Le Brésil

La recherche montre une relation entre la pollution sonore et les cas d’obésité, d’insomnie et d’hypertension – Jornal da USP

Un projet de loi (PL) en cours de traitement par le conseil municipal de São Paulo propose d’augmenter la limite de bruit dans certaines régions de la ville

Par Rodrigo Tammaro

La pression sonore à haute intensité nuit au système auditif et aussi au bien-être de la population – Photo : Flickr

Un projet de loi (PL) en cours de traitement par le conseil municipal de São Paulo propose d’augmenter la limite de bruit dans certaines régions. Le texte prévoit que dans les Zones d’Occupation Spéciale (ZOE), autour des stades, arènes et salles de concert, cette limite est de 85 décibels (dB), soit 30 de plus que la limite actuelle de 55 dB.

Des auditions publiques ont été organisées pour discuter du projet qui soulève le débat sur la pollution sonore et la santé publique : selon l’Organisation mondiale de la santé, environ 10 % de la population mondiale est exposée à des niveaux de bruit nocifs pour la santé.

Pollution sonore et santé

La pression sonore à des intensités élevées nuit au système auditif et aussi au bien-être de la population. Ricardo Bento, professeur d’oto-rhino-laryngologie à l’USP School of Medicine explique qu’une pression acoustique élevée cause plusieurs dommages au système auditif. « Ceux-ci endommagent et endommagent les cellules que nous avons à l’intérieur de la cochlée, l’organe interne de l’ouïe », dit-il.

Ricardo Ferreira Bento – Photo : Wikipédia

Un autre aspect est le stress et le bien-être. « Parfois, le bruit n’a pas besoin d’être fort. C’est juste un mauvais bruit, par exemple, un marteau-piqueur devant votre maison, qui est irritant. De plus, certaines recherches pointent également des liens entre la pollution sonore et les cas d’obésité, d’insomnie et d’hypertension artérielle.

A l’intensité prédite par le PL, de 85 dB, l’oreille humaine peut durer au maximum huit heures. A partir de là, il y a perte auditive. La mesure propose toutefois que la nouvelle limite soit autorisée pour un total de 11 heures, de midi à 23 heures. Par conséquent, Bento souligne qu’en plus de l’intensité, le temps d’exposition est très important. « L’idéal serait d’environ 55 décibels, à ce niveau vous pouvez être exposé aussi longtemps que vous le souhaitez. Le niveau maximum est directement lié au temps », dit-il.

Compte tenu de ces facteurs, le professeur Ranny Michalski, de la Faculté d’architecture et d’urbanisme de l’USP et membre du conseil d’administration de la Société brésilienne d’acoustique (Sobrac), remet en question la mesure. « Ce projet de loi nous a pris par surprise. Ce niveau depuis si longtemps est mauvais, c’est un niveau absurdement élevé.

Ranny rappelle qu’il existe des normes nationales, comme l’ABNT NBR 1015, et des législations municipales : « Selon la Loi sur l’aménagement, l’utilisation et l’occupation des terres, nous avons des limites maximales de 65 décibels pour la journée et de 55 décibels pour la nuit. Et tout à coup, un projet se présente qui veut changer cela.

Les chemins vers une ville moins bruyante

Pour réduire les nuisances sonores, l’enseignante commente qu’il est possible d’agir sur trois fronts : sur la source sonore, qui est ce qui génère ce bruit ; dans la façon dont ce bruit fait lorsqu’il quitte la source ; et chez l’auditeur ou le récepteur de ce son. « Il est toujours bon de commencer à la source. Et la dernière priorité est toujours de soigner le récepteur, on veut que le bruit n’atteigne pas la personne. Il faut penser de l’extérieur vers l’intérieur. »

Ranny Michalski – Photo : Researchgate

Parmi les possibilités d’intervention, Ranny cite le contrôle du bruit de la circulation par la réduction et la redirection du trafic, l’utilisation d’asphalte qui atténue le bruit, ou encore l’utilisation de barrières acoustiques. Elle rappelle également que, prochainement, la ville de São Paulo aura sa carte du bruit, un diagnostic de la problématique sonore dans la ville.

« Nous avons fait de grands progrès en termes de nuisances sonores à São Paulo. En 2016, il a été publié le Loi 16 499qui établit l’élaboration de la carte de bruit de la ville. Après avoir dressé cette carte, il faut aussi avoir des plans d’actions de gestion et de contrôle. Nous devons d’abord connaître le bruit, puis essayer de mieux organiser ce que nous pouvons faire pour améliorer la qualité du son dans la ville. »


Journal USP dans l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nonair, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 16h : 45h. À Ribeirão Preto, l’édition régionale est diffusée de midi à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93.7, à Ribeirão Preto FM 107.9, via Internet sur www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...