Le Venezuela

La violence policière envahit les rues de Bogotá (+ vidéos)

La répression policière en Colombie a occupé le devant de la scène dans les manifestations qui ont éclaté depuis mercredi dans la capitale de la Nouvelle-Grenade et d'autres villes, après la mort de l'avocat Javier Ordóñez, décédé des suites d'une crise cardiaque causée par plusieurs chocs électriques avec des pistolets Taser par une partie des policiers.

En seulement deux jours de manifestations, dans la nation de la Nouvelle-Grenade, pas moins de 12 jeunes ont été assassinés par des membres de l'escouade mobile anti-émeute qui ont été accusés d'avoir utilisé une force excessive et même tiré sur des manifestants.

Les réseaux sociaux sont devenus la fenêtre pour dénoncer ces abus qui ont même été mis en cause par des autorités telles que la maire de Bogotá, Claudia López, qui a dénoncé le non-respect de l'ordre exprès d'éviter le recours à la violence contre les manifestants.

Parallèlement à ces plaintes, l'ancien président colombien Álvaro Uribe dans un message sur son compte Twitter inculpé le maire de Bogota, qu'il accusait d'être "incapable de garantir l'ordre" et où il a également défendu le "ferme" recours aux forces de sécurité .

Il a ensuite prôné l'application du couvre-feu et la militarisation de la ville avec des «chars» et l'application d'un raid contre les étrangers résidant dans la capitale colombienne qu'il qualifiait de «vandales», tout cela sous le principe «mieux que mort , des policiers blessés.

Ce message de l'ancien président en prison a suscité les critiques de l'ancien candidat à la présidentielle Gustavo Petro, qui a accusé Uribe de gérer le gouvernement afin de réaliser sa propre liberté et a accusé le gouvernement du président Iván Duque d'avoir donné un "coup d'État" à Maire López.

Au milieu de cela, les citoyens de Bogota ont été soumis ces trois derniers jours à une répression politique de la police qui a été enregistrée par divers utilisateurs des réseaux sociaux, constituant un dossier de violations des droits de l'homme par des policiers en uniforme et des civils, qui jusqu'à présent, il n'a été condamné par aucun organe international tel que l'Organisation des États américains (OEA), la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) ou le bureau du Haut-Commissariat aux droits de l'homme des Nations Unies (ONU ), présidé par Michelle Bachelet.

L'entrée La violence policière s'empare des rues de Bogotá (+ vidéos) a été publiée pour la première fois dans Últimas Noticias.

Vous pourriez également aimer...