Le Brésil

La littérature de Conceição Evaristo sauve des ancêtres noirs-brésiliens – Jornal da USP

Les « scriptivências » de l’écrivain Conceição Evaristo montrent l’importance de remonter dans le passé pour marcher dans le présent, montre un article de la « Revista Criação & Crítica »

L’écrivain Conceição Evaristo joue, de nos jours, un rôle fondamental dans la littérature noir-brésilienne – Oeuvre de Lívia Magalhães avec une image de Wikimedia Commons

Margareth Arthur/USP Magazines

Conception Evaristo est l’une des plus grandes personnalités de la littérature féminine brésilienne contemporaine, honorée comme personnalité littéraire de l’année par le prix Jabuti, en 2019, dont les œuvres sauvent ses ancêtres et récupèrent la généalogie « noir brésilien», dépeignant la vie quotidienne des femmes noires, les préjugés auxquels elles sont confrontées dans les sphères sociales, culturelles et politiques. La littérature noire brésilienne est un instrument de matérialisation du non-colonialisme, le «décolonialité« , que les femmes deviennent « auto-représentation et auto-fiction», car parler de soi, c’est parler du collectif. Pour discuter de ces questions, les chercheurs Rayron Lennon Costa Sousa et Risoleta Viana de Freitas, dans un article paru dans Magazine Création & Critique, sont basés sur la nouvelle de l’écrivain intitulée Yeux d’eau.

Dans l’article La généalogie noire-brésilienne contemporaine de la paternité féminine dans la littérature de Conceição Evaristo: Time, Temporality and Ancestry in Olhos d’água (2018), les auteurs associer le texte littéraire à l’histoire, en relation avec « au lieu du temps, à la temporalité et à la présence de l’ascendance», afin d’observer la création textuelle qui établit un lien entre les femmes «par la sororité et par la dororité, à partir de ce que Conceição Evaristo, en tant que théoricien, conceptualise comme Escrivência”. Son travail et celui d’autres auteurs, comme Ana Maria Gonçalves, Lívia Natália, Jarid Arrais, Cristiane Sobral, entre autres, ont une caractéristique commune – la généalogie féminine, plus une particularité : «un arbre qui a pour racine une femme qu’elle tient dans la main de l’autre et ainsi, dans un mouvement en spirale et des gribouillis», déclarent les chercheurs.

Conceição Evaristo joue actuellement un rôle clé dans la littérature noir-brésilienne, vénérant ses ancêtres en tant que partenaires à la fois pour la condition féminine et pour être noir, suivant des chemins de lutte et de douleur, partagés dans des personnages féminins liés par la représentation symbolique de la couleur des yeux , dans le conte yeux d’eau. Dans ce conte, l’histoire, le temps et l’ascendance sont des instruments pour matérialiser la liberté de s’autobiographique et de se représenter, sans barrières de tiers : « C’est vivre, voir et voir l’autre comme un participant qui garde son regard planant sur le passé et le présent, s’interrogeant sur l’avenir”.

En ce qui concerne le protagonisme afro-descendant dans la littérature brésilienne contemporaine, il est marqué par le passé de la figure noire en tant qu’esclave, sans droit de citoyenneté, une classe inférieure, comme l’a également exprimé le romancier Aluízio Azevedo, dans l’immeuble, « où a lieu la rencontre des classes et des cultures, délimitant la relation de supériorité et d’infériorité entre ses habitants”. Cependant, aujourd’hui, les voix noires sont les protagonistes et créent des personnages et des histoires, comme, entre autres, Luís Gama, Solano Trindade et Carolina Maria de Jesus. La littérature en tant que plainte est l’une des caractéristiques de Conceição Evaristo, rapportant au lecteur les difficultés, les malheurs, la négligence sociale, les obstacles et les impasses des habitants de la “bidonvilles et ruelles”.

Dans yeux d’eau, un recueil qui donne aussi son nom à la nouvelle étudiée, Conceição fait référence aux origines de la culture noire, “qui est enraciné dans le continent africain», référence dans leurs écrits, ou dans leur «écrits», rapporter, enregistrer et documenter, donner la parole à cette écrivaine, militante, poète et critique littéraire noire qui, par son écriture, rapporte la «parcours historique et social des afro-descendants au Brésil» et correspond ainsi aux contextes sociaux contemporains. Dans yeux d’eau, la nouvelle, Conceição présente “le temps présent comme porte pour penser au temps passé», soulignant la question de la mort, «le génocide des hommes et des femmes noirs dans les favelas, dans les arrière-cours”. La condition sociale des familles est également soulignée ; « filles et mère s’accrochant à supporter la peur de la chute possible de la baraque», en plus des persécutions religieuses depuis la colonisation jusqu’à aujourd’hui, tentant de réprimer, par la violence, la religiosité inhérente à l’identité nationale afro-brésilienne.

Le conte montre la relation entre le temps et la religion, observée lorsque le personnage narrateur, désireux de se souvenir de la couleur des yeux de sa mère, fait une offrande aux Orixás : «La couleur des yeux de ma mère était la couleur des yeux d’eau. Les eaux mères d’Oxum […] en contemplant les yeux de la mère, la couleur reflétait les eaux courantes – c’était la couleur des yeux d’eau – des eaux dédiées à Mère Oxum, qui est la mère de l’amour”.

Cette quête de la narratrice traduit le sauvetage de ses mémoires qui se constituent aussi dans la préservation des racines ancestrales, afin de stimuler la connaissance de soi, d’inscrire l’identité des afro-descendants et des afro-brésiliens. Quand le personnage compare les yeux de sa mère à des rivières calmes, « eaux de Mama Oxum», légitime la place et la dimension de l’ascendance féminine tout au long du récit. Ascendance féminine noire dans ces « écrits« étudiée par les auteurs de l’article est interreliée à la chronologie du temps linéaire »,puisque les temporalités viennent avec l’acte de se souvenir, des coupes chronologiques qui sonnent comme l’éternité”.

Article

SOUSA, RLC; FREITAS, RV de. La généalogie noire-brésilienne contemporaine de la paternité féminine dans la littérature de Conceição Evaristo: Time, Temporality and Ancestry in Olhos d’água (2018). Revista Crianca & Critica, São Paulo, non. 29, p. 198-217, 20121. ISSN : 1984-1124. ÇA FAIT MAL: https://doi.org/10.11606/issn.1984-1124.i29p198-217. Disponible en: https://www.revistas.usp.br/criacaoecritica/article/view/171360. Consulté le : 19 mai 2021.

Contacts

Rayron Lennon Costa Sousa – Professeur du Cours Langues et Codes –UFMA, membre du Groupe de Recherche Littérature, Altérité et Décolonialité – GPLADE – UFMA/CNPq et du Groupe de Recherche Littérature, Lecture et Enseignement – ​​UESPI.

Viana de Freitas Risoleta Professeur du Cours de Lettres à l’UEMA et membre de l’Americanities: Place, Difference and Violence Research Group – UFPI et du Tese Group, the Labyrinth and its Name – UFPI.

criacaoecritica@gmail.com


Revues USP
la section RRevues USP est un partenariat entre le Jornal da USP et l’Agence USP pour la gestion de l’information académique (Águia) qui présente des articles d’auteurs de diverses institutions publiés dans les revues de la Portail des magazines USP.

.

Vous pourriez également aimer...