Le Venezuela

Encore un dialogue ?

Le processus de dialogue qui a commencé vendredi 13 au Mexique commence au milieu d’un climat politico-affectif qui doit être pris en compte, sans négliger le long, difficile et épuisant voyage national et international qu’il a parcouru.

Cette nouvelle tentative aura des effets à la fois internes et externes car elle affectera la corrélation des forces et, par conséquent, la reconfiguration de la carte politique de la région. Il entraînera un nouveau jeu géopolitique.

En tant qu’agenda, il entend transcender le purement électoral vers un accord de coexistence politique. Cependant, il porte une lourde charge émotionnelle, car il s’agit d’un événement politique qui convoque des sensations, des sentiments et des humeurs en général. Des émotions chargées de sens politique liées à des expériences antérieures ratées, qui affectent sans doute les attentes des citoyens autour de ce nouvel appel au dialogue. Cela a fait naître un climat politique affectif autour de la crédibilité, de la légitimité, de l’espoir et du succès de cette nouvelle tentative. Un tel appel est parallèle à l’usure du dialogue, due à l’échec des tentatives récentes, ce qui a diminué sa légitimité et sa crédibilité auprès du public. Cela implique une tâche qui ne peut être évitée ou retardée, qui est le repositionnement du dialogue. Une nouvelle approche stratégique prévaut afin de la re-légitimer et, surtout, de sauver la crédibilité meurtrie des citoyens.

Le dialogue est pratiquement le seul moyen de sortir de la crise actuelle. Repenser le pays, reconstruire les relations politiques, économiques, sociales et psychologiques ; débloquer le jeu politique malsain est un processus complexe qui doit nous rassembler tous. Aborder la crise multidimensionnelle dans le cadre de pactes, d’accords entre les parties qui incluent le pardon, la reconnaissance de nous-mêmes et la décision de traverser ensemble cette nouvelle étape. Cela implique un défi qui ne peut être évité ou retardé, qui est de repositionner le dialogue devant le public et d’en faire un projet commun, un projet citoyen.

Ne pas relever ce défi augmentera l’impuissance, le désenchantement, la perte de crédibilité et de légitimité, et nous créerons un terrain fertile pour que l’idée d’un sauveur se positionne parmi les citoyens.

Attendrons-nous un Messie ?

@maryclens

L’entrée Encore un dialogue ? il a été publié pour la première fois dans Dernières nouvelles.

Vous pourriez également aimer...