Le Brésil

La police réprime une manifestation de fonctionnaires contre Sampaprev 2

São Paulo – La police a réprimé cet après-midi (10), avec des bombes au moral, une manifestation de fonctionnaires de São Paulo devant la mairie, dans une mobilisation contre le soi-disant Sampaprev 2 (Loi de finances 07/21), qui est à l’ordre du jour de l’Assemblée pour le vote en plénière.

L’action de la police s’est déroulée alors que les manifestants à l’extérieur suivaient le discours de la conseillère Erika Hilton (Psol), qui s’est prononcée contre le projet présenté par le maire de São Paulo, Ricardo Nunes (MDB). Le parlementaire a indiqué que le projet de loi est traité sous pression « avec la précipitation de la mairie à massacrer les serveurs » et que la proposition représente un coup porté au dos des travailleurs de la municipalité.

Le texte de la réforme de la sécurité sociale pour les fonctionnaires de São Paulo prévoit des réductions sur les revenus des retraités et des pensionnés qui perçoivent au-dessus du salaire minimum et en dessous du plafond de l’INSS (actuellement 6 433,57 R$).

:: Les fonctionnaires municipaux de São Paulo se mettent en grève contre la réforme des retraites ::

Ainsi, selon le projet, une « contribution » de 14% du salaire des retraités qui gagne 1 000 R$ par mois sera facturée. Le projet de loi relève également l’âge de la retraite. Des hommes, de 60 à 65 ans. Des femmes, de 55 à 62 ans.

serviteur blessé

Au milieu des attaques des forces de police, une fonctionnaire a eu la jambe fracturée. Elle aurait fait une chute en tentant d’échapper aux bombes larguées par des policiers. Le manifestant blessé a été assisté par des agents de santé municipaux qui participent également à la manifestation, et emmené dans une ambulance à l’hôpital le plus proche.

En raison des scènes de répression, qui ont transformé les abords de l’hôtel de ville en champ de bataille, la conseillère municipale Luana Alves (Psol) a déposé une demande de report du vote de Sampaprev. La proposition a été soutenue par les législateurs de l’opposition, mais a été rejetée par la majorité.

A l’extérieur, selon le personnel du Syndicat des travailleurs de l’administration publique et des municipalités de la municipalité de São Paulo (Sindsep-SP), des policiers et des gardes municipaux – ces derniers également touchés par la proposition – ont continué à larguer des bombes sur les manifestants.

Ensuite, la conseillère Janaina Lima (Novo) a lu le rapport de proposition. Selon elle, la confiscation des droits des employés municipaux entraînera des « économies » de 111 milliards de reais dans les coffres de la municipalité. Janaina a également nié avoir reçu des positions pour défendre le projet.

Selon le conseiller municipal Antonio Donato (PT), il n’y a pas de déficit dans la Sécurité sociale des travailleurs, mais un « déséquilibre ». Une partie de ce déséquilibre, selon lui, a été causé par l’augmentation de l’externalisation dans le service public. En effet, les travailleurs tiers ne cotisent pas au système municipal de sécurité sociale. En ce sens, Donato a suggéré de taxer les contrats d’externalisation comme moyen de financer le paiement des prestations. Il a également déclaré que la confiscation d’une partie des prestations des retraités serait une « rupture de contrat », puisqu’ils ont été admis avec la disposition de la retraite complète.

« Nous parlons de réduire le salaire de ceux qui gagnent déjà très mal », a déclaré le conseiller municipal Alessandro Guedes (PT). « Et, pire, après avoir augmenté les salaires de ceux qui gagnent bien. C’est ce qui s’est passé l’année dernière. Il a augmenté le salaire du maire et relevé le plafond pour beaucoup de gens qui gagnent bien dans la ville ». Il a également mentionné que, la semaine dernière, la Chambre a approuvé des augmentations de salaire pour les secrétaires adjoints, les sous-maires et les chefs de cabinet.

Suivez la séance à l’hémicycle

Vous pourriez également aimer...