Le Venezuela

L’AN rejette les actions xénophobes du gouvernement péruvien

L’Assemblée nationale a approuvé à l’unanimité un accord rejetant les mesures de forces adoptées par le Gouvernement de la République du Pérou contre les migrants vénézuéliens en situation de mobilité humaine à ses frontières.

L’accord a été présenté par le député José Gregorio Correa, qui a lu les considérants établis où le gouvernement du Pérou est tenu de respecter les Vénézuéliens, les attaques contre les migrants par le gouvernement du Pérou sont rejetées et le respect de la loi est requis. International.

Correa a rappelé que le Venezuela a accueilli des milliers de Péruviens « sous le regard bolivarien et le respect international ».

La députée Gabriela Peña a souligné que l’AN rejette la campagne de xénophobie contre les plus de 34 000 Vénézuéliens qui vivent au Pérou, car la criminalité du Pérou est ancienne, ce ne sont pas les Vénézuéliens.

Il a soutenu l’accord présenté par Correa et a assuré que le monde doit se souvenir de l’union des peuples du monde, « aujourd’hui la lutte va au-delà de la politique, elle a à voir avec la solidarité que nous avons toujours délivrée du Venezuela, nous n’allons pas pour ne nous prêter à aucune campagne lancée contre le pays, nous devons promouvoir l’intégration des peuples de notre Amérique ».

Il a appelé les ressortissants qui se trouvent au Pérou à prendre en compte le Plan Vuelta a la Patria et à pouvoir retourner au Venezuela.

« De cette Assemblée nationale, nous envoyons un soutien aux Vénézuéliens qui sont là-bas et nous travaillerons pour inverser ces situations qui veulent affecter le peuple », a-t-il déclaré.

Respect des Vénézuéliens

Le membre du Congrès Roy Daza a qualifié la campagne xénophobe contre les Vénézuéliens au Pérou de « pur fascisme ». « L’attaque et l’agression que les citoyens ont dû subir au Pérou n’ont pas d’autre nom que le fascisme, l’irresponsabilité de ses dirigeants de droite. »

« Le Groupe de Lima est l’activité avec laquelle la promotion du blocus et de l’agression politique et militaire contre le Venezuela a été menée. La dernière goutte est que maintenant l’agression est directe contre les Vénézuéliens. La campagne a été menée par la droite vénézuélienne, pour que les gens partent à la recherche d’un fantasme et maintenant ce même droit revendique la présence de Vénézuéliens dans ces pays.

Daza a rappelé que le Groupe Contadora est allé chercher une solution aux problèmes des pays d’Amérique latine, le Groupe de Rio a également promu des solutions, d’autre part le Groupe de Lima ne fait qu’exhorter et promouvoir les sanctions, les agressions et le blocus, soutenant le fascisme vénézuélien c’est l’arc devant l’empire nord-américain. « Nous demandons au président du Pérou de respecter les Vénézuéliens. »

«Nous sommes les enfants de Bolívar, descendants d’Antonio José de Sucre et nous n’accepterons pas les mauvais traitements infligés aux Vénézuéliens et nous exigeons le respect. Nous sommes une grande nation qui ne va pas être souillée par un groupe d’oligarques de droite qui ont aujourd’hui l’intention d’attaquer le Venezuela, Vive l’unité latino-américaine », a-t-il conclu.

Vous pourriez également aimer...