Le Brésil

La science et l’innovation peuvent changer la direction du pays, mais elles doivent cesser de régresser – #Jornal da USP

LA La pandémie a accentué des tendances latentes dans notre vie quotidienne, amplifiées par l’inflation, la guerre, le chômage et le recul de l’économie. Mais il n’y a aucun moyen de camoufler la responsabilité du gouvernement fédéral dans les difficultés de la société et l’agression contre l’éducation et la science brésiliennes.

Ses performances erratiques ont acculé les scientifiques, vidé les agences de financement, sapé les universités, coupé les fonds. A contre-courant du monde, en plus de retarder le chemin vers une société durable, le Brésil s’est de plus en plus éloigné des pays les plus avancés technologiquement. Soit nous nous efforçons de nous mettre à l’écoute des nouvelles technologies, soit nous serons marqués par l’inutilité.

La dynamique actuelle des nouvelles technologies numériques, en particulier l’intelligence artificielle, est si puissante qu’elle modifie le métabolisme des industries manufacturières, des services, de l’agriculture et du commerce. Mais sa diffusion est inégalement absorbée, soit par les pays, soit par les peuples.

La demande des plus qualifiés sur le marché du travail accroît les inégalités ; les entreprises et la recherche scientifique perdent leur dynamisme et leurs infrastructures et l’économie vieillit rapidement. La mauvaise qualité du système éducatif est encore aggravée par le nombre croissant de personnes laissées pour compte.

Les cycles technologiques perturbateurs marquent les pays en développement de retards asymétriques. Ils favorisent des changements dans les infrastructures et les modes de consommation, mais ne parviennent pas à entraîner des changements dans les structures de l’économie, ce qui nécessiterait un effort articulé entre les secteurs public et privé, les entreprises, les universités et le gouvernement. Le monde a changé et l’interdépendance est la règle.

La science, nous le savons, ne respecte pas les frontières. Où aller?

Tout d’abord, il faut arrêter la régression actuelle du système ST&I. Deuxièmement, il est important de reconnaître que les nouvelles technologies reposent sur la valorisation du capital humain : il n’y a aucun moyen d’absorber, d’adapter et de développer des technologies sans personnel qualifié.

Troisièmement, les technologies innovantes ouvrent d’immenses possibilités, mais nécessitent des environnements propices à leur absorption et à leur développement, à l’opposé de l’environnement toxique actuel. Quatrièmement, il est essentiel de défendre nos forêts et l’ensemble de la population et des ethnies qui y vivent et contribuent à leur entretien. Le respect de l’environnement doit faire partie intégrante de l’effort de développement.

Il n’y a pas de magie, bien sûr. Mais le niveau atteint par CT&I permet au Brésil de contribuer encore plus à l’augmentation de l’espérance de vie de la population et de retrouver sa position de leader dans la lutte contre les effets du changement climatique, pour la biodiversité et pour les sources d’énergie propres, pour la production de nourriture et de terres utilisation, essentielle pour réduire la pauvreté, les inégalités et la création d’emplois.

S’il est vrai que le Brésil n’est pas voué à l’échec, il est plus que certain qu’il faut changer de cap. La science brésilienne a déjà montré qu’elle est capable de renouveler son engagement envers la société et qu’elle est prête à s’articuler avec tous ceux qui recherchent une place de choix pour le pays.

Cet article a été initialement publié dans la revue Folha de S. Paulo, le 07/10/2022.

Vous pourriez également aimer...