L’aide d’urgence touche à sa fin, les incertitudes planent sur Brazil Aid

Brasil de Fato – Avec la fin de l’actuel cycle d’aide d’urgence ce vendredi (29), la pression pour que le gouvernement Bolsonaro définisse la destination de l’allocation versée à la population à faible revenu augmente. Destinée aux travailleurs informels touchés par la pandémie, la politique devrait être suivie d’un nouveau programme qui remplacera Bolsa Família.

L’idée de la direction, qui intervient un an avant les élections de 2022, serait de démarrer la nouvelle prestation en novembre. Mais la proposition n’a pas encore été officiellement détaillée et se heurte à des désaccords.

D’un côté, le gouvernement cherche des possibilités. Parmi eux figure l’émission d’un décret instituant le nouveau programme, comme anticipé mardi dernier (26) par le site internet l’antagoniste. L’objectif serait de publier la règle après son retour d’Italie, où le président Jair Bolsonaro (pas de parti) s’est rendu jeudi (28).

Les informations divulguées jusqu’à présent par le gouvernement montrent que les actions auront des valeurs 20% supérieures à celles de Bolsa Família, une politique lancée par le PT lors du premier mandat de l’ancien président Lula (2003-2007) et que Bolsonaro tente faire de l’ombre au milieu d’une dispute qui polarise avec le PT.

Intérêt électoral

Candidat probable à une réélection, le chef de l’exécutif serait à la recherche de dividendes électoraux en échange de l’offre du nouveau programme, qui devrait desservir 17 millions de familles, selon le ministre de la Citoyenneté, João Roma.

« Nous voulons que les gens aient droit à une aide décente et permanente, mais nous devons savoir que la motivation de Bolsonaro n’est que les électeurs, ce qui n’enlève pas le besoin d’une aide permanente, mais ce projet n’est même pas clair comme s’il allait le financer », souligne la députée Fernanda Melchionna (RS), vice-présidente de la formation Psol à la Chambre, évoquant le différend autour de la soi-disant « PEC dos Precatórios » (PEC 23).

Le gouvernement essaie d’aller de l’avant avec ce dernier sous le discours que, en morcelant le precatório – dettes acquises par l’État à partir de causes définitivement perdues en justice -, l’exécutif pourrait modifier le calcul du plafond des dépenses et ouvrir un mou fiscal de R 44 milliards de dollars pour débloquer des fonds pour Auxílio Brasil.

La direction avait prévu des versements d’un montant de 400 R$ à payer d’ici la fin de 2022. Les limitations imposées par l’ajustement fiscal en vigueur dans le pays feraient que 100 R$ de ce total dépasseraient le plafond. L’intention a coûté au gouvernement de sévères critiques. Il y a des résistances à la mesure tant au sein de la droite libérale que dans l’opposition.

« Bolsonaro essaie, en tant que source de financement, de créer un PEC à partir de la valeur par défaut et, ensemble, d’intégrer davantage d’amendements au centre, qui est toujours à la recherche d’argent. Nous défendons l’extinction du plafond des dépenses, bien sûr. Nous en parlons depuis longtemps. Mais il est possible de financer un programme social en taxant les grosses fortunes par exemple », souligne Melchionna, évoquant la proposition élaborée dans le projet de loi (PL) 3934, présenté par la magistrature Psol l’an dernier.

lenteur et durée

Différents acteurs se plaignent également du retard du gouvernement à annoncer les orientations de la politique sociale pour venir en aide à la population la plus touchée par les ravages de la crise sanitaire. Par ailleurs, avec l’aggravation de la crise socio-économique, la montée du chômage et de l’inflation, le monde politique accuse le gouvernement d’inefficacité face à la gravité de la situation. Ils attirent également l’attention sur d’autres facteurs.

Parmi eux, le manque de crédibilité du pays auprès des investisseurs et les limbes dans lesquelles sont jetés les travailleurs qui dépendent de l’aide pour garantir un maintien minimum de leurs besoins de base.

« Tout ce retard est dû au fait qu’il ne veut pas aider les pauvres. Si j’étais intéressé, j’aurais déjà présenté le programme. Mais, en ne se présentant pas à temps, il montre deux aspects : le premier est qu’il ne veut pas, ce qui est le principal. La seconde est qu’il n’en a pas la capacité. C’est un bouleversement total du gouvernement, qui est une conséquence de la première caractéristique », critique le chef de la formation du PT à la Chambre, Bohn Gass (RS).

Cependant, le membre du Congrès rappelle l’inquiétude de l’administration face à la baisse de popularité de Bolsonaro, qui tente d’ouvrir la voie à un second mandat. « Il veut maintenant voter le precatório parce que l’élection frappe à sa porte et aussi parce que les cotes d’approbation populaire du gouvernement sont très faibles ».

faible popularité

Un sondage publié jeudi (28) par PowerDate, plateforme liée au portail 360 puissance, a montré que l’ancien capitaine est désormais mal vu par 58% de la population.

« Il essaie d’améliorer ces taux. Puis il voit qu’il doit aider les pauvres, mais il ne veut pas et met fin au programme, ce qui est l’année prochaine. Comme si la politique publique en faveur des pauvres ne pouvait se faire qu’en période électorale. La personne quitte le programme lorsqu’elle commence à toucher son revenu, et non lorsque l’urne tombe. À tous égards, le Bolsonaro a tort », déclare Bohn Gass.

La position résonne également avec le PCdoB, dont le caucus méprise l’idée d’extinction de la Bolsa Família et la durée de la nouvelle politique annoncée par le gouvernement.

« Il est bon de préciser qu’au nom d’une campagne électorale, Bolsonaro met fin à un programme permanent qui a duré plus de 18 ans. Jusqu’à présent, aucun gouvernement n’a eu le courage de mettre fin à la Bolsa Família et pratiquement aucun futur gouvernement n’aurait ce courage. C’est très inquiétant et c’est très méchant pour les pauvres de ceux qui font une chose pareille », déclare Perpétua Almeida (PCdoB-AC), l’un des vice-présidents de l’opposition.

Désaccords

Le segment – ​​qui regroupe principalement PT, PDT, PSB, Psol, PCdoB et Rede – chante également le refrain d’une subvention de 500 R$, soit 200 R$ de plus que ce que le gouvernement a prévu pour le nouveau programme. En ce sens, la proposition a été publiquement défendue, notamment par Lula (PT), qui a récemment défié Bolsonaro sur les réseaux sociaux d’augmenter la prestation à 600 R$.

Dans le même temps, le Congrès national devrait analyser et voter la mesure provisoire (MP) 1061/2021, signée par Bolsonaro en août, qui révoque la Bolsa Família à partir de novembre et institue l’Auxílio Brasil.

La controverse autour de la question s’exprime, par exemple, dans le nombre d’amendements (suggestions de modification) présentés au député. Il y en a eu 461 jusqu’à présent, selon le système du Congrès. Enquête sur puissance360 souligne que le nombre est supérieur à 95% des députés qui ont fermé le processus pendant l’administration de Bolsonaro.

D’autre part, malgré les divergences sur le contenu de la proposition et les difficultés que le gouvernement a rencontrées dans l’économie, l’opposition sait qu’il n’y a actuellement aucun terrain politique au Congrès favorable à l’approbation d’un avantage d’un montant de R$ 600 L’ordre au sein du groupe, cependant, est de ne pas succomber aux difficultés du scénario d’articulation dans le Législatif.

« Nous continuerons à insister contre le PEC dos Precatórios. Nous n’allons pas accepter ce défaut et nous continuerons à nous battre pour une aide plus juste aux travailleurs », déclare Bohn Gass.

A lire aussi :

Auxílio Brasil abandonne les critères de Bolsa Família et démantèle le réseau de protection sociale

Auxílio Brasil : entre la lutte contre la faim et les intérêts du marché

Édition : Vivian Virissimo

★★★★★