Le Brésil

Le Brésil vit une «  catastrophe humanitaire  », selon Médecins sans frontières

São Paulo – Dans un communiqué publié jeudi (15), l’organisation Médecins Sans Frontières prévient que les failles de la réponse au covid-19 conduisent le Brésil vers une «catastrophe humanitaire». Selon l’entité internationale, « le manque de volonté politique de réagir de manière appropriée provoque la mort de milliers de Brésiliens ».

La déclaration a lancé un « appel urgent » aux autorités brésiliennes pour qu’elles « reconnaissent la gravité de la crise et mettent en branle une réponse centralisée et coordonnée pour empêcher la survenue de décès évitables ». Ce mercredi (14), la Fondation Oswaldo Cruz (Fiocruz) a prévenu que, dans plus de 12 mois depuis le début de la pandémie, l’épidémie du covid-19 reste incontrôlée. Cette situation peut s’étendre même jusqu’au mois d’avril.

Au total, 361 884 vies ont été perdues depuis mars 2020. L’organisation prévient que, la semaine dernière, 11% du total des nouveaux cas et 26,2% des décès dans le monde sont survenus au Brésil. Pour MSF, ces «chiffres stupéfiants sont une indication claire de l’incapacité des autorités à faire face à la crise humanitaire et sanitaire». Le président international de l’entité Christos Christou évoque la mortalité comme conséquence des actions qui ont transformé les mesures de santé publique en «un sujet de conflit politique».

Le déni du gouvernement fédéral

«Le gouvernement fédéral a pratiquement refusé d’adopter des directives de santé publique de large portée et fondées sur des preuves scientifiques, laissant les équipes médicales dédiées s’occuper des plus malades dans les unités de soins intensifs, devant improviser des solutions en l’absence de lits disponibles. Cela a mis le Brésil dans un état de deuil permanent », observe le président de MSF.

L’organisation souligne également que l’occupation des lits de soins intensifs dans le pays est plus élevée dans au moins 19 des 27 capitales de 90%. Les hôpitaux de plusieurs régions sont également déjà «stockés de manière critique» en oxygène et sédatifs essentiels à l’intubation des patients atteints de maladies graves. La directrice générale de MSF, Meinie Nicolai, prévient qu’en plus de l’urgence pour se procurer les fournitures médicales nécessaires, il est également nécessaire d’assurer «l’utilisation de masques, la distance physique, les mesures d’hygiène et les restrictions sur les activités non essentielles».

Lauréate du prix Nobel de la paix en 1999 et connue pour fournir une assistance médicale aux populations en situation d’urgence, l’entité a démarré ses activités au Brésil en 1991, allant du contrôle de l’épidémie de choléra à l’épidémie de paludisme. Lors de la pandémie de covid-19, les équipes ont commencé à fournir une assistance aux sans-abri. Et avec l’avancement du coronavirus, le service a été étendu, principalement en Amazonie.

Pandémie sans freins

L’organisation décrit maintenant que « la dévastation dont les équipes MSF ont été témoins pour la première fois en Amazonie est devenue une réalité dans la majeure partie du territoire brésilien ». Les médecins notent également que les professionnels du domaine sont de plus en plus «épuisés et traumatisés» en raison des conditions de travail. MSF critique le fait que le contingent d’au moins 15 000 médecins étrangers et brésiliens formés à l’étranger, et qui ont perdu leur emploi avec la fin du programme fédéral Mais Médicos, ne puisse pas apporter son aide en ce moment de crise.

Médecins Sans Frontières estime également que «le grand volume de désinformation» pendant la pandémie «alimente le cycle de la maladie et de la mort au Brésil». « Les médicaments tels que l’hydroxychloroquine (généralement utilisée contre le paludisme) et l’ivermectine (un vermifuge) sont présentés par les politiciens comme une panacée », affirment-ils. Un autre problème au Brésil, selon l’organisation, est la lenteur de la vaccination même face à l’émergence de nouvelles variantes.

L’entité médicale conclut que les autorités surveillent la progression du covid-19 sans freins. La réponse à la pandémie nécessite un nouveau départ d’urgence », citent-ils. « Basé sur des connaissances scientifiques et bien coordonné, pour éviter d’autres décès inutiles et la destruction d’un système de santé réputé et prestigieux. »

Vous pourriez également aimer...