Le Brésil

La pluralité dans la bande dessinée montre la prudence dans la publication d’adaptations et de marketing – Jornal da USP

Waldomiro Vergueiro analyse le scénario d’adaptation aux exigences de diversité dans la bande dessinée comme une manœuvre stratégique et prudente des éditeurs

par Wallace de Jésus

Le fils de Clark Kent, Jon Kent, adopte un comportement bisexuel, ce qui montre que les bandes dessinées s’adaptent aux temps nouveaux – Photo : Reproduction/Disclosure

L’adaptation des personnages à la réalité plurielle de la société d’aujourd’hui est déjà une réalité à la télévision, au cinéma, dans les jeux vidéo, entre autres. La récente annonce de Dc Comics que dans la nouvelle édition de Superman : Fils de Kal-El (Superman : Fils de Kal-el), le fils de Clark Kent, Jon Kent, sera bisexuel en est un exemple. Mais cette diversité en bande dessinée (comics) est-elle spontanée de la part des éditeurs ou une stratégie de consommation du genre par le public ?

Waldomiro Vergueiro, professeur et coordinateur de l’Observatoire de la bande dessinée à l’École des communications et des arts de l’USP, explique que, malgré la réalité plurielle de la société, les grands éditeurs responsables de la bande dessinée ne changent pas leurs personnages traditionnels, comme Clark Kent , mais oui des personnages périphériques comme Jon. « Dire que les éditeurs modifient les caractères traditionnels me semble être une généralisation », évalue Vergueiro, soulignant la résistance des grands éditeurs aux changements des caractères traditionnels. « Les entreprises montrent qu’elles s’adaptent aux temps nouveaux, en modifiant des personnages proches des traditionnels », souligne-t-il.

Pour Vergueiro, la stratégie adoptée est louable pour répondre aux exigences de diversité dans la bande dessinée et que la bande dessinée, en tant que produit de masse, doit faire référence au quotidien de son public, sous peine de le harceler et de le rejeter. « Ces changements doivent être vus dans le cadre d’un effort d’adaptation et de marketing de ces entreprises », explique le professeur.

« Ceux qui vont au cinéma pour regarder Superman sont des lecteurs traditionnels, qui pensent encore au héros comme un faucon de la réalité américaine et un défenseur de l’American Way Of Life – Photo: Reproduction/Disclosure

Il commente également la dépendance des éditeurs vis-à-vis de leurs lecteurs traditionnels. « Ceux qui vont au cinéma pour regarder Superman sont les lecteurs traditionnels, qui considèrent encore le héros comme un faucon de la réalité américaine et un défenseur de la Le mode de vie américainet », analyse Vergueiro, rappelant qu’une grande partie de la résistance au changement de personnages est liée au conservatisme du public nord-américain, auquel les bandes dessinées de super-héros sont principalement destinées. « Donc, les lecteurs plus âgés ont un peu de résistance à la modification car ils s’habituent à une sorte de comportement de héros », ajoute-t-il.

« Après tout, une bande dessinée est faite pour son époque et son moment historique, reflétant la réalité, mais elle ne fera pas un changement si radical qu’elle soit suicidaire », commente-t-il.

C’est à partir de la bande dessinée que d’autres espaces médiatiques commencent à se développer, comme la télévision, le cinéma et les jeux vidéo, et pour cette raison ils ont besoin de s’aligner sur la réalité plurielle dans laquelle nous sommes actuellement insérés. « Ils ne peuvent pas simplement continuer à publier les mêmes personnages dans le même format, car les relations personnelles, politiques et idéologiques changent », explique Vergueiro.

Le professeur se souvient aussi du nouveau film Marvel, éternel, qui dans sa portée cherche à représenter un héros homoaffectif et un groupe de héros pluriel et diversifié, mais qui ne constituent toujours pas la ligne de front comme le font les principaux héros de l’univers. « Les entreprises utilisent ces stratégies comme un élément de vente », conclut Vergueiro.


Journal de l’USP en direct
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et Escola Politécnica, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nà l’antenne, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h00, 3 : 00h00 et 16h45. À Ribeirão Preto, l’édition régionale sera diffusée de 12h à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez vous connecter à Rádio USP à São Paulo FM 93,7, à Ribeirão Preto FM 107,9, via Internet à l’adresse www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...