Le Brésil perd 800 bibliothèques en 5 ans de démantèlement de l’éducation

São Paulo – Le Brésil a perdu près de 800 bibliothèques publiques entre 2015 et 2020, selon le National Public Library System (SNBP). Mais selon les experts de l’industrie, le nombre pourrait être encore plus élevé. Le manque d’information est lié à l’extinction du ministère de la Culture (MinC), par le président Jair Bolsonaro, et au manque de contrôle de l’État.

Le professeur Cibele Araújo, du cours de bibliothéconomie de l’École de communication et des arts (ECA) de l’USP, affirme que les données renforcent les allégations de négligence de la part des gouvernements récents en matière de culture et d’éducation. « Les bibliothèques publiques dans de nombreuses municipalités sont un maillon fondamental de la culture, pour la formation de l’individu, pour le développement de sa citoyenneté », dit-il.

Les bibliothèques promeuvent souvent des activités telles que des soirées littéraires, des récitals, des comédies musicales et des pièces de théâtre. « Ces espaces favorisent la diffusion en toute sécurité de l’information, de la culture, de la formation des personnes et la préservation de la mémoire historique. Chaque type de bibliothèque – publique, scolaire ou circulante – répond aux besoins informationnels et culturels spécifiques de la société », souligne la journaliste Ana Paula Medeiros, qui a interviewé Cibele Araújo pour le Revue USP.

les plus touchés

L’engagement du secteur touche en particulier les populations les plus vulnérables. En effet, les équipements publics garantissent un accès facile aux livres, souvent réservés à ce public en raison de leur prix. Cibele souligne que « les bibliothèques publiques sont également importantes pour la mémoire brésilienne car elles stockent la littérature locale, les informations et l’histoire à partir de livres physiques et de projets internes pour raconter et réciter des histoires ».

« Nous devons avoir un programme de défense devant les maires, les gouverneurs, les conseillers et les députés. L’investissement dans la culture n’est pas un coût, c’est un pur bénéfice d’avoir une société plus développée (…) Un travail presque de fourmi, pour défendre ces institutions, en regardant la bibliothèque comme une importante institution d’information et de culture », ajoute le professeur.

En 2010, sous le gouvernement de l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva (PT), la loi 12 244 a été approuvée, qui stipule que les écoles publiques doivent être équipées de bibliothèques. Surtout après le coup d’État qui a renversé la présidente Dilma Rousseff (PT) en 2016, le chemin pour atteindre l’objectif est devenu plus long. « En 2010, nous devons proposer une loi pour exiger l’existence de bibliothèques dans les écoles. C’est déjà une chose alarmante », déclare Ivete Pietruccini, également professeur à l’ECA. Douze ans plus tard, outre l’objectif inachevé, la fermeture des équipements publics démontre l’abandon du thème.

formation citoyenne

Le professeur Valdir Heitor Barzotto, vice-directeur de la Faculté d’éducation de l’USP, réaffirme l’importance des bibliothèques publiques pour l’éducation citoyenne. « Moins les jeunes ont accès à cette mémoire qu’est la connaissance accumulée par l’humanité, moins les jeunes ont accès aux bibliothèques, plus ils se déconnectent du monde dans lequel ils vivent », dit-il.

« Il n’y a pas d’autre espace plus libre que la bibliothèque. La bibliothèque garantit que ce savoir est accessible au public et qu’il ne devient pas une marchandise (…) « De plus en plus, il y a cet investissement marchand pour transformer le savoir en marchandise et il est important de fermer la bibliothèque. Cette « marchandisation » du savoir, la transformation du savoir en objet de consommation par le paiement, fait que le lecteur, désormais transformé en consommateur, ne se sent plus interpellé à comprendre la dimension d’unité qui est en lui, à s’engager à sortir un savoir plus avancé pour les générations à venir, la production de nouveaux savoirs ou une transformation de sa propre pratique », conclut-il.

★★★★★