère potentialise les maladies pulmonaires – Jornal da USP

Selon Maria Lúcia Campos, la croissance du parc de véhicules et l’augmentation des incendies expliquent les niveaux élevés de pollution au dioxyde d’azote dans l’air, une substance nocive pour la santé humaine.

Par Vinicius Botelho

Une étude de l’OMS a surveillé la qualité de l’air dans plus de 6 000 villes du monde, dans 117 pays différents – Photo : Pixabay

Une enquête publiée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment révélé que 99 % de la population mondiale respire un air inadapté, c’est-à-dire en dessous des normes de qualité établies par l’organisme. Le niveau élevé de pollution entraîne une aggravation des symptômes des maladies respiratoires et peut être lié à l’apparition de maladies pulmonaires et de cancers du poumon. L’analyse est réalisée par le pneumologue Andrea Cetlin, professeur à École de médecine USP Ribeirão Preto (FMRP).

Andrea Cetlin – Photo : Reproduction/Instagram

« Des problèmes tels que l’asthme, la rhinite, les allergies respiratoires et d’autres maladies chroniques et pulmonaires sont potentialisés par l’augmentation des niveaux de pollution dans l’atmosphère », explique Andrea. Le professeur cite également l’augmentation des articles publiés liés aux problèmes respiratoires, qui sont passés de 1 900 en 2017 à plus de 3 000 en 2021, selon la base de données PubMed.

Spécialiste en chimie environnementale Maria Lúcia Campos, professeur à la Faculté de philosophie, sciences et lettres de Ribeirão Preto (FFCLRP) à l’USP, souligne que la croissance du parc de véhicules et l’augmentation des incendies de forêt sont des facteurs importants qui expliquent les niveaux élevés de la pollution.

« La chaleur générée lors du processus de combustion dans le moteur du véhicule fait réagir l’azote et l’oxygène gazeux l’un avec l’autre, formant du dioxyde d’azote », explique le professeur. Parmi les véhicules, le professeur met en évidence le rôle des camions comme principaux émetteurs de pollution, qui correspondent à 3 % du parc automobile et sont responsables de 70 % de la production de dioxyde d’azote.

L’étude de l’OMS a surveillé la qualité de l’air dans plus de 6 000 villes du monde, dans 117 pays différents. La recherche a stipulé le niveau de concentration acceptable de dioxyde d’azote, l’un des polluants les plus courants, jusqu’à 10 microgrammes par mètre cube. La moyenne mondiale calculée était de 30 microgrammes par mètre cube, une valeur trois fois plus élevée.

Maria Lúcia Arruda de Moura Campos – Photo : FFCLRP

Scénario brésilien contre l’environnement

Pour Maria Lúcia, le Brésil « va à l’encontre du principe de réduction de la pollution atmosphérique », avec l’approbation de nouvelles centrales thermoélectriques et une augmentation des incendies, activités qui augmentent l’émission de composés polluants.

« L’action de la puissance publique et le changement de mentalité de la société sont des piliers pour la réduction de la pollution », renforce le professeur, qui souligne l’importance de l’utilisation des transports en commun et le rôle des plantes dans la réduction des émissions de pollution, en en plus de « faire sortir les gens des centres de santé et minimiser les problèmes respiratoires dans la population ».


Journal USP dans l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nonair, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 16h : 45h. À Ribeirão Preto, l’édition régionale est diffusée de midi à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93.7, à Ribeirão Preto FM 107.9, via Internet sur www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...