Le Brésil

L’agriculture est responsable de 98,8% de la déforestation dans le Cerrado, selon une étude

São Paulo – Le Cerrado a déjà perdu 26,5 millions d’hectares de végétation indigène de 1985 à 2020 et l’agriculture et l’élevage sont responsables de 98,8 % de la déforestation. Les données ont été publiées dans une enquête publiée ce vendredi (10), par le projet MapBiomas.

Le Cerrado est le deuxième plus grand biome du Brésil, avec 198 millions d’hectares, cependant, entre 2010 et 2020, la végétation indigène a réduit d’environ 6 millions d’hectares. Le suivi montre que le Mato Grosso est l’État qui a le plus autorisé la suppression de la végétation indigène et que 6,8 millions d’hectares ont été déboisés. Viennent ensuite Goiás, avec 4 millions d’hectares supprimés, et le Mato Grosso do Sul, avec 3,4 millions d’hectares supplémentaires.

« Le Cerrado a déjà perdu 26,5 millions d’hectares. Pour avoir une idée de la taille de celui-ci, l’État de São Paulo compte 25 millions d’hectares. C’est tout un état de végétation, qui a disparu », explique l’écologiste et chercheur à l’Institut de recherche environnementale amazonienne (Ipam) Dhemerson Conciani à Marilu Cabañas, en Journal actuel du Brésil.

La suppression de la végétation dans le Cerrado est motivée par trois facteurs, selon le chercheur : l’agriculture, les pâturages et l’expansion urbaine. Cependant, près de 99% était la responsabilité de l’agriculture. L’étude montre que l’agriculture a augmenté de 460% dans le Cerrado depuis 1985 et occupe une superficie plus grande que l’État du Paraná. Un autre exemple cité est celui de Bahia, qui a quintuplé la superficie cultivée en 36 ans.

« Quand on regarde la dernière décennie, on voit que la suppression de la végétation indigène se concentre sur la frontière agricole, principalement à Matopiba (une région formée par des zones dans les États de Maranhão, Tocantins, Piauí et Bahia). Au cours de ces dix années, la moitié de la déforestation était là. Et l’enlèvement de cette végétation, c’est fondamentalement désenclaver les pâturages et planter du soja », a prévenu l’écologiste.

avenir en péril

Près de la moitié du Cerrado a déjà été déboisée et seulement 54,5% de son territoire est encore couvert de végétation indigène, avec des formations de savane (30,3%) et de forêt (14,3%) prédominantes. La formation rurale représente 7,3% du biome.

Confronté à l’une des plus grandes crises hydroélectriques de l’histoire, Dhemerson explique que le Cerrado joue un rôle fondamental dans l’approvisionnement en eau du pays, car le biome est à l’origine de huit bassins hydrographiques. « En plus d’être le foyer des peuples traditionnels, c’est le plus grand producteur d’eau du pays. Par conséquent, si nous ne concilions pas la conservation du Cerrado, tous les États y perdront. Il y a des milliers de sources qui alimentent les grandes rivières et cela a un impact énorme sur cette crise de l’eau », a-t-il déclaré.

Depuis la période précoloniale, le Brésil a déjà perdu 46% de sa végétation indigène et, avec l’accélération de la déforestation dans le Cerrado, le spécialiste estime que la suppression dépassera les 50% d’ici 30 ans. A partir de là, l’écologiste défend une nouvelle formulation des politiques publiques pour rechercher la préservation de l’environnement.

L’une des mesures considérées comme fondamentales par le spécialiste est le veto sur le cadre temporel. «Quand on regarde le Cerrado et sa perte de végétation, seulement 1,8% s’est produit sur des terres indigènes. Cela démontre l’importance de ces territoires, qui servent de boucliers contre l’expansion de cette exploration », a-t-il ajouté.

Vous pourriez également aimer...