Le Brésil

La Russie arrête le chef du bataillon Azov et annonce la libération de l’usine d’Azovstal

São Paulo – Le ministère russe de la Défense a annoncé ce vendredi (20) la reddition des derniers combattants néonazis du bataillon Azov et des soldats ukrainiens qui étaient encore retranchés à l’aciérie Azovstal, à Marioupol, dans le sud de l’Ukraine. Parmi les personnes capturées se trouve le commandant du bataillon Azov, Denís Prokopenko. Le commandant de la 36e brigade de marine de la marine ukrainienne, Sergei Volynski, surnommé «Volyna», s’est également rendu. De plus, 177 civils, dont 85 femmes et 47 enfants, ont été évacués de la zone industrielle.

« Les installations souterraines de l’entreprise, dans lesquelles se cachaient les combattants, sont passées sous le contrôle total des forces armées russes », a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense, Igor Konashenkov. Depuis le 16 mai, 2 439 nazis d’Azov et soldats ukrainiens détenus à l’usine se sont rendus. Aujourd’hui, 20 mai, le dernier groupe de 531 combattants s’est rendu », a-t-il ajouté.

Selon Konashenkov, le dirigeant d’Azov a été évacué de l’usine dans un « véhicule blindé spécial », « en raison de la haine des habitants de Marioupol et de la volonté du peuple de le punir pour de nombreuses atrocités ». Quelques heures plus tôt, Prokopenko avait même publié une vidéo sur les réseaux sociaux ordonnant la reddition de ses commandants. « Le haut commandement militaire a donné l’ordre de sauver la vie des soldats de notre garnison, en arrêtant de défendre la ville », a-t-il déclaré.

Depuis un mois maintenant, les forces russes ont pris le contrôle quasi total de Marioupol. Depuis lors, les restes du bataillon Azov et l’armée ukrainienne se sont réfugiés dans des tunnels et des galeries au sous-sol de la centrale électrique d’Azovstal. Le président russe Vladimir Poutine a cependant qualifié de « déraisonnable » d’ordonner un assaut contre les installations de l’usine. Au lieu de cela, il a ordonné un blocus de la région industrielle, « de telle manière que même une mouche ne puisse passer ». L’objectif était d’empêcher les ravitaillements et les munitions d’atteindre les combattants, les obligeant ainsi à se rendre.

Prochaines étapes

Les autorités russes n’ont pas précisé le sort des combattants qui se sont rendus. Cependant, ces derniers jours, une partie des défenseurs d’Azovstal qui se sont rendus auraient été transférés sur le territoire russe ou dans des régions contrôlées par des séparatistes pro-russes dans la région de Donetsk.

Selon le journal russe pravda, le gouvernement ukrainien tente de parvenir à un accord pour échanger les combattants détenus à l’usine contre des prisonniers russes. Cependant, le président de la Douma Viatcheslav Volodine a déclaré que les nazis « ne devraient pas être changés ». « Nous devons tout faire pour les traduire en justice », a déclaré le président du parlement russe.

Vous pourriez également aimer...