La Colombie

L’avenir de l’espèce

L’avenir dépend de nous : construire des sociétés durables du point de vue social, économique et environnemental nécessite de revoir l’ensemble des institutions chargées de l’histoire récente. La population a été multipliée par 10 depuis l’émergence de la démocratie libérale à la fin du XVIIIe siècle, avec des pressions sur l’eau, l’air et la terre à vocation agricole ; la population sachant lire et écrire est passée de moins de 20 % à près de 100 % ; La technologie a facilité les communications d’une manière impensable et a alimenté les demandes de bien-être, dans de nombreux cas chez des populations sans l’éducation appropriée pour comprendre les possibilités et les limites.

Le commerce international reliait la planète entière et facilitait la spécialisation des régions en fonction d’avantages comparatifs relatifs, mais l’Amérique latine et l’Afrique ne semblent pas disposées à s’adapter au nouveau contexte : le désordre qui règne dans de nombreux pays dont les administrateurs cherchent à préserver le pouvoir plutôt qu’à guider. troupeau, et la faiblesse des entités multilatérales pour faire face à leurs tâches rendent plus difficile la régulation des capitaux, qui circulent librement et avec la capacité de traiter les informations qui transitent par les canaux des entreprises technologiques pour promouvoir des comportements, des abus de position dominante, ou promouvoir la vente d’armes et de toxines avec le soutien d’interdictions qui donnent force aux zones clandestines.

La science et la technologie nous permettraient de construire un avenir brillant, mais les institutions publiques et privées doivent être organisées pour conduire les changements nécessaires. Le respect doit être la règle de la coexistence. Les règles doivent être respectées comme le produit d’une bonne éducation, fondée sur la considération d’autrui, et pas seulement sur la capacité d’imposer une conduite.

Il faudra offrir des espaces de coexistence tranquille avec l’attente d’un effort individuel en retour, sans imposer de modèles, car il n’y a pas de solution unique et aussi le monde change, parfois de manières différentes de celles prévues par des universitaires reconnus.
On ne sait toujours pas grand chose de cet univers et moins des autres qui peuvent exister, de l’origine de la vie sur cette planète et de ses manifestations avant les premières bactéries, et de l’origine de notre espèce : on sait que les hominidés se sont séparés des anthropoïdes il y a 7 millions d’années. il y a, mais on sait peu de choses sur l’apparition d’un langage capable de se reproduire et de prédire, il y a environ 100 000 ans.

La nécessité de réduire à zéro les émissions nettes de gaz à effet de serre dans les 30 prochaines années et d’éviter l’acidification des mers n’est qu’un des défis auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui, même si elle est déterminante pour toute la vie. Plus imminente est la tâche d’aborder de nouveaux dilemmes éthiques en biologie et en biochimie, qui pourraient permettre des interventions pour construire de nouvelles espèces de quasi-humains à des fins inacceptables.

Le spectre de la destruction totale plane au-dessus de la tête des humains en raison de la guerre ou de l’épuisement des éléments environnementaux nécessaires. En revanche, la connaissance pourrait réduire les risques et même permettre de se passer de l’épargne individuelle. Une étape nécessaire est la recomposition des organisations publiques mondiales basée sur l’identification des objectifs et des restrictions, et la conception de bons processus et structures pour les pays et les régions. Le défi appartient à tout le monde.
Suivez Gustavo Moreno sur Facebook

Vous pourriez également aimer...