Le Brésil

Le Brésil termine la semaine avec des décès dus au covid-19 à un nouveau sommet

São Paulo – Le Brésil a enregistré 311 décès supplémentaires et 107 959 nouveaux cas de covid-19 au cours des dernières 24 heures, selon le Conseil national des secrétaires à la santé (Conass). Au cours des sept derniers jours, les décès dus à la maladie ont totalisé 1 751, soit une augmentation de 6,8 % par rapport à la semaine précédente. Ce vendredi (8), le nombre moyen de décès de victimes calculé en sept jours était de 250. C’est le nombre le plus élevé depuis le 25 mars où il était de 253. En 14 jours, cet indice a augmenté de 19 %. En 30 jours, le maximum atteint 67,7 %.

Au cours de la même période, les nouveaux cas ont totalisé 419 273, augmentant à nouveau de 5,6% par rapport à la semaine dernière. Ainsi, la moyenne mobile des cas était de 59 896, pratiquement stable, avec une croissance de 2 % en 14 jours. Par rapport au mois dernier, cependant, le bond de la moyenne des cas est de 41,6 %.

Le nombre total de cas est certainement encore plus élevé, car les résultats positifs des autotests (vendus en pharmacie) n’entrent pas dans les index officiels s’ils ne sont pas confirmés par un autre test RT-PCR. Sinon, ils augmentent la sous-déclaration.

Au total, depuis le début de la pandémie, le Brésil a officiellement enregistré 675 090 décès dus au covid et plus de 33,2 millions de cas de la maladie.

Chiffres du Covid-19 ce vendredi au Brésil. Source : Conas

Où est l’antiviral ?

Face à la nouvelle vague de cas résultant principalement de la propagation des sous-variantes BA.4 et BA.5 de l’omicron, l’épidémiologiste Denise Garrett a exigé que le gouvernement Bolsonaro donne aux Brésiliens l’accès au Paxlovid, le premier médicament antiviral pour le traitement oral du covid-19. Le composé est produit par la société pharmaceutique Pfizer et est déjà appliqué dans plusieurs pays, comme Israël et les États-Unis.

L’Agence nationale de veille sanitaire (Anvisa) a approuvé son utilisation d’urgence en mars. Conitec (Commission nationale pour l’incorporation des technologies dans le système de santé unifié) a recommandé l’incorporation du médicament dans le SUS dans le mois suivant. Cependant, le médicament reste indisponible dans le pays, tant dans le réseau public qu’en pharmacie.

La spécialiste a rapporté sur Twitter avoir été infectée par le covid-19 lors d’un voyage à l’étranger. Lorsque les symptômes ont commencé, elle a eu accès gratuitement à Paxlovid et s’est rapidement rétablie. Dans les essais cliniques, le médicament était efficace à 89% pour prévenir les hospitalisations et les décès dus au Covid-19.

En ce sens, elle a souligné qu’avec les vaccins, Paxlovid peut jouer un rôle important dans la prévention des décès dus à la maladie, en particulier face à la nouvelle vague causée par les sous-variantes de l’omicron.

« Apparemment, de même que le gouvernement n’était pas pressé d’acheter des vaccins, il n’est pas non plus pressé de mettre à disposition le médicament efficace », a critiqué le médecin. Dans son message, elle a adressé la question au ministère de la Santé, en particulier au ministre Marcelo Queiroga : « Pourquoi n’avons-nous toujours pas Paxlovid dans le SUS ? Pourquoi un tel retard ? Nous avons urgence !

Vous pourriez également aimer...