Le Venezuela

La réforme de la loi organique antidrogue est consultée à Nueva Esparta

Le Bloc parlementaire de l’État de Nueva Esparta, dirigé par le député et protecteur Dante Rivas, a reçu ce vendredi le député de la Commission antidrogue de l’Assemblée nationale, Jesús Brito, pour la consultation publique du Projet de réforme partielle de la loi organique Anti-drogue, où d’importantes contributions et propositions ont été faites pour renforcer cet instrument.

Brito a souligné la nature humaniste de cette loi, «au service du receveur, le plus touché, celui qui consomme des substances, avec une section sur la consommation de drogue et le National Treatment Network». Également avec le Fonds national anti-drogue pour garantir les soins de santé.

«L’AN fait le travail de rassembler toutes les propositions du peuple, des institutions liées à la question de la sécurité dans tous ses domaines. Il y a trois phases: consultation technique avec la surintendance nationale antidrogue et les institutions; consultation numérique et consultation territoriale », a affirmé Brito.

Pour sa part, Rivas a souligné que le Venezuela était à l’avant-garde de la lutte contre le trafic de drogue depuis l’arrivée du commandant Hugo Chávez au gouvernement, et qu’aujourd’hui – grâce aux efforts du président Nicolás Maduro – il reste à la quatrième place des saisies. des médicaments et le démantèlement des laboratoires. Aussi, dans la capture de trafiquants de drogue placés à l’ordre de la justice.

«C’est un vrai signe de notre engagement dans la lutte contre le trafic de drogue et en ce moment nous avons une Assemblée nationale issue du peuple, dans laquelle toutes les instances, les représentants politiques, les institutions, qui se préoccupent d’actualiser et d’ajuster les des instruments aux nouvelles réalités économiques, sociales et politiques que traverse le pays et qui nous permettent de donner des résultats meilleurs et plus efficaces dans tous les domaines », a-t-il déclaré.

Il a estimé que cette réglementation doit nécessairement aller vers le renforcement de la prévention, dans un premier temps, mais aussi vers l’humain, avec une prise en charge globale des victimes de ces substances, qui ont été poussées et sont tombées dans ces vices. Il a également évoqué la coresponsabilité qu’il faut assumer pour contribuer à la lutte mondiale contre la drogue.

Méthodologie

La consultation s’est déroulée dans l’État à travers la mise en place de cinq tableaux techniques: Prévention, Régime administratif, Consommation et procédure (contrôle opérationnel chimique), Consommation et procédure (santé et protection), et Crimes et sanctions.

L’adjoint Fayruz Harayli, des représentants du GMCP, FP, Sunad, Jpsuv, Comuna, Seniat, Sudeban, UNIF, INEA, INAC, Bolipuertos, ministère public, contrôleur sanitaire, FANB, Dgcim, Sebin, FANB, REDI, ont participé aux tables. ZODI, GNB UEA-71, OSC, Ministère de la Santé, Bureau du Médiateur, Défense publique, État-major de la santé, CTS Guaiquerí, Mission Negra Hipólita, FONA, SNB, Pouvoir judiciaire, Saime, Bureau du contrôleur sanitaire, Garde côtière.

Vous pourriez également aimer...