Le Brésil

Le Brésil doit «avoir honte» à la COP26 pour le rôle du gouvernement dans le domaine environnemental

São Paulo – Ni le président Jair Bolsonaro ni le vice-président Hamilton Mourão ne seront présents à la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP-26), qui débute ce dimanche (26). Et ce n’est pas pour rien. Le gouvernement brésilien a très peu à montrer dans le domaine environnemental et sa performance dans le secteur a même été la cible d’une action devant la Cour pénale internationale (CPI), promue par une ONG autrichienne, pointant du doigt un crime contre l’humanité.

Selon les données publiées cette semaine par le Système d’estimation des émissions de gaz à effet de serre (SEEG) de l’Observatoire du climat, alors que la moyenne mondiale des émissions de gaz à effet de serre l’an dernier a subi une réduction de 7 % en raison de la pandémie, le Brésil a connu une augmentation de 9,5 %, libérant 2,16 milliards. tonnes de dioxyde de carbone en 2020, contre 1,97 milliard en 2019.

Même avec des résultats désastreux, l’administration de Jair Bolsonaro cherche à échapper au blâme. « Le gouvernement brésilien a tenté de se défendre en disant que nous ne sommes pas les principaux émetteurs de gaz à effet de serre. Cependant, il y a une particularité, car une grande partie de nos émissions sont liées à la déforestation et au brûlage. En d’autres termes, en plus de notre émission, cela est lié à la destruction de biomes importants tels que l’Amazonie, les zones humides, le cerrado », explique le professeur Pedro Luiz Côrtes, de l’École des communications et des arts (ECA) et du Post-Graduate Programme en sciences de l’environnement de l’Institut de l’énergie et de l’environnement (IEE) de l’USP, dans une interview avec Journal de l’USP en direct.

En d’autres termes, en plus du Brésil émettant des gaz à effet de serre, le type d’émission finit toujours par provoquer d’autres impacts directs et indirects qui apportent encore plus d’impacts sur le climat. Cortes prévient que la réduction des précipitations dans la région centrale, par exemple, n’est pas définitive et s’est manifestée au cours des 12 dernières années. C’est un phénomène lié à la déforestation en Amazonie.

« Nous nuisons au régime des précipitations qui alimente la région centrale du Brésil et nuisons aux performances d’importantes centrales hydroélectriques telles que Furnas, par exemple. Cela finit par entraîner, d’une part, que nous devons utiliser plus d’énergie thermique, souvent en utilisant des combustibles fossiles. »

Le Brésil à la COP26

Le ministre de l’Environnement (MMA) Joaquim Leite a réitéré, comme l’a fait son prédécesseur au portefeuille, Ricardo Salles, qu’il facturera aux pays riches 100 milliards de dollars US pour que le Brésil honore ses engagements liés à l’Accord de Paris. Mais leurs revendications n’ont pas dû être satisfaites, notamment parce que, comme le rappelle Cortes, le pays n’a même pas aujourd’hui accès à l’argent du Fonds Amazon, car il a rompu un accord établi avec la Norvège et l’Allemagne. « Nous avons honte de la performance du gouvernement brésilien à la COP », souligne-t-il.

Néanmoins, le Brésil peut garantir des avancées en matière de politique environnementale avec les négociations de la COP26. « Les ONG et les entreprises ont développé de nombreux projets qui peuvent contrecarrer ce mauvais exemple du gouvernement », souligne le professeur. « Souvent, ce qui n’est pas vu par le gouvernement fédéral peut être vu dans les gouvernements des États de la région amazonienne, avec des plans pour récupérer les forêts et lutter contre la déforestation. »

A lire aussi :

Qu’est-ce que la COP26 ? Comprendre l’importance de la rencontre

Vous pourriez également aimer...