La police française réprime une manifestation pro-palestinienne dans les universités

La police française a dispersé ce vendredi les manifestations étudiantes qui se déroulaient à Sciences Po, en faveur de la Palestine et pour exiger un cessez-le-feu contre Gaza.

Les forces de l'ordre sont arrivées alors que les étudiants tenaient une conférence de presse dans les locaux du centre étudiant.

Selon le portail Spoutnik, les policiers ont commencé à disperser les manifestants rassemblés à l'intérieur et à l'extérieur du bâtiment.

Quelques dizaines de policiers anti-émeutes sont entrés dans l'université et ont commencé à expulser les militants. Cependant, on a appris que certains étudiants avaient volontairement quitté le bâtiment.

La maison d'études avait déjà annoncé la fermeture de ses principaux bâtiments, en raison d'une autre mobilisation qu'une douzaine d'étudiants réaliseraient en faveur de la Palestine.

En France, des manifestations ont lieu dans les villes de Menton (frontière franco-italienne), Saint-Etienne (sud-est du pays) et Reims (nord-ouest).

Les étudiants du monde entier continuent de se mobiliser pour la Palestine

Des mobilisations étudiantes ont été enregistrées ces dernières semaines dans différentes parties du monde, les États-Unis étant l'épicentre.

Rappelons que depuis octobre dernier, plus de 34 000 Palestiniens ont été tués par les bombardements israéliens, tandis que 77 000 personnes ont été blessées. Ces chiffres sont sans compter les sept mille corps retrouvés sous les décombres.

En plus des attaques, Israël maintient un blocus sur Gaza pour empêcher l'aide humanitaire d'entrer à Gaza, ainsi que des coupures d'électricité et d'approvisionnement en eau potable ; ce qui a conduit à la fermeture de différents centres de santé.