Le Brésil

La politique de Petrobras fausse les prix et le diesel est plus cher que l’essence, selon le FUP

São Paulo – Depuis la semaine dernière, après de nouvelles hausses de l’essence (5,18%) et du diesel (14,26%) par Petrobras, les prix du carburant se sont inversés dans les stations-service à travers le pays. Selon une enquête de l’Agence nationale du pétrole, du gaz naturel et des biocarburants (ANP), du 19 au 25, le prix moyen du diesel a atteint 7 568 R$/litre, tandis que celui de l’essence était de 7 390 R$. La valeur la plus élevée du diesel a été trouvée à 8 850 R$/litre à Acre, et la plus basse à 6 290 R$ à Rio de Janeiro. C’est la première fois depuis 2004, date à laquelle l’ANP a lancé la série de mesures, que le prix du diesel dépasse celui de l’essence.

Le coordinateur général de la Fédération unique des travailleurs du pétrole (FUP), Deyvid Bacelar, estime que cette « distorsion » est une autre conséquence de la politique de parité des prix à l’importation (PPI) que Petrobras applique depuis 2016. C’est aussi le résultat de l’« incompétence » du gouvernement Bolsonaro, qui n’a pas investi dans l’achèvement des raffineries inachevées.

En ce sens, les mois à venir seront encore plus difficiles pour le président Jair Bolsonaro. Avec l’investiture de Caio Paes de Andrade comme nouveau président de Petrobras, Bolsonaro promet une « nouvelle dynamique dans la question du carburant au Brésil ». L’intention, entre les lignes, est d’éviter de nouveaux réajustements de carburant jusqu’aux élections, au moins. Mais, outre les prix élevés, le risque est qu’il y ait une pénurie de diesel au Brésil dans les mois à venir, comme le FUP l’alerte depuis mai.

En effet, avec l’introduction du PPI, environ 20 à 25 % du diesel consommé dans le pays ont commencé à être importés. Et 80 % de ces importations proviennent des États-Unis. Cependant, en raison de la guerre en Ukraine et des sanctions imposées à la Russie, les États-Unis ont commencé à concentrer leurs exportations de diesel vers les pays européens.

La souveraineté en danger

Pour Bacelar, la solution à court terme pour éviter les pénuries de diesel passe par l’importation directe par Petrobras. Mais cela affecterait les bénéfices des importateurs de carburant qui ont étendu leurs activités dans le pays ces dernières années. À long terme, il est nécessaire d’agrandir le parc de raffinage dans le pays, en achevant les travaux bloqués.

Mais le gouvernement Bolsonaro parie dans la direction opposée. Ce lundi (28), Petrobras a annoncé qu’elle reprendrait le processus de vente de la raffinerie Abreu e Lima, à Pernambuco, de la raffinerie Presidente Getúlio Vargas, à Paraná, et de la raffinerie Alberto Pasqualini, à Rio Grande do Sul. Ensemble, ils représentent 23 % de la capacité de raffinage du Brésil.

« Malheureusement, le gouvernement insiste pour maintenir le PPPI, prétextant que s’il bouge, les plus de 500 les commerçants (les importateurs) installés au Brésil décideront de ne plus importer », a-t-il critiqué. « A court terme, la solution serait d’utiliser Petrobras comme importateur majeur, mais en régulant les prix ici dans le pays ». Le coordinateur du FUP a rappelé que l’entreprise publique a agi ainsi à deux reprises : en 2008, lors de la crise financière de 2008, lorsque le baril de pétrole a atteint 147,50 dollars. Et aussi en 2014, quand, au contraire, les prix du pétrole sur le marché international se sont effondrés.

« Cependant, le gouvernement ne signale pas de le faire, afin de ne pas affecter les bénéfices exorbitants de Petrobras. Et par conséquent, réduire les dividendes qui sont versés aux actionnaires, principalement internationaux. Et aussi de ne pas jouer avec le les commerçants, ces importateurs qui devraient faire l’objet d’une enquête. Nous sommes conscients que de nombreux amis de ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui opèrent dans l’importation de dérivés du pétrole ici au Brésil.

Production structurelle : investissements

Bacelar dit qu’il est essentiel d’augmenter la capacité de raffinage du pays. « De cette façon, le Brésil, qui a déjà atteint l’autosuffisance dans la production de pétrole, ne dépendrait plus de l’importation de produits dérivés. Malheureusement, du fait de l’incompétence, du manque de travail, de la paresse du Président de la République, qui Jet ski et fait des motocyclistes, au lieu de travailler, il n’a pas repris le travail sur les raffineries, comme celles de Comperj (complexe pétrochimique de Rio de Janeiro), qui étaient achevées à 80 %. Les travaux de la seconde moitié de la raffinerie d’Abreu e Lima n’ont pas non plus continué. Et beaucoup moins des raffineries Premium I et Premium II, au Ceará et au Maranhão.

Vous pourriez également aimer...