Le Brésil

La nouvelle édition de « Revista USP » aborde l’indépendance de l’Amérique latine – Jornal da USP

Dossier enquête sur la construction de mémoires nationales et de récits sur les héros fondateurs

par Luiz Prado

Les articles du numéro analysent la construction de récits sur l’indépendance dans plusieurs pays d’Amérique latine – Photo : Photomontage de Rebeca Alencar avec des images de Magazine USP

« Le culte de l’idée de liberté – qu’elle soit politique ou dans la sphère individuelle – a toujours occupé un espace viscéral au sein de l’imaginaire latino-américain, notamment dans celui qui comprend les nations hispanophones. Plus que partout ailleurs, donc, en Amérique hispanique, des termes tels que « émancipation » et « indépendance » acquièrent un sens profond et symbolique, de quelque chose en processus permanent. »

Ce sont les mots avec lesquels l’éditeur Jurandir Renovato ouvre le numéro 130 de la Magazine USP – publication trimestrielle de la Surintendance de la communication sociale (SCS) de l’USP -, consacrée à l’indépendance latino-américaine, qui vient d’être lancée. Comme le souligne Renovato, les sept articles qui composent le dossier cherchent à appréhender les formes de construction de cette identité latino-américaine. Les textes ont été organisés par la professeure Gabriela Pellegrino Soares, du Département d’histoire de la Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines (FFLCH) de l’USP, et par le doctorant Rafael Dias Scarelli, également de la FFLCH.

« Ce dossier remonte au moment présent, dans lequel il est commémoré, avec un décalage de quelques années entre l’anniversaire de chaque pays, le bicentenaire des processus d’indépendance et d’émergence des États nationaux en Amérique latine », écrivent les organisateurs . « Du cri d’Ipiranga au Brésil au cri de Dolores au Mexique, les indépendances latino-américaines ont été marquées par des épisodes emblématiques, cristallisés dans la mémoire nationale comme un moment ‘fondateur’ et fixés comme dates civiques dans le calendrier de chaque pays. Cependant, plus que des événements décisifs en eux-mêmes pour l’issue de la lutte émancipatrice dans différentes parties de l’Amérique coloniale, ces événements et leurs protagonistes se sont constitués en tant que tels après un long processus de sélection et d’élaboration, traversé par d’intenses débats.

Le premier article du dossier, Rayonner l’indépendance du Mexique à la population, est signé par Laura Suarez de la Torre. Dans ce document, l’auteur enquête sur les tensions dans la construction de récits sur le processus d’indépendance mexicaine. Déjà là Y al Morir al Hombre Enseña, Bruno Verneck aborde les représentations sociales et politiques contenues dans trois pièces sud-américaines produites entre 1817 et 1821.

A son tour, dans l’article Délimitations de la citoyenneté dans les genres mineurs, Elisabet Prudant et Natalia López Rico traitent de l’émergence de la citoyenneté comme catégorie politique moderne dans des brochures publiées au Chili pendant le processus révolutionnaire et les premières années de la République. Rafael Scarelli, l’un des organisateurs du dossier, signe Pérou entre deux généraux, un texte qui aborde la place de Simón Bolívar et José de San Martín dans les récits de l’indépendance péruvienne.

Un autre article de dossier, graver la mémoire, compare des projets de monuments civiques à São Paulo et à Buenos Aires, à l’occasion de leurs centenaires respectifs de l’indépendance. L’auteur, Michelli Scapol Monteiro, s’intéresse aux stratégies des élites dirigeantes des deux pays pour matérialiser la mémoire de leur indépendance.

Simón Bolívar revient dans l’article de Fabiana de Souza Fredrigo et Gabriela Pellegrino Soares, co-organisatrice du dossier. Dans « S’approprier-moi et reconstruire l’indépendance quand j’en ai besoin » : la polysémie et la longévité du culte bolivarien, les auteurs parlent de la mémoire polysémique de Bolivar, personnage central des guerres d’indépendance de l’Amérique espagnole. Ferme la sélection d’articles Les dernières indépendances en Amérique du Sud, de Iuri Cavlak, qui aborde l’émancipation de la Guyane et du Suriname dans la seconde moitié du XXe siècle.

Photo : Reproduction

Terminez la nouvelle édition de Magazine USP textes du professeur Jean Pierre Chauvin de l’USP School of Communications and Arts (ECA) sur le poète João Cabral de Melo Neto, du professeur de la Faculté d’éducation (FE) de l’USP Aleksandar Jovanović sur Sándor Csoma Kőrösi, premier spécialiste occidental de la langue et de la culture tibétaine, et par Marcelo Módolo et Alfredo Vital Oliveira, respectivement professeur et doctorant au Département de lettres classiques et vernaculaires de la FFLCH, sur l’écriture d’Enem.

« A la veille des commémorations du Bicentenaire de l’Indépendance, de notre Indépendance, l’attente, comme les organisateurs l’ont rappelé dans la Présentation, est que cet ensemble de textes aide à réfléchir sur une histoire qui, à toutes fins utiles, est aussi la nôtre », ponctue l’éditeur Jurandir Renovato.

Magazine USP, numéro 130, publié par la Surintendance de la communication sociale (SCS) de l’USP. La revue est disponibledisponible gratuitement sur ce lien.

Vous pourriez également aimer...