Le Venezuela

La réunion de Bolívar San Martín a marqué le chemin de l’indépendance

Dans le cadre historique de l’acte d’émancipation continentale qui implique notre Père Libérateur Simón Bolívar, un autre bicentenaire de grande importance est célébré, qui dans ce cas est cette rencontre avec le aussi grand héros José de San Martín, avec qui il a rencontré entre le 26 et le 27 juillet 1822 dans le port de Guayaquil, un épisode qui aura 200 ans, aujourd’hui et demain mercredi, et ce fut l’un des événements qui marquèrent le déroulement des batailles qui mettront fin à la lutte avec le rencontres de Maracaibo, Puerto Cabello (territoire vénézuélien en 1823), suivies des batailles de Junín (6 août 1824), remportées par Caracas lui-même, et d’Ayacucho (9 décembre 1824).

Concernant cette rencontre entre ces deux grands personnages qui ont mené la lutte contre l’Espagne colonialiste, de nombreuses divergences sont apparues au fil du temps, mais une chose est certaine, c’est que de cette rencontre, un seul leader est resté qui au cours des deux dernières années de l’exploit pourrait conduire à la défaite du colonialisme.

Argentine et Chili : 1817-1819

Nous devons partir de plusieurs prémisses, dont la première est que José de San Martín a obtenu l’indépendance de son pays et du Chili entre 1817 et 1819. Alors que cela se passait dans la partie sud du continent, Bolívar les avait presque tous contre lui. et le combat Il se trouvait dans cette partie nord depuis plusieurs années, depuis que les premières réunions avaient eu lieu en 1810, dans la région du dernier État de Falcón, année au cours de laquelle les autorités hispaniques dirigées par Vicente de Emparan y Orbe ont été renvoyé.

Bataille de Pichincha

Este encuentro tuvo lugar el 24 de mayo de 1822, y en el mismo, el general Antonio José de Sucre venció al jefe español Melchor Aymerich, quien estaba al frente del llamado reino de Quito, con fuerzas patrióticas que también integraron peruanos, enviados precisamente por San Martin. Après cette rencontre patriotique victorieuse, Bolívar et San Martín se sont rencontrés, presque en secret, à Guayaquil. C’était le 26 juillet 1822 et c’est précisément là que les « tels mystères » sont nés des sujets traités par eux, qui au fil du temps ont donné beaucoup à dire et à écrire, mais ce qui est certain, c’est qu’après la réunion, le L’Argentin José de San Martín a choisi d’abandonner le combat et a démissionné pour continuer à diriger l’armée, qui avait le Chilien Bernardo O’Higgins en second.

L’interview de Guayaquil

D’un point de vue historique, les commentaires et les révélations sont nombreux sur ce qui a été discuté par les deux personnages lors de leur rencontre des 26 et 27 juillet 1822, alors qu’il restait encore un long chemin à parcourir pour parvenir à la libération du continent, car, même s’il S’il est vrai que l’Argentine et le Chili avaient conquis leur indépendance, il n’en est pas moins vrai qu’il leur fallait encore la concrétiser pleinement au Venezuela et au Pérou.

Vicente Lecuna était l’un des adeptes de la longue histoire de Bolívar, et du deuxième volume des trois volumes de son ouvrage, Catalogue des erreurs et des calomnies dans l’histoire de Bolívar, nous prendrons quelques courts paragraphes liés à la rencontre des deux héros . Il évoque dans cette partie le colombien Indalecio Liévano Aguirre et à propos duquel il signale : « éminent historien colombien, auteur d’une excellente biographie de l’illustre homme d’État Rafael Núñez, publie dans El Tiempo de Bogotá un article sur la fameuse interview (sic ) , malheureusement basée sur la lettre apocryphe de Lafond (Gabriel-Pierre de Lurcy, France, 1802-1876, a participé à la lutte pour l’indépendance sud-américaine), c’est-à-dire la supposée lettre de San Martín au Libérateur, forgée en 1844, l’accusant d’avoir renié ses forces à Guayaquil pour conclure la campagne du Pérou, alors même qu’il s’était proposé de servir sous ses ordres (…) Rien n’est plus difficile que de commencer une calomnie favorisée par l’apparence et les intérêts privés. Plusieurs fois, nous avons publié les documents qui prouvent, sans aucun doute, l’innocence de Bolívar, concernant l’accusation selon laquelle il a été victime de politiciens et d’écrivains hostiles, animés par des préjugés nationalistes (…) La narration de l’interview, basée sur en un faux document, il ne peut pas être ajusté à la vérité. De plus, M. Liévano Aguirre met dans la bouche de Bolívar des phrases tirées de ses lettres, correspondant à des situations et des circonstances autres que celles au moment de la conférence. Nous trouvons des phrases extravagantes attribuées au Libérateur dans sa conversation avec San Martín… » (p. 273).

« Le Liberator nous a gagné par la main. » Sans vouloir prendre parti pour les vers que nous allons citer de l’écrivain Indalecio Liévano Aguirre, nous nous bornerons à citer quelques vers de l’œuvre colombienne. Regardons la page 289 :

« Suivi de 1 500 hommes, Bolívar arriva le 11 juillet 1822 et entra dans la ville sous les arcs de triomphe ; le peuple, qui voyait en lui un symbole de la révolution démocratique en Amérique, l’acclamait avec une authentique émotion, tandis que la junte gouvernementale maintenait une attitude de réserve équivoque et que les patriciens de Guayaquil, plus proches du « monarchisme » de San Martín, se cachaient à peine son hostilité envers les forces colombiennes, dans lesquelles il sentit une menace pour ses privilèges (…) Grande fut donc la surprise du général San Martín, lorsqu’il s’approcha de Guayaquil et mouilla dans les environs de l’île de Puna, ils arrivèrent aides, envoyés par lui lorsqu’il a appris sa proximité, pour l’inviter à débarquer en territoire colombien. « Le libérateur nous a gagné par la main ». Je le dirais à Guido dans une lettre confidentielle… ».

« Colombiens dans l’âme ! »

A propos de ce « gagner la main », c’est quelque chose qui apparaît dans les livres d’histoire. Dans le deuxième volume de l’Histoire du Venezuela, dont l’auteur est Julián Fuentes Figueroa, il nous emmène à cette expression.

« Le 13 juillet 1822, le protecteur du Pérou répondit à la lettre expresse du Libérateur du 17 juin. Il y accepta l’offre de troupes qu’il avait faite et, en même temps, annonça son prochain voyage à Guayaquil et Quito le 18 juillet, dans le but ostensible de le saluer et de convenir du prochain plan de campagne à mener à bien. la guerre au Pérou. Or, du contenu de cette lettre, il résulte que, de l’avis de San Martín, l’interview annoncée devrait avoir lieu à Quito et non à Guayaquil. Une étreinte de San Martín au Libérateur à Quito a nécessairement été précédée par l’incorporation de la province de Guayaquil au Pérou. D’autre part, une accolade du Libérateur à San Martín à Guayaquil a été précédée par l’incorporation de cette province à la Colombie. Si l’entretien entre le Libérateur et San Martín avait eu lieu à Quito, cela aurait signifié le triomphe de la thèse péruvienne et la victoire du critère saint martinien ; mais, comme l’interview a eu lieu à Guayaquil, cela a signifié le triomphe de la thèse colombienne et la victoire du critère bolivarien ».

Et l’auteur souligne dans ledit ouvrage : « visiblement bouleversé par les incidents précités, le protecteur du Pérou a décidé de ne pas débarquer. Mais, en apprenant la nouvelle, le Libérateur lui envoya une lettre intime dans laquelle il l’engageait à descendre à terre. Le protecteur du Pérou accepta l’invitation, et ainsi le matin du 26 juillet, la Macédoine mouilla à Guayaquil. Le Liberator, qui depuis la veille ne cachait pas son impatience de rencontrer le héros du Sud, vint à bord pour l’accomplir comme il se devait. San Martín débarqua alors, accompagné de sa suite, et s’installa dans un somptueux manoir que le Libérateur avait choisi à cet effet. Le président colombien, qui était descendu le premier, a attendu San Martín dans le hall en compagnie de son état-major (…) Le lendemain, 27 juillet, après avoir pris ses dispositions pour son retour au Pérou, San Martín est retourné à Maison du libérateur. Cette fois, la conférence a duré quatre heures. Vers cinq heures de l’après-midi, les deux grands hommes sortent dans le salon puis se rendent dans la salle à manger, où a lieu un banquet de 50 personnes, avec lequel le Libérateur présente son illustre hôte. Une fois le banquet terminé, San Martín se retira dans sa maison pour se reposer (…) A une heure du matin, San Martín, accompagné du Libérateur et de ses aides, quitta la danse par un escalier intérieur et se dirigea vers le quai pour embarquer. Lorsqu’il fut à bord, il dit encore à ses aides et adjoints : ‘mais avez-vous vu comment le général Bolívar nous a battus à mort…’ ».

Ces deux personnages ne se reverront plus dans le reste de la vie de Bolívar, qui succomba le 17 décembre 1830 en Colombie. Entre-temps, l’Argentin ira en Europe, où il meurt le 17 août 1850 en France.

Vous pourriez également aimer...