La Colombie

La police russe annonce une enquête sur l'intoxication présumée d'Alexei Navalni

27 août 2020-10 h 28 m.
Pour:

Agence AFP

La police russe a annoncé jeudi avoir entamé un "examen préliminaire" du cas du leader de l'opposition Alexei Navalni, victime probable d'un empoisonnement il y a une semaine selon ses médecins allemands et ses proches, ce que Moscou a rejeté jusqu'à présent.

Les enquêteurs ont commencé "des examens préliminaires liés à l'hospitalisation d'Alexei Navalni le 20 août à Omsk", une ville de Sibérie, et ont collecté des objets qui peuvent être transformés en preuves, a annoncé la section régionale du ministère russe de l'Intérieur dans un communiqué. Il ajoute que les lieux de passage de Navalni ont été inspectés et que "plus de 100 objets pouvant avoir une valeur de preuve" ont été saisis.

"La chambre d'hôtel dans laquelle il se trouvait" à Tomsk, la ville où il a été empoisonné, selon ses proches, a également été fouillée, ainsi que "les images des caméras de surveillance", selon le communiqué.

Le directeur du Fonds anti-corruption d'Alexei Navalni a jugé "très étrange" que ces vérifications se produisent si tard. "Lancer une enquête criminelle", a exhorté Ivan Jdanov sur Twitter.

Dans le même temps, le parquet russe a demandé à l'Allemand "des explications, des informations et des tests de diagnostic préliminaires effectués par elle, ainsi que des documents contenant des informations médicales de spécialistes allemands".

Lisez aussi: L'Allemagne augmente les restrictions pour réduire les infections à coronavirus

Navalni, 44 ans, bien connu pour enquêter sur la corruption de l'élite russe et de ceux autour de Poutine, a ressenti un fort malaise la semaine dernière lorsqu'il s'est envolé de Tomsk en Sibérie pour Moscou. L'avion a effectué un atterrissage d'urgence afin que l'activiste puisse être admis d'urgence dans un hôpital d'Omsk.

Son entourage a immédiatement dénoncé un empoisonnement et a plaidé pour un transfert médical en Allemagne. Nalvani a finalement été transféré à Berlin, après de fortes tensions avec le gouvernement russe et est dans un état grave et dans un coma artificiel, bien que sa vie ne soit plus en danger.

Les médecins allemands ont assuré qu'il avait été intoxiqué par "une substance du groupe des inhibiteurs de la cholinestérase", mais sans préciser laquelle.

Ces produits sont susceptibles d'être utilisés, à faibles doses, contre la maladie d'Alzheimer. Mais, selon la dose, ils peuvent être très dangereux et produire également de puissants agents neurotoxiques, de type Novichok.

Entretien de Poutine

Le Kremlin a rejeté le terme empoisonnement et a considéré les conclusions des médecins allemands «à la hâte».

"Comment peut-on parler d'empoisonnement s'il n'y a pas de poison?" a déclaré le porte-parole du président Vladimir Poutine, Dmitri Peskov.

Peskov a toutefois déclaré que la Russie "a clairement intérêt à comprendre ce qui a plongé dans le coma le patient qui est traité dans une clinique berlinoise".

L'Allemagne, la France et le Royaume-Uni, outre les États-Unis, ont demandé à Moscou d'enquêter sur ce prétendu empoisonnement.

Le président Poutine a été interviewé jeudi par la chaîne publique Rossiya-24 sur "l'actualité". Le hiérarchie du Kremlin, qui ne mentionne jamais Navalni par son nom, ne s'est pas adressé ou a été interrogé sur l'affaire.

Selon le Navalni Anti-Corruption Fund, ce sont ses enquêtes sur l'environnement du Kremlin qui l'ont conduit à être empoisonné.

Vous pourriez également aimer...