Le Venezuela

La plupart des pays reconnaissent les progrès du Venezuela en matière de droits humains

La majorité des pays membres de l’Organisation des Nations unies (ONU) ont reconnu mardi les avancées réalisées par le Venezuela en matière de droits de l’homme, malgré les mesures coercitives et unilatérales imposées par le gouvernement des États-Unis (USA).

Lors de la présentation de son troisième Examen périodique universel des droits de l’homme, la vice-présidente exécutive de la République, Delcy Rodríguez, a remercié les nations qui ont reconnu le fort impact des sanctions et des mesures unilatérales au Venezuela.

« Nous tenons à remercier les nombreux pays qui ont souligné l’impact des mesures coercitives unilatérales sur la jouissance des droits humains. Saluons la grande majorité des pays qui ont eu des propositions constructives et des messages positifs, reconnaissant les progrès réalisés par le Venezuela, même dans ces conditions de pression terrible, que signifient les mesures unilatérales », a déclaré Rodríguez.

Parmi les avancées soulignées lors de la réunion figurent les services pré et post natals, ainsi que les programmes de soins lors de l’accouchement ; ainsi que le travail fourni pour mieux prendre en charge les enfants et les femmes, en particulier les personnes handicapées.

De même, le travail réalisé par le Venezuela en matière d’éducation a été souligné.

En este sentido, exigió nuevamente el cese de las medidas, pero esta vez no solo las impuestas contra Venezuela, sino contra otros países, y recalcó que los países que imponen estas «políticas de lesa humanidad» no deberían permanecer al Consejo de Derechos Humanos de ONU.

« Nous savons que l’examen est un instrument qui permet l’étude sincère des droits de l’homme, mais il doit être encadré dans le principe d’impartialité et d’instrumentalisation apolitique (…) Le Venezuela exige dans ce domaine la cessation des mesures et contre tous les peuples de le monde victime de cette politique contre l’humanité, et exige que ces pays ne puissent pas faire partie du Conseil des droits de l’homme des Nations unies », a-t-il souligné.

D’autre part, il a affirmé que le Venezuela continuera à travailler pour « annuler les effets pervers du modèle capitaliste ».

Vous pourriez également aimer...