Le Venezuela

L'assistant d'Os | Marque Braun

Les Philippines sont le pays le plus dévoué aux concours de beauté; puis il y a le Venezuela, les États-Unis, l'Inde et la Colombie. Avec la connaissance de ces données, il est logique que dans le pays asiatique, un concours ait été lancé pour rechercher une projection internationale. C'est ainsi que Ramón Monzón l'a compris, qui, avec Carousel Productions, a créé Miss Earth à l'aube de ce siècle.

Les trois premiers représentants créoles de la compétition sont passés avec plus de douleur que de gloire. Le quatrième a décidé de se retirer avant la dernière nuit.

Cependant, tout a changé à partir du 23 octobre 2005.

L'organisation Sambil Model, franchiseur du concours philippin à l'époque, a parié sur une blonde de 22 ans, 1,76-haut, aux racines allemandes et à la peau de porcelaine.

Au Théâtre universitaire des Philippines, à Quezon City, la créole Alexandra Braun a remporté le triomphe définitif, après avoir remporté le prix en maillot de bain et portant une fantaisie inspirée de la paix, créée par le designer José María Almeida.

En plus de faire l'histoire, Alexandra a ouvert la voie à ses successeurs, qui ont réalisé 13 apparitions consécutives, dont une autre Miss Earth, cinq Miss Agua (deuxième dauphine), deux Miss Fuego (troisième dauphine) et cinq demi-finalistes dans le top 8. La séquence s'est poursuivie. a fait faillite l'année dernière, lorsque Michelle Castellanos n'a pas réussi à obtenir le score nécessaire pour accéder au groupe gagnant.

Malgré la deuxième couronne obtenue en 2013 avec le tumbao d'Alyz Henrich, la vérité est que cette compétition asiatique a été difficile à craquer pour ses compatriotes nationaux. Et ce n'est pas dû à du mauvais matériel, car Sambil Model et Miss Venezuela Organization et le prince Julio César (les différents franchiseurs) ont envoyé de grands candidats. Servir comme boutons: Silvana Santaella, Mariángela Bonnani, Osmariel Villalobos, Andrea Rosales, Stephanie De Zorzi et Diana Silva.

Mais ne perdez pas espoir. 15 ans après le triomphe de la première vénézuélienne à Miss Terre, la jeune avocate valencienne Stephany Zreik fait de son mieux pour décrocher la troisième couronne, dans une édition spéciale qui aborde les mesures imposées par le coronavirus et dans laquelle les différents tests sont effectuée via Internet.

Dans ce cas plus que dans d'autres, la maîtrise de l'anglais est indispensable pour faciliter la communication avec le jury qui se trouve devant d'autres écrans et n'a pas la possibilité de rencontrer les candidats en personne.

Le résultat de cette expérience unique sera connu le 29 novembre. Espérons que cela soit accompagné de brouhaha.

Vous pourriez également aimer...