La privation de sommeil chronique ou aiguë affecte le contrôle de la marche – Jornal da USP

Le travail a été conçu après que des chercheurs du laboratoire, spécialisé dans l’étude du contrôle moteur et du développement de l’exosquelette, aient remarqué que les étudiants qui se sont portés volontaires pour des tests de coordination avaient de très mauvais résultats à la fin du semestre, et le manque de sommeil a été cité comme l’un des des raisons possibles – Photo : Freepik

Une analyse menée par le laboratoire de biomécatronique de l’école polytechnique de l’USP, coordonnée par le professeur Arturo Forner-Cordero, a surveillé les habitudes de sommeil de 30 étudiants universitaires. Après avoir été soumis à un test de coordination motrice, il a été constaté que la privation de sommeil affectait le contrôle de la marche, responsable de l’équilibre des personnes pendant la marche. Ces résultats peuvent guider le rôle de la pratique clinique dans les processus de physiothérapie et dans l’identification des symptômes de fatigue, entre autres interventions médicales. Un article sur le sujet a été publié dans la revue scientifique Rapports scientifiques, et est disponible sur ce lien.

+ Plus

Publié: 24/07/2018

Publié: 25/06/2018

Le travail a été conçu après que des chercheurs du laboratoire, spécialisé dans l’étude du contrôle moteur et du développement de l’exosquelette, aient remarqué que les étudiants qui se sont portés volontaires pour des tests de coordination avaient de très mauvais résultats à la fin du semestre, et le manque de sommeil a été cité comme l’un des des raisons possibles.

Les tests ont été effectués comme suit : les volontaires ont passé deux semaines à utiliser un actimètre (équipement utilisé pour surveiller les habitudes de sommeil) puis ont été divisés en trois groupes. Comme tous les élèves souffraient d’un certain degré de privation de sommeil au quotidien, le groupe témoin était composé d’élèves qui, bien qu’ils ne dormaient pas suffisamment tout au long de la semaine, compensaient cette perte le week-end. Les étudiants qui n’ont pas rattrapé le sommeil perdu pendant les jours de congé, en revanche, ont formé le groupe « privation de sommeil chronique ». Enfin, une partie des volontaires a reçu l’ordre de passer une nuit blanche juste avant le test, pour servir de groupe avec une « privation de sommeil aiguë ».

Dans le test, les chercheurs ont demandé aux volontaires de marcher en synchronisation avec un bip produit par une machine. La fréquence du bip a varié de quelques millisecondes progressivement, pour représenter les micro-ajustements imperceptibles que nous effectuons en marchant normalement.

En essayant de suivre le bip, le groupe souffrant de privation de sommeil chronique n’a pas pu maintenir la stabilité du rythme. Et le groupe de privation aiguë de sommeil était encore pire, complètement désynchronisé.

« La population âgée a une prévalence élevée d’hospitalisations pour chutes et une moins bonne qualité de sommeil, en moyenne. Constater une relation entre ces deux phénomènes peut avoir plusieurs implications pratiques à des fins thérapeutiques, comme par exemple mettre en veille les stratégies de soins afin d’améliorer le contrôle des pas et d’éviter ce type d’accident.

Guilherme Umemura est titulaire d’un diplôme en éducation physique de l’Université fédérale de Lavras et d’une maîtrise en neurosciences et comportement de l’USP, où il fait actuellement son doctorat et fait des recherches sur la biologie du sommeil et l’apprentissage moteur – Photo : archives personnelles

Ces résultats ont des implications importantes pour la pratique clinique, explique Guilherme Umemura, premier auteur de l’article : « Par exemple, la population âgée a une prévalence élevée d’hospitalisations pour chutes et une moins bonne qualité de sommeil, en moyenne. Le constat d’une relation entre ces deux phénomènes peut avoir plusieurs implications pratiques à visée thérapeutique, comme par exemple l’endormissement des stratégies de soins afin d’améliorer le contrôle des pas et d’éviter ce type d’accident ».

L’inverse est également possible, selon lui : « Peut-être qu’à l’avenir, il sera possible de développer des systèmes pour surveiller les habitudes de marche des personnes et de les utiliser pour identifier les personnes souffrant de fatigue, ce qui est pertinent pour la sécurité au travail, entre autres contextes ».

★★★★★