Le Brésil

Les analystes voient les actions «timides» du Congrès après la crise avec Braga Netto

Brasil de Fato – La crise institutionnelle générée par les débordements autoritaires de personnages gouvernementaux pourrait vivre de nouveaux chapitres dans les semaines à venir. Les parlementaires de l’opposition font pression pour que le ministre de la Défense Braga Netto soit entendu au Congrès national pour apporter des éclaircissements sur les prétendues menaces qu’il aurait proférées aux élections de 2022.

La magistrature Psol, par exemple, a présenté vendredi dernier (23) une demande de convocation du général pour qu’il soit entendu par la plénière de la Chambre des députés, qui est en vacances et reprend ses travaux début août.

D’autres réactions similaires renforcent le chœur à la recherche d’initiatives institutionnelles qui contrebalancent les mouvements de plus grande intervention militaire dans le monde politique. Le député Rogério Correia (PT-MG), par exemple, a également formalisé une demande de convocation du ministre pour s’adresser à l’Assemblée législative, en particulier à la Commission du travail et de l’administration publique de la Chambre.

:: Sur les 185 députés qui défendent les militaires en dehors du gouvernement, un seul est contre la destitution ::

Sur un autre front, le député Túlio Gadelha (PDT-PE) a demandé à Rodrigo Pacheco (DEM-MG) de convoquer le Comité représentatif du Congrès pour enquêter sur les déclarations présumées de Braga Netto. La collégiale, formée de sénateurs et de députés, fonctionne pendant les vacances parlementaires et a parmi ses attributions l’inspection et le contrôle des actes du pouvoir exécutif.

On ne sait pas encore dans quelle mesure chacune de ces initiatives prospérera, mais le fait est que les récentes déclarations de Braga Netto sont devenues un catalyseur de la crise institutionnelle qui se déroule actuellement dans les coulisses à Brasilia et a provoqué des réactions non seulement de l’opposition, mais des politiciens traditionnels de la droite libérale.

Les forces armées détiennent le pouvoir des armes et des casernes, c’est pourquoi le monde politique craint l’avancée des militaires sur les positions civiles / Fernando Frazão/Agência Brasil

Le ministre, en effet, avait déjà fixé une date pour se rendre au Congrès – sur invitation, pas par convocation – le 17 août, lorsqu’il doit s’expliquer sur une note du ministère de la Défense qui attaquait les travaux du CPI du Covid.

Maintenant, il devra peut-être clarifier la prétendue menace pour les élections de l’année prochaine. Selon un article de journal L’État de São Paulo publié jeudi (22), Braga aurait adressé, le 8 juillet, un message au président de la Chambre, Arthur Lira (PP-AL), l’avertissant que le rejet éventuel du vote imprimé et auditable conduirait le pays à un scénario sans élection en 2022.

:: Padilha : le budget secret de Bolsonaro est « absolument physiologique » ::

L’ordre du jour est actuellement discuté à la Chambre à travers une proposition d’amendement constitutionnel et est devenu un autre point de bras de fer entre les naristes de poche et les opposants. Dans une interview accordée à la presse le même jour, le ministre a démenti la plainte du véhicule. A la même occasion, il a déclaré que la discussion sur le vote imprimé serait « légitime ».

La manifestation a laissé une trace d’inquiétude qui va du camp de l’opposition aux acteurs « centraux », qui observent désormais avec un plus grand état d’alerte les interventions des militaires pocketnaristes dans le champ politique.

Les forces armées détenant le pouvoir des armes et contrôlant les casernes, il est généralement admis qu’il serait nécessaire de créer des limites qui excluent les uniformes des décisions politiques, ce que le gouvernement Bolsonaro a poussé à la limite. L’administration a été marquée, depuis le début, par la présence pulvérisée de militaires, y compris dans certains postes de haut rang.

L’étude « La militarisation de l’administration publique au Brésil : un projet de nation ou un projet de pouvoir ? », par exemple, du politologue William Nozaki, a enregistré l’existence de plus de 6 000 membres des Forces armées occupant des postes civils en 2020. En 2019 , il y en avait 3 515, tandis que l’année 2018 comptait 2 765 serveurs avec ce profil dans de telles fonctions. L’escalade s’est accompagnée de différents hochements de tête autoritaires faisant allusion à la dictature militaire, au soutien d’actes antidémocratiques, entre autres actions extrémistes. Désormais, la menace de ne pas organiser les élections de 2022 plane sur le pays.

Analyser

Pour le conseiller du Programme Espace Civique de l’ONG Artigo 19, Manoel Alves, les gestes autoritaires constants des acteurs du gouvernement Bolsonaro nécessitent une plus grande confrontation des institutions brésiliennes.

Le président du Sénat, Rodrigo Pacheco, a déclaré, après la publication de l’article dans le journal L’État de São Paulo, que la tenue des élections « n’est pas à discuter » et que celle-ci serait « non négociable ». Lira, quant à elle, a nié la prétendue menace attribuée à Braga Netto et a déclaré que l’élection de 2022 se déroulerait normalement sur la base du « vote populaire, secret et souverain ».

Manoel Alves juge « assez timide » la réaction du commandement des chambres législatives et défend des actions plus énergiques, compte tenu du sens large de ce type d’initiative.

« Nous savons qu’il existe une base militarisée, radicalisée ou policière qui voit dans les discours de Braga Netto une sorte d’espoir. Alors les réponses [das instituições] ce n’est pas seulement pour lui ou pour le gouvernement, mais aussi pour la société, à la fois pour nous, qui avons peur de ce type de placement, et pour cette fraction plus radicalisée, qui y voit une opportunité de voir un meilleur Brésil, dans leurs paramètres ”.

La présence militaire à des postes civils est passée de 3 515 à 6 157 entre 2019 et 2020, selon une étude du politologue William Nozaki / Fernando Frazão / Agência Brasil

Une position similaire est tenue par le président du groupe Tortura Never Mais de São Paulo, l’avocat Ariel de Castro Alves, pour qui la justice pourrait également donner des réponses plus incisives à l’épisode impliquant Braga Netto.

Les députés Bohn Gass (PT-RS) et Paulo Teixeira (PT-SP), par exemple, ont déposé la semaine dernière une plainte au pénal demandant que la conduite de Braga Netto et la commission d’éventuels crimes prévus par la loi sur la sécurité nationale fassent l’objet d’une enquête.

Le toucan Alexandre Frota (SP) a demandé à la Cour suprême (STF) d’ouvrir immédiatement une action pénale contre le ministre pour crime de responsabilité, tandis que la députée Natalia Bonavides (PT-RN) a demandé que le parquet général (PGR) soit prié de ouvrir une enquête pour enquêter sur d’éventuels crimes relevant de la responsabilité du général.

« Il devrait y avoir une pression, une action du PGR lui-même pour le retirer immédiatement de ses fonctions parce qu’il viole la Constitution et la démocratie, car ce qui est généré est une situation d’impunité. Ils font toujours des compromis, concluent des accords, des collusions, et ces situations ne cessent de se répéter », critique Castro Alves.

Châtiment

Avec le recul, le scénario brésilien a vu l’émergence de différentes autres manifestations sous le gouvernement Bolsonaro, qui signalent un rapprochement des forces armées avec la scène politique. Parmi eux, par exemple, le tristement célèbre tweet publié en 2018 par le général Eduardo Villas Bôas, alors commandant de l’Armée, à la veille du procès d’un habeas corpus de l’ancien président Lula (PT) au sein du STF.

En affirmant qu’il répudiait « l’impunité », dans un clin d’œil de pression à la Cour pour qu’elle condamne le PT, le général a déclaré dans le courrier que l’armée serait « attentive à ses missions institutionnelles ». Le message a fait sensation dans les coulisses à Brasilia, car il a été identifié comme une menace d’un éventuel coup d’État militaire.

Depuis lors, le président Jair Bolsonaro (pas de parti) et ses alliés ont été impliqués dans d’autres situations qui ont suscité la controverse, comme c’est le cas du soutien public à des manifestations antidémocratiques, qui visaient notamment le Congrès et la Cour suprême. Désormais, le jeu politique est en effervescence au milieu des manifestations de Braga Netto, dernier encouragement de la crise institutionnelle. Le conflit gagne en puissance à chaque nouvelle déclaration du général.

« Si nous ne voulons pas admettre que nous sommes dans un régime sous le contrôle de l’armée, cela doit être puni. Il est déraisonnable qu’un agent public, comme le ministre de la Défense, menace le processus électoral », critique le professeur Luis Felipe Miguel, de l’Institut de science politique de l’Université de Brasilia (Ipol/UnB).

« Je crois même qu’en ce moment ces menaces sont plus de la bravade qu’un coup d’État en préparation, mais cela n’a pas d’importance car l’intention d’intimider le Congrès est la même », dit-il.

Marqué par l’avancée des militaires dans l’arène politique, le gouvernement Bolsonaro compte plus de 6 000 militaires à des postes civils, selon une étude / Marcos Côrrea/PR

Pour le chercheur, idéalement, l’existence d’une armée qui attise les conflits institutionnels nécessite des actions énergiques immédiates. « S’il y a un soupçon qu’il a fait cette menace, il ne peut pas occuper le poste de ministre. Et, une fois les soupçons confirmés, il devrait évidemment être retiré des Forces armées et emprisonné pour complot contre le régime démocratique », se défend Miguel.

Perte

Selon Manoel Alves, malgré les développements qui peuvent encore survenir sur l’échiquier politique, les aventures autoritaires qui ont eu lieu jusqu’à présent dans ces années d’administration de Bolsonaro sont parties, de l’avis du conseiller du programme d’espace civique de l’article 19. , une grande perte. chevauche pour le pays.

« Il y a tout un parcours. Un gouvernement militarisé en lui-même commence dès le début avec un problème. Aujourd’hui, nous descendons dans la rue avec plus de peur. Dans certains endroits, forcer et réprimer peuvent mettre un terme aux manifestations. Plus qu’un champ politique concret, il s’agit d’un champ politique subjectif où des marques dures ont déjà été laissées. C’est quelque chose qui va nous prendre beaucoup de temps.

Vous pourriez également aimer...