Le Brésil

La population d’origine asiatique est victime de violence et de préjugés dans la pandémie – Jornal da USP

Pour Lais Miwa Higa, le discours de haine adopté par les dirigeants mondiaux et le manque d’identification raciale sont parmi les raisons de l’augmentation des préjugés

Par Rodrigo Tammaro

Selon Lais Miwa Higa, il est courant qu’en temps de crise, il y ait une augmentation des crimes de haine contre les minorités – Photo: Phúc Mã – Pixabay

La violence et les préjugés contre la population d’origine asiatique se sont accentués pendant la pandémie de covid-19. Deuxième rapport publié en mai par Arrêtez la haine asiatique, mouvement qui dénonce l’augmentation des crimes de haine contre la communauté, il y a eu 6 603 cas de violence enregistrés entre mars 2020 et mars 2021. Selon la police de New York, il y a eu une augmentation de 1 900% de ces incidents, en plus de les plaintes qui ne sont pas signalées.

Le discours de haine et les préjugés adoptés par les dirigeants mondiaux sont signalés comme l’une des raisons de cette augmentation. Des politiciens tels que l’ancien président américain Donald Trump et Jair Bolsonaro ont utilisé des «virus chinois» pour désigner le covid-19 à plusieurs reprises et blâmer la pandémie sur le pays asiatique. «Cela a ouvert un racisme qui dure depuis le début de l’immigration, ce type de discours ouvre un espace à l’agression», commente Lais Miwa Higa, doctorant en anthropologie sociale à la Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines (FFLCH ) à l’USP.

Selon Lais, il est courant qu’en temps de crise, il y ait une augmentation des crimes de haine contre les minorités. «Un ennemi commun est créé et les gens finissent par jeter cette haine sur les individus», explique-t-il. Cela s’est produit, par exemple, pendant l’Estado Novo, lorsque Getúlio Vargas a adopté une position contre les Japonais en raison des conflits de la Seconde Guerre mondiale. Et cela arrive maintenant, dans la pandémie.

stéréotype qui généralise différentes ethnies

Actuellement, ces discours visent principalement la Chine, où le coronavirus a été identifié pour la première fois, mais les violences touchent l’ensemble de la population d’origine asiatique. «Les gens, en général, ne savent pas comment se différencier, en regardant le visage de la personne, qu’elle soit chinoise ou coréenne», explique Lais. «Ils finissent tous par être victimes de ce préjugé», ajoute-t-il. Le chercheur commente également qu’il existe un stéréotype qui généralise les différentes ethnies, comme si le japonais et le chinois, par exemple, étaient les mêmes.

La question du genre est également liée au racisme. Toujours selon le levage de Stop Asian Hate, environ 65% des cas de violence ont des femmes comme victimes.

Dans son doctorat, Lais étudie l’activisme et l’identité asiatique. Pour le chercheur, la perception du jaune comme race au Brésil n’existe pas. «Les Asiatiques eux-mêmes ne se considéraient pas comme jaunes, ils se considéraient souvent comme presque blancs ou même blancs», dit-il. Elle soutient que cette reconnaissance est importante pour que le racisme soit nommé et identifié.

surmonter les préjugés

«Ces derniers temps, il a pris grand soin de comprendre ce qu’est la course au Brésil», commente Lais. Selon le chercheur, il existe un mouvement parmi les collectifs asiatiques pour ne pas se fermer uniquement au sein de la communauté asiatique et pour mettre l’accent sur la solidarité antiraciste avec d’autres mouvements. «Cette discussion, étant dans les réseaux, nous permet de supprimer l’invisibilité de ce type de discrimination qui a des racines historiques, plus de 100 ans au Brésil, par exemple.

«Il est difficile de dire que c’est du racisme quand les gens ne nous perçoivent toujours pas comme racialisés», dit-il. Le terme «xénophobie» est souvent utilisé, mais, selon le chercheur, ce n’est pas le plus approprié, car les victimes ne sont pas seulement des étrangers, mais aussi des Brésiliens et des Brésiliens.

Parmi les moyens de surmonter les préjugés, Lais évoque le débat et l’information pour que cette violence soit nommée et identifiée, car beaucoup de gens la comprennent encore comme une blague. «La lutte contre tout type de discrimination passe par l’éducation, la recherche et le dialogue. Sauve des vies », conclut-il.


Journal de l’USP sur l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’École polytechnique, la Faculté de médecine et l’Institut des hautes études. Nl’air, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi: 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 4h : 45 h. À Ribeirão Preto, l’édition régionale sera diffusée de 12 h à 12 h 30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93,7, à Ribeirão Preto FM 107,9, via Internet à l’adresse www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...